© Mediapart

Pour la quatrième fois, Mediapart termine l’année avec des vœux citoyens, diffusés avant ceux du président de la République française. C’est notre façon de dire que la République n’est pas la propriété d’un seul, mais le bien de tous, et que son avenir nous appartient, notamment son exigence démocratique et sociale. Cette année, après les vœux de résistance de Stéphane Hessel fin 2010, ceux d’espoir de Moncef Marzouki fin 2011 et ceux de lutte d’Édouard Martin fin 2012, nous nous sommes tournés vers Ariane Mnouchkine. Si son nom s’est imposé comme une évidence, au croisement de la création et des engagements, c’est parce que nous ressentions un besoin de poésie, d’élévation et d’horizon, après une année 2013 désespérante tant l’espoir et la fraternité y furent malmenés.

Tel est le message de ces vœux d’épopée, entre échappée belle et défi immense : oui, la démocratie est notre affaire ! « Déclarons-nous, tous, responsables de tout », lance Ariane Mnouchkine en nous invitant à entrer dans ce « chantier des chantiers », « ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit au Public”. » « L’État, en l’occurrence, c’est nous », ajoute-t-elle, en nous encourageant à expérimenter, à ouvrir des laboratoires, à ajouter « des petites zones libres », tous « ces petits exemples qui incitent au courage créatif »… (Lire page suivante le texte intégral des vœux d’Ariane Mnouchkine.)

Ariane Mnouchkine a révolutionné le théâtre français avec l’aventure, toujours aussi inventive et tenace, du Théâtre du Soleil qu’elle a fondé en 1964, et qui aura donc cinquante ans demain. Pour ce demi-siècle, nous avons voulu saluer chapeau bas cette histoire collective, lieu de relation comme de création, de partage et d’échange, où le théâtre se réinvente sans cesse dans un travail coopératif et communautaire. Surtout, nous nous sommes tournés vers Ariane Mnouchkine pour qu’elle subvertisse ce rituel des vœux en lui insufflant ce qui souffle sur les planches de son théâtre : le souci du monde et des autres, de la beauté et de l’humanité, de la beauté de l’humanité.

Nous avions en mémoire l’enthousiasme qui saisissait les foules de spectateurs à la sortie de la dernière création mise en scène par Ariane Mnouchkine, Les Naufragés du fol espoir, librement inspirée d’un roman posthume de Jules Verne, mi-écrite par Hélène Cixous. C’était en 2010, la même année où, lors de la grande manifestation en défense des retraites, on put voir la troupe du Soleil battre elle aussi le pavé parisien, tant pour Ariane Mnouchkine et les siens la quête d’imaginaire est indissociable d’un engagement vital. Dans la vidéo ci-dessous, enregistrée à propos des Naufragés, elle s’explique aussi sur ses engagements qui, en grande part, rejoignent, évidemment, ceux de Mediapart.

© Théâtre des Célestins