Les vœux de liberté de Sandrine Rousseau

Par

Chaque nouvel an, Mediapart propose à un-e citoyen-ne d’être notre président-e de la République d’un soir, afin de rappeler que celle-ci nous appartient à toutes et tous. Cette année, Sandrine Rousseau nous offre ses vœux de liberté pour 2018, en hommage à la libération de la parole des femmes face aux violences sexuelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La République nous appartient, sans distinction d’origine, de condition, d’apparence, de croyance, de sexe ou de genre. Chaque année depuis 2010, Mediapart demande donc à un-e citoyen-ne de remplacer et de précéder le président en place dans l’exercice des vœux présidentiels. Cette année, c’est Sandrine Rousseau, économiste, enseignante-chercheuse à l’université Lille-1, âgée de 45 ans, qui nous offre ses vœux de liberté. Elle succède dans cet exercice citoyen et mediapartien à Stéphane Hessel (vœux de résistance pour 2011), Moncef Marzouki (vœux d’espoir pour 2012), Édouard Martin (vœux de lutte pour 2013), Ariane Mnouchkine (vœux d’épopée pour 2014), François Morel (vœux de courage pour 2015), Océanerosemarie (vœux de paix pour 2016) et Assa Traoré (vœux de fraternité pour 2017).