Croissance, chômage: le gouvernement pris au piège de son optimisme

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà qui tombe bien mal. Vendredi 27 juillet, l’Insee a publié sa première estimation de croissance pour le deuxième trimestre 2018. L’économie hexagonale a progressé de 0,2 % sur trois mois, un rythme identique à celui du premier trimestre, mais inférieur aux attentes moyennes des économistes. Après une excellente fin d’année 2017, où la croissance avait atteint un rythme de 0,7 % par trimestre, le ralentissement est très net. Selon les données de l’Insee, la France ne doit même sa croissance qu’à la constitution de stocks qui apportent 0,3 point de PIB. En excluant cette contribution, le PIB a reculé de 0,1 %, ce qui n’était pas le cas au premier trimestre, où la contribution des stocks était neutre.