Icade: la Cour des comptes édulcore son rapport

Par

Fin juin 2014, un rapport préliminaire faisait un bilan très critique de la gestion de la filiale immobilière de la Caisse des dépôts. Le 30 mars, le rapport définitif a été publié. La plupart des critiques ont disparu !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les nombreux protagonistes des affaires Icade peuvent souffler après la lecture du rapport de la Cour des comptes publié lundi 30 mars (lire ici). Ils ne risquent rien, même pas un blâme. Car, finalement, le dossier Icade n’en est pas vraiment un pour la Cour des comptes. Revenant sur l’évolution de cette filiale immobilière de la Caisse des dépôts, entre 2006 et 2013, les magistrats de la rue Cambon ne trouvent pas grand-chose à redire. Tout juste notent-ils dans leur rapport que le « processus mis en œuvre [pour transformer la société en une foncière cotée] s’est fait dans des conditions discutables ». Certes, ils estiment que « la gouvernance est perfectible ». Mais pour le reste, la gestion d’Icade ne leur paraît pas critiquable. La vente de 24 000 logements sociaux pour 1,6 milliard d’euros à des bailleurs sociaux, avec le soutien de l’État, pour le grand bénéfice d’actionnaires privés, ne revêt donc pas un caractère problématique. Elle relève seulement que sa « stratégie fondée sur le développement de l’immobilier tertiaire [est] relativement cohérente mais non dénuée de risques ». Pour preuve du soutien de cette évolution, la Cour des comptes ne donne même pas de recommandations, comme elle a l’habitude de le faire dans ce genre d’exercice.