Ecoutes Sarkozy : la preuve était dans le peignoir de Me Herzog

Par

Mediapart raconte comment les policiers et les juges ont piégé lors d'une perquisition l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, dans le dossier Azibert. L'affaire, initiée par des écoutes accablantes, vaut à l'ancien président et à son conseil une mise en examen pour « corruption active », « trafic d'influence » et « recel de violation du secret professionnel ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour l'année du centenaire de la naissance de Louis de Funès, dont son client raffole, l’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a offert aux « bâtards de juges » une scène digne du Grand Restaurant, qui fait encore rire au pôle financier du palais de justice de Paris ou dans les couloirs de l’Office central de lutte contre la corruption, à Nanterre.