Au Benelux, de nouveaux venus bousculent le scrutin

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), de notre envoyé spécial.– Une seule certitude accompagne la bataille électorale pour la circonscription du Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) : la participation sera très faible, sans doute davantage encore qu’à la présidentielle, lorsqu’elle n’avait atteint que 40 % au premier tour. Le vote électronique n’a pas été retenu et les Français de l’étranger sont invités à voter une semaine avant les autres, dès le dimanche 4 juin, en plein week-end de la Pentecôte.

Cette circonscription, qui compte à peine 122 000 inscrits, offre un bon résumé des tendances de fond qui sont en train de bousculer la vie politique française. Deux jeunes candidats, nouveaux visages de la politique locale, se présentent pour La République en marche (LREM) et La France insoumise (FI), tandis que les formations de droite et gauche traditionnelles se dispersent, sur fond de guéguerre des investitures. En tout, ils sont 18 candidats en lice.

La forte abstention pressentie rend les pronostics hasardeux. Mais Pieyre-Alexandre Anglade, le candidat pro-Macron, 30 ans, semble avoir un coup d’avance. Il pourrait profiter d’un « vote à l’étiquette » pour l’emporter. Au premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron est arrivé très loin devant, dans cette circonscription remportée par le PS il y a cinq ans (38,8 % pour Macron, contre 23,8 % pour François Fillon et 17,6 % pour Jean-Luc Mélenchon).