Adil Fajry : des difficultés d'être un « beur » en politique

Par

Bon an mal an, une génération politique émerge dans les quartiers populaires, à l'image de l'Istréen Adil Fajry, 38 ans, candidat NPA aux législatives. Rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ça change des candidats blancs de soixante ans. » À l'écart de la foule, à l'ombre d'un pin de la place des Magnans, l’épicentre du Prepaou, ce quartier réputé sensible de la ville d'Istres qui a décroché de la politique (lire notre précédent article), Martine, 71 ans, applaudit, discrètement, l'événement du jour. « Adil », le fils de Madame Fajry, un enfant du quartier, connu comme le loup blanc pour son militantisme associatif, officialise sa candidature aux législatives sur la treizième circonscription des Bouches-du-Rhône. Il est au pied de l'immeuble de son enfance, avec un monsieur qu'elle voit à la télé mais dont elle ne se rappelle plus le nom : Olivier Besancenot, l'ex-chef de file du Nouveau Parti anticapitaliste.