Logement: le risque d’expulsion s’aggrave chez les endettés du confinement

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne m’en sors plus. Le mois dernier je n’ai pas pu payer le loyer. Là, quand ma paye arrive, je suis déjà à moins 600 euros sur mon compte. » Mamadou n’en dort pas la nuit. Locataire de l’Office public du logement (OPH) d’Aubervilliers, ce père de famille se retrouve pris à la gorge. Le confinement a conduit au creusement de sa dette locative, pour laquelle il avait déjà établi un échéancier avec les services de l’office.