L’affaire Benalla est bien une affaire Macron

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Benalla est un impitoyable révélateur politique : elle montre que le pouvoir né du chamboule-tout électoral de 2017 n’a finalement guère de conscience démocratique, ce mélange de précaution et de scrupule où se niche le souci du bien commun, au-delà de son propre sort. Voici donc un président de la République, supposé être celui de tous les Français, au-dessus des clans et des factions, qui, il y a une semaine, lance lui-même la contre-offensive politique et médiatique à la manière d’un chef de bande devant ses affidés, défiant d’un « qu’ils viennent me chercher » tous les contre-pouvoirs, le Parlement, la presse, voire la justice. Le chef de l’État y parle de lui à la troisième personne : « S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français. »