Les vœux de lucidité, solidarité et radicalité de Vincent Verzat

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Merci pour ce petit pont, si loin de mon immeuble... 

Pourquoi ça marche pas ?

Tourterelle des bois ? Mais c'est l'été !

Bonne année à toi Lancêtre même si on est un peu en avance... 

Et pour le reste, les GJ sont assez grands pour s'auto déterminer... 

 

vous reprochez aux GJ de ne justement pas avoir de Dieu...

Pas du tout.

On peut tout à fait refuser d'obéir servilement à un Gourou mégalomane, aux humeurs changeantes, qui se prend pour la République à lui tout seul, et proclame, sans rire, que sa personne est sacrée, et par ailleurs poser les revendications en termes clairs, qui ne permettent pas à la droite de les récupérer.

de ne pas prétendre décider de qui peut se joindre à eux et d'être permissifs.

Admettre la liberté d'expression et d'opinion, bien évidemment.

Mais considérer que la xénophobie, le négationnisme, l'antisémitisme, le complotisme, sont des opinions comme les autres, sur lesquelles on n'a pas à se prononcer, y compris lorsque ces messages sont portés par des organisateurs de barrages ou des porte-paroles, non !

La meute populaire : du mépris à l’extermination

Comment, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les écrivains décrivaient-ils le peuple insurgé ? Comme des ivrognes et des bêtes, avec mépris et dégoût. Relire aujourd’hui les déclarations de Flaubert, Feydeau ou Goncourt à propos des communards et autres pauvres qui se soulèvent permet de mettre en perspective tant de déclarations d’éditocrates.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le bourgeois philistin subissait les foudres des génies littéraires du moment. Flaubert demeure sans doute la figure la plus représentative de cet antagonisme : sa fureur contre la bêtise bourgeoise, qui se retrouve aussi bien dans sa correspondance que dans ses œuvres – la figure d’Homais dans Madame Bovary, le Dictionnaire des idées reçues et Bouvard et Pécuchet – avait quelque chose d’obsessionnel. Mais cette condamnation, chez Flaubert comme chez ses contemporains, avait précisément des racines strictement esthétiques : l’incapacité indécrottable du bourgeois à saisir la valeur de leurs œuvres. La haine de la bourgeoisie s’arrête là : on cherchera en vain une critique d’ordre politique ou une désapprobation directe de l’exploitation des classes laborieuses par les possédants. « En effet, les écrivains considèrent que les forces sociales qui remettent en cause la société bourgeoise sont encore plus dangereuses que les bourgeois ».

Hormis quelques exceptions de taille, comme Léon Bloy, qui n’a cessé de mettre sa plume furibonde au service des plus pauvres, nul des beaux esprits de ce temps n’échappe entièrement à ce constat. Ni le Hugo des Misérables – « barbares », « sauvages », « nomades », voilà le lexique employé par le grand socialiste pour désigner le peuple [2] – ni Zola, dont la méthode pour « défendre » et promouvoir les intérêts de la classe ouvrière consistait principalement à l’humilier dans ses romans. La haine artiste du bourgeois procède donc avant tout d’un sentiment aristocratique de soi plutôt que d’une empathie à l’égard des exploités que fabrique l’émergence de la société industrielle.

Pour lire la suite :

https://lundi.am/La-meute-populaire-du-mepris-a-l-extermination

Léon Bloy était un catholique mystique, intégriste, d'une rare intolérance, et d'une incroyable mégalomanie.

Il écrivait avec une fureur qu'on lit encore aujourd'hui avec amusement, mais il est impossible de le suivre dans ses engagements politiques, qui le rattachent à l'extrême droite.

Quant à Hugo, contrairement à la plupart des écrivains de son temps, il n'a pas condamné la Commune dans les termes qu'utilisaient les autres, et a plaidé, après la Semaine Sanglante, pour l'amnistie.

Tout cela, cependant, n'a guère de rapport avec le rejet des vociférations nationalistes des Jaunes.

Il y avait aussi des pauvres dans les rangs des troupes fascistes.

Ce n'est pas parce que des revendications sont portées par des pauvres qu'on doit, automatiquement et sans réfléchir, les approuver.

Rappelons que Président-marionnette n'a pas eu un mot (ou passé inaperçu, confirmez-moi) pour l'ecologie.

Ah! Vous argumentez de façon lisible, merci. Bonne année.

  • vociférations nationalistes des Jaunes.

Non, des militants et sympathisants du RN qui ont enfilé ce gilet, puisque :

  • Il y a[vait] aussi des pauvres dans les rangs des troupes fascistes.

C'est à dire qu'il y a aussi des fascistes parmi "les pauvres" [admettons cette catégorie comme concept-valise commode pour la discussion] lorsqu'ils ne sont pas "en rangs", la porte que vous enfoncez est plus ouverte que la voûte de l'Arc de Triomphe. Et c'est vous qui construisez contre l'évidence de la masse d'information vérifiable à notre disposition, une image montrant les pauvres "en rangs" sous le drapeau RN dont vous jouez parfaitement le jeu.

  • Ce n'est pas parce que des revendications sont portées par des pauvres qu'on doit, automatiquement et sans réfléchir, les approuver.

Dont acte. Et inversement, ce n'est pas parce que des revendications fascistes sont portées parmi celles des pauvres que "les pauvres" mis en rang par votre seule frappe clavier doivent être ainsi performativement assimilés aux fascistes. Vous faites trop facilement l'impasse encore une fois sur les information avérant une capacité de discernement au sein du mouvement et encore une fois donc vous faites pleinement le jeu du RN.

Je me demande parfois [toujours, en fait] si vous n'êtes pas subventionné par le journal pour faire monter la sauce agonistique dans les fils, en jouant entre des groupes d'opinion le rôle qu'un Pivot, emplissant tout le sens induit du signifiant de son nom, jouait entre les auteurs mis en scène dans l' émission dont il était au sens propre "l'animateur". Et surtout je me demande pour quoi ou/et pour qui vous roulez.

Est-on les maîtres de la nature ? Parler du climat pour ne pas parler de nos sociétés humaines, véritablement que pouvons nous sur le climat avec nos petits bras musclés, nous pouvons polluer l'air et l'eau beaucoup moins mais nous n'avons pas le pouvoir sur la pluie et le beau temps.

Il faudrait se remettre dans la réalité, on a mis nos saletés partout dans l'air, sur la terre et dans la mer si on commençait par réduire cela qui est vraiment du domaine du possible. 

Changer le climat je ne vois pas comment!

Aux dernières nouvelles, le Président se meurt lui aussi. Dans un dernier baroud d'honneur, il va annoncer ce soir un référendum dont le peuple, qu'il aime tant, devra se prononcer s'il doit rester au pouvoir ou s'en aller illico ! Peut-être rentrera-t-il dans l'histoire comme le grand Charles ?

DvwnAOsWwAAaQBM.jpg

  • Nouveau
  • 31/12/2018 16:41
  • Par

Des Pleaide pour toute bibliothèque, assurément, il n’est pas Gilets Jaunes...

plutôt hors sol, voire bobo, ces vœux, vu l’ambiance depuis un mois, sans compter Benalla en forme de cerise.... 

Ah, un Gilet Jaune ne peut pas lire les auteurs édités dans la Pléiade ? Pourquoi Gilet Jaune devrait devenir LA référence de toute lutte, excluant tout le reste.

L'esprit critique oui, l'homogénéisation ou la centralisation, non. Il faut démultiplier dans la joie des différences.

Convergence des luttes, bonnes révolutions et très bonne année 2019 à vous.

C'est fort à propos que votre commentaire vient ici nous rappeler que le Jaune hait la culture et la littérature.

Pour le Jaune de base, la culture se résume à la FN SEA, et la littérature au Chant de guerre pour l'armée du Rhin.

Je faisais référence au prix unitaire de la collection et pas à la capacité de la lire ou non...

Sinon, À quand une parole d’autorité devant une bibliothèque remplie de livres de poche ?

Ne confondez pas, il s'agit uniquement du décor d'un "président d'un jour", pas du tout de l'environnement naturel de l'orateur. Et ces voeux ne sont ni bobo, ni hors-sol - à moins qu'on ne déplore l'ambiance depuis un mois. C'est votre cas, Guy ?

 

Bien au contraire, je ne déplore absolument pas l’ambiance depuis un mois. En revanche, je trouve très détestable de prononcer des vœux devant une telle bibliothèque, elle est signe pour moi d’un hors sol par rapport au soulèvement actuel, comme un vouloir en revenir la situation habituelle, la parole aux sachants, la preuve, ils ont de belles bibliothèques, alors, vous les autres, vos gueules, retournez à votre silence. 

Et moi je vois un décor parodique. Et l'homme devant la bibliothèque n'est pas du tout un sachant du sérail !

C’est une possibilité, mais je reste malgré tout à une lecture premier degré, un certain conservatisme de la part de Mediapart en ne s’étant pas aventuré à confier le vœux du nouvel an à un Gilet Jaune lambda, lui préférant une valeur sûre, en termes de discours calibré, que symbolise cette bibliothèque. 

En attendant je croise les doigts (mauvais humour, pardon).

  • Nouveau
  • 31/12/2018 16:58
  • Par

Bravo et Merci Vincent ! Voilà un vrai discours de rassemblement qui devrait occulter ce soir celui que l'on devine convenu, hors sol d'un petit président.

  • Nouveau
  • 31/12/2018 17:01
  • Par
Ça fait des lustres qu'on nous sert les mêmes poncifs et que rien ne bouge. Ce soir encore on va en profiter parce que c'est pas "ma faute à moi". Signer et prier mes frères. Buvons encore une dernière fois à l'amitié l'amour la joie

Merci vincent pour ces vœux pour ton énergie tes engagements.

au plaisir de te retrouver prochainement j’espère.

amicalement Hugues L

  • Nouveau
  • 31/12/2018 17:08
  • Par

MA  GNI  FIQUE  !!    Où  est  il  ce  futur  représentant de la France ???  Est il né ?  Il  est  où  ??  Vite  !!  Apparaît  !!  

  • Nouveau
  • 31/12/2018 17:13
  • Par

Bravo et merci !

Nous sommes nombreux ,et pour renforcer le propos de notre président de ce 31, reprenons ce mot d'ordre qui a fait honneur à la citoyenneté planétaire:

"NOTRE NOMBRE EST NOTRE FORCE!" Le Balai Citoyen du Burkina Faso.

  • Nouveau
  • 31/12/2018 17:22
  • Par

Remarquable ! voilà les voeux que notre Micron ne risque pas de prononcer !

Hélas !

Belle année à tous !

le pauvre il s'est rendu plus ridicule que ce qu'on craignait dans son discours (Cramon) de ce soir

C'est terrible et magnifique. La seule "marche" qui vaille, celle qui libère et chasse les faux frères ... qui obscurcissent une bien belle devise qu'on aimerait enfin qu'elle s'accomplisse, en acte et au quotidien.

Très beau texte. Le seul espoir est dans la radicalité des changements de comportement.

Des voeux énergiques, radicaux, qui donnent envie de se retrousser les manches, merci !

Une belle année 2019 à tous, pleine de luttes et de rêves.

 

Merci a Vincent pour ses vœux, de toutes façons je n'aurai pas écouté ceux de Macron, "ce mec" est out.

je les ai écoutés, à se tordre de rire (ou pleurer c'est selon)

Merci, très bon texte, qui donne de l'envie pour 2019.... Bien que le fond de l'air soit en fait, tragique. 

Bonne année 2019 à ce jeune homme !

https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-manifestant-blesse-a-la-tete-le-procureur-a-saisi-ligpn-31-12-2018-290487

Nantes Manifestant blessé à la tête : le procureur a saisi l'IGPN

Samedi après-midi, un jeune de 22 ans a été sérieusement blessé à la tête sur le cours des 50-Otages, à Nantes, pendant la manifestation des Gilets jaunes. Victime d'un traumatisme crânien, le jeune homme, originaire de la région nazairienne, est toujours hospitalisé au CHU de Nantes.

Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes, annonce ce lundi avoir saisi l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) pour enquêter sur ces faits.

Le parquet a également réquisitionné un médecin légiste « pour avoir une description précise des blessures de la victime ».

Le jeune homme « devrait être auditionné rapidement par l'IGPN », selon le procureur.

« Il n'y a pas encore de plainte dans ce dossier, mais les blessures sont suffisamment sérieuses pour justifier de l'ouverture d'une enquête », appuie Pierre Sennès.

Les investigations devront déterminer les circonstances dans lesquelles le jeune homme a été touché à la tête.

A-t-il bien été blessé par un tir de lanceur de balle de défense (LBD) ?

Et, si c'est le cas, l'enquête devra établir les conditions dans lesquelles ce tir a été réalisé et vérifier si le policier a respecté les règles d'usage de cette arme.

Eh oui, Réalité de cette Désastreuse Situation Parfaitement Décrite !!! Alors "Au Boulot les Méninges !

  • Nouveau
  • 31/12/2018 18:06
  • Par

Merci ,Vincent  , continuons ce combat que je mène maladroitement , sans efficacité , depuis plus de 40 ans.

Dès les années 70 le GIEC , nous alertait des catastrophes possibles si nous ne changions pas nos modes de vie.Nous cheminions sur la route qui mène dans le mur , maintenant nous avons percuté.....Essayons de panser nos plaies , de reprendre le chemin de l'écologie , de la raison.

Ah ! Que voilà des vœux présidentiels que j'aurais aimé entendre, alors que depuis 20 ans je les évite systématiquement ?

Comment ce pauvre petit MacCon pourrait-il avoir la moindre idée de tels vœux ?

Bravo!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Excellent

Suite aux "voeux" enregistrés de Maqueron de ce soir, je souhaite et je veux des passeports diplomatiques pour tou-te-s pour l'année 2019.

Slogan de circonstance pour les gilets jaunes :

Noël au Macron ; pas cotisons

D’accord sur tout évidemment,mais quel est le poids de la France ou même de l’Europe face à la Chine l’Asie l’Amérique .....etc ,les transports aériens et maritime sont en progression constante pour ne pas dire exponentielle ,il faudrait vraiment changer nos habitudes de consommation et de déplacement mais ça ce n’est pas pour demain malheureusement,mais on y croit

Les vœux de lucidité, solidarité et radicalité de Vincent Verzat  

Un grand merci à ce jeune homme et à tous ceux et celles qui luttent quotidiennement pour faire entendre raison à ces oligarques qui nous gouvernent.

Dans l'ensemble, les français-e-s sont d'accord pour agir contre le réchauffement climatique à condition que ce soit supportable pour tous.

Je trouve que le jeune homme plane un peu alors que les réalités sont de plus en plus dures pour le commun des mortels. 

Avec le réchauffement climatique contre lequel on a des moyens de lutte limités, on oublie les vrais dégâts du bon vieux capitalisme toujours plus prospère.

Le niveau des fortunes est de plus en plus considérable et le pouvoir de leur détenteur de plus en plus grand, ils sont tranquilles, peinards, ils font le tour de la planète et reviennent à leur point de départ, on ne sait même plus le niveau réel de  leur fortune !

  • Nouveau
  • 31/12/2018 19:27
  • Par

Vidéos des oiseaux que je nourris chaque hiver

c'est aussi un geste pour la biodiversité

fin décembre 2018 © Annie Stasse

Que des moineaux des villes, pas un seul friquet, ou une seule mésange ?

Et oui chercher l'erreur, l'unicité n'est pas la diversité . 

Il faut arrêter de nourrir les friquets... enfin...

Oui c'est gentil!

Gé-nial !!!

trash, méga-trash!

C'est génial; derrière le discours blablabla, derrière la novlangue, la langue. Oui, un beau tissage qui déchire le voile et fait apparaître le motif et la vraie teneur des propos.

Parfait !

PTDR

cqfd

y'a comme un écho

 

Mille fois génial et ce n'était même pas en sub-liminal ! Je n'ai eu aucune peine à me refuser de l'écouter. Que vivent les gilets jaunes !!!

  • Nouveau
  • 31/12/2018 19:52
  • Par

merci,

mais tout de même!

dénoncer les guerres atroces de manière explicite, ça leur trouerait le derrière !

c'est dingue tout de même de pas envisager dans un tel discours les millions de morts contemporains fruit d'un égoïsme et d'un néo-nazisme criants, de n'avoir pas les couilles de nommer et montrer du doigt nos dirigeants à nous autant que les trump et les bolsonaro!!!

la table, il ne la renverse vraiment pas, au propre comme au figuré!!

Mediapart fait bien de ménager un long silence après l’apologétique héroïque adoptée par Marlène Schiappa à l'issue de la confrontation virtuelle "café du commerce BFM, président jupitérien". Entre le baroud d'honneur et le départ vers Köln et Koblenz, ou la franche "hystérisation gilet jaune" de la potion magique (le dernier truc qui "donne la banane"), dans la perspective de l'Opération Résurrection - lève-toi et marches. les voeux, les gens se les font entre eux ce soit et cette nuit. Le président de la république ne fait pas partie de leur "projet", il y a la certitude d'un "départ rapide", PPH, et d'un retour vers une "normale"(Hollande!), de la situation, où la présidence, devenue "maoïste", voire "kim-il-sungiste", se complait dans les extrémités "gardes rouges" d'une révolution culturelle retardatrice, qu'elle déclenche et alimente elle-même (d'où le côté "autophage" du truc!). Les Gilets Jaunes étaient en fait des Macroniens qui s'ignoraient ! Nom de Dieu ! et Benalla est leur Prophète !

Allez savoir ce qu'il s'est passé, RMC découvertes programmes depuis des mois et des mois des programmes d'histoire militaire du 20ème siècle. On en était ces derniers jours à la phase de la "Résistance", le Débarquement, l'insurrection de paris, la libération par les Colonnes Leclerc de la 1ère Armée française et sa jonction avec les maquis et le terrorisme urbain anti-nazi, dans la participation démocratique grandissante, puis dans le plein  et entier rétablissement de la "souveraineté démocratique".. Cà fait rêver...

Avant de rejoindre le rond point je t'adresse mes meilleurs voeux  Rémy Dholland ... qui fait vivre la République des mots au service de la République à vivre. 

Bonne année 2019

Vincent Verzat

Vincent est un passionné de paix et un fervent pratiquant du positivisme et de l’idéalisme de l’action. Diplômé de l’Institut des Hautes Études internationales et de Développement, il est engagé dans la construction d’infrastructures pour la paix et le design d’espaces d’apprentissage destinés à stimuler la créativité et l’innovation dans l’élaboration de modèles sociétal et communautaire alternatifs. Vincent souhaite contribuer à Jet d’Encre en écrivant sur des aspects de vie détachés d'une actualité qui va trop vite et ne permettant pas de sentir ce qui vit dans chacun d'entre nous, chaque jour. De la mise en perspective, de la passion, de l’idéal, de l’indignation, de l’engagement et des solutions innovantes, voilà en quelques mots le menu propos.

Langue de bois?

 

Vincent Verzat

Où donc ai-je vu cette tête?

La source, please. "Langue de bois", je dirais plutôt langue de silicium, en quelque sorte déjà pré-adaptée à une robotisation du marché de l'emploi, certes. Pointer une ressemblance photographique n'est pas très pertinent, ceci dit. Encore qu'on puisse lire dans une telle semblance aussi une "image de silicone" sans doute assez référentielle pour les IA d'analyse de faciès décrites dans l'article ci-dessus lié. Arrivisme ou pragmatisme, on verra. Je préfère poser en principe une confiance vigilante qu'une défiance sûre de son pré-jugé.

Pardon... oui.... c'est moi le recommandé... Peut-être est-ce vous qui m'avez recommandé... Nous allons nous recommander mutuellement... C'est amusant!

Je vois que vous avez un langage un peu précieux qui ne me déplait pas à priori car ce qui compte, c'est le fond de ce qu'on dit. Or, ce que vous dites me semble compléter ce que j'essayais vaguement de dire. J'essayais de rapprocher le curriculum vitae de ce jeune loup  à quelque chose de connu qui pencherait du côté de la langue de bois et qui grâce à votre intervention salutaire me fait me rapprocher plutôt en faveur de "langue de silicone"comme vous le proposez, qui a l'air de se rapprocher plus de ce que je voulais dire et qui me fait d'ailleurs penser aux différents artifices qui permettent à l'espèce humaine de s'enlaidir comme s'il fallait en rajouter.

Effectivement, je pointais une ressemblance pour appuyer quelque chose en rapport avec le déni de la rédaction de médiapart qui a été de ne pas vouloir savoir, de ne pas vouloir admettre une part de responsabilité dans l'élection de ce qui est nommé président de la république et qu'il y a une sorte de retour du refoulé en mettant en scène un substitut qui me semble être un clone et de ce fait de mettre inconsciemment en scène une situation qui révèle sa responsabilité relative.

Vous m'obligez à m'expliquer et je vous en remercie.

À mon tour de vous demander ce qui vous attire dans le recrutement (des robots) par des robots?

Bien à vous,

A.P.

(11) Franck Lepage : la langue de bois décryptée avec humour ! - YouTube

Ping pong : merci en retour de me motiver à la réciproque.

D'abord une mise au point : du fait de mon propos sur la robotique en cours de rédac j'ai écrit tout à l'heure "silicone" pour "silicium" (à cause de la "Silicon Valley" œuf corse), j'ai corrigé.

Mon commentaire vient compléter le vôtre, je vous confirme l'avoir rédigé dans ce sens.

Citer Lepage tombe à pic. Après lecture de cette synthése de CV/motiv que vous nous citez, un coup d'oeil à la page d'accueil de "Jet d'encre" m'a confirmé qu'il s'agit bien d'un exercice de rédac parfaitement conforme au style de template basique d'entreprise de com contemporaine qu'une IA moyennement performante est parfaitement susceptible de pondre, et que tout candidat à poste (ou a subvention par exemple) est tenu de respecter au même niveau de performance.


Ce n'est pas que le recrutement de robots par des robots m'attire, au contraire ça me glace le sang. Regardant la précédente allocution de notre Résident de l'Arrêt Public peinant si rilisiblement à tenir la posture du Sphinx ainsi qu'il l'avait très certainement travaillée en amont avec ses coach, je me marrai à la méchante pensée caricaturale que cet être n'est pas un humain mais un réplicant qui était là en train d'échouer au passage du test de Voight-Kampff. A la lecture de l'article de Frédéric Ojardias par contre j'ai plutôt pleuré à la pensée qu'au contraire un tel mode de recrutement est fait pour sélectionner comme les meilleurs ceux qui comme Macron échouant à ce test montrent des qualités d'androïdes.

Revenant par ici maintenant, de plancher une réponse à votre sollicitation d'explicitation me donne à penser que cette programmation d'IA recruteuse n'est qu'un passage au stade supérieur de la logique des templates telle qu'on en voit le résultat encore humain dans cette présentation synthétique, terme dont on appréciera mieux le double-sens. Bernard Stiegler ou/et Antoinette Rouvroy développent ça autrement mieux que moi (j'ai la flemme d'aller chercher des liens).

Bon. Maintenant quand au(x) fond(s).

D'abord je voudrais évacuer (pas botter en touche pour autant, si vous voulez on pourra y revenir) la question de la "responsabilité de Médiapart dans l'élection de Macron". Je n'attends pas de ce journal qu'il soit un journal militant systématiquement prosélyte de mes propres pensées, ni qu'il expose davantage que quiconque la totalité d'une vérité entière et lumineuse en toutes ses faces. Ce qui ne m’empêche pas d'entendre plusieurs de ses silences comme des hurlements [mots clefs : Julian Assange, Timber Sycamore, Paroubiy ou Paroubi ou Paruby ou Paruby... je répète inlassablement ça à qui veut le lire, ou encore l'effarante mauvaise foi de Fabrice Arfi bottant en touche (renvoyant à François Bonnet précisément dont l'article ne fit pas autant de buzz que son propre parti-pris public c a dire non réservé aux seuls abonnés -"pas militant" mon œil- la question de la disproportion phénoménale de la perquisition contre la FI, digne d'une opération anti-terroriste de grande envergure, en regard des mêmes procédures certes normalement légales de vérifications de comptes de campagne du FN et de LREM qui pourtant pourraient voire devraient en motiver un déploiement égal voire supérieur et sur des cibles autrement plus sensibles que de simples militants]. Outch, pardon, en termes "d'évacuation" il faudrait que je revoie ma plomberie, peut être. Bref si j'ose dire, il ne me semble pas anormal qu'un journal qui appelait à voter contre Marine Le Pen ait invité celui qui se présentait contre elle, tout en donnant r d v à celui-ci un an après pour un bilan. Et on ne peut pas dire aujourd'hui que le bilan que documente quand même puissamment ce journal soit un encensement de la politique et des pratiques présidentielles de cet homme (de ce réplicant?) de nature à assurer son maintien au pouvoir. Je précise que je suis partisan de l'abstention pour ma part, et répète que ce que j'attends d'un journal c'est de l'info sourcée et que je suis servi, nonobstant que ce journal soit aussi militant qu'un nez de clown au milieu de la figure, mais je sais en faire la part, aller chercher des infos ailleurs, et réserve toujours la possibilité de mon désabonnement (je me ferai offrir les articles qui m'intéressent).

Ensuite, au sujet de cette "affaire du siècle" présentée par ou avec le think-tank dont ce jeune homme fait partie, qui est quand même l'essentiel de l'histoire..

D'abord l'honnêteté intellectuelle me porte à reconnaître en ces vœux mes propres points de vue très similairement développés dans ce vieux billet pas obsolète pour autant, la preuve, adossé à cet antérieur.

Ensuite ... bah je vous copie-colle ce que j'en raconte à quelques potes par mail, avec le lien d'un com ici :

[citation=Qwark] :

Mon point de vue [sur l''affaire du siècle] dans ce commentaire.
En complément et insistance : toute visée d'action de type électoral, se joue avec et dans les outils construits par la république bourgeoise, aujourd'hui totalement inféodée à des entreprises privées multinationale qui établissent donc leurs propres nouveaux outils de domination par-dessus les systèmes républicains locaux.

Aujourd'hui la capacité de ces entreprises à intenter, et gagner, des procès contre des états dits "souverains" mais qui de fait ne le sont plus, est l'un de ces outils.

Je vois autant sinon bien davantage de raison à ce que j'en vois de voter, à ce que des pans et groupes de la société civile, se constituant en contre-pouvoirs face aux lobbys, se servent de ces outils, qui sont à l'échelle de la réalité géopolitique du présent, pour tenter d'en retourner l'usage contre leurs créateurs.

Je suis plutôt d'accord, à la fois sur le fond et quand à la docte posture surplombante quelque peu méprisante et de ce fait quasi macronienne de Lordon, avec ce billet de Pierre Khalfa [Coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac] titré "Quand Frédéric Lordon se trompe de combat".

[/citation]

Et revenant à mon assertion "Arrivisme ou pragmatisme, on verra, je préfère poser en principe une confiance vigilante qu'une défiance sûre de son pré-jugé.", Je dirai que de s'inscrire dans un processus de think-tanking journalistique en se plier à la fouche caudine d'un tel template de CV synthétique n'est ni plus ni moins "mal" que de se présenter à des élections dans le cadre d'un parti et de mener une campagne publicitaire coachée par des dir de com pour se faire élire, c'est exactement le même genre de procédure à une échelle d'outils différente.

 

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
A Macron: vous avez aimé 2018? Vous allez adorer 2019. Promis.

Sans me départir des nombreuses réserves assez suffisamment émises par plusieurs d'entre nous qui décidons de rester néanmoins abonnés jusqu'à nouvel ordre, je prends acte du fait que le journal offre tribune à quelqu'un qui formule en élément de langage conclusif de son discours le vœu de "renverser la table" sonnant comme un appel.

Et que, comme dit le proverbe, "après-demain demain sera hier". Autant que cette excellente tarte à la crème de curry new-age "sois maintenant le monde que tu souhaites voir advenir", qui fait quand même un peu trop facilement l'impasse sur le fait que quand on est à la rue en train de crever de faim et qu'on bricole entre la récupération de déchets et l'aumône, ou en train de se noyer dans la méditerranée, on n'est certainement pas dans le monde qu'on souhaite voir advenir.

Je crains quand même un peu de me faire avoir encore une fois par un joli miroir aux alouettes tendu à mes projections les plus naïvement humanistes : on ne sait pas au juste  quelle "table" il s'agirait de renverser, chacun peut remplir cet énoncé vide comme il l'entend, et je n'oublie pas que Macron a vendu sa campagne sous le titre "Révolution" d'un bouquin promotionnel.

Et puis on peut admirer le chapeau pointu de clown blanc (copié du ou du moins homothétique au chapeau rose de la ligne réformiste de la "révolution citoyenne" néo-keynesienne de la F.I., notons le au passage) porté par la rédaction de Médiapart en tête du texte des vœux : n'oublions pas que « ceux qui rendent une révolution pacifique impossible» sont d'abord ceux qui siègent à cette table qu'ils ne laisseront certainement pas renverser par pure illumination de la bonté fondamentale de leur âme révélée ce soir de réveillon par le think-tank Vincent Verzat, ainsi qu'ils l'annoncent tout à fait clairement. Castaner ni Macron ne me semblent avoir le profil d'un Frederik de Klerk ou prêts à jouer une carte de ce genre autrement qu'en écran publicitaire masquant la brutalité fondamentale du régime dont ils sont les exécutants.

Quoiqu'il en soit, en démontant l'affaire Benalla Médiapart contribue c'est un fait à déboulonner sérieusement un pied de la table où bouffe Macron.

La critique s'affine, s'affine... et se généralise désormais. Après des décennies d'hiver, peut-être enfin un printemps des peuples et de la pensée critique ?

Ecouté et approuvé !
Lucidité, radicalité : adopté !
Agissons autant qu'on le peut, tous...

Votre article serait parfait sans cette écriture inclusive insupportable.

Excellent, cher Vincent.

Stéphane Hessel t'aurait tiré son chapeau et moi je te tire mon bonnet de laine car il fait frisquet... mais tes vœux me réchauffe le cœur !

touchant.... de connerie a 2 balles....

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale