Pourquoi NKM devait échouer

Par

Arrivée en tête des voix au premier tour à Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet s'est finalement inclinée face à Anne Hidalgo. Mode de scrutin, couacs de campagne, poids des baronnies... La candidate UMP n'a pas réussi à rompre avec les vieux démons de la droite parisienne. Mais la débâcle du PS en Ile-de-France offre à l'opposition une nouvelle perspective : le Grand Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’au bout, elle a fait mine d’y croire. Arrivée en tête des voix au premier tour, Nathalie Kosciusko-Morizet s'est finalement inclinée ce dimanche 30 mars face à son adversaire socialiste, Anne Hidalgo. Toute la semaine durant, la candidate UMP à la mairie de Paris avait fanfaronné sur les résultats obtenus dimanche dernier. « Désormais plus que jamais, l’alternance est possible, le changement est possible, il est tout proche », s'était-elle encore convaincue le 23 mars.