Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »

Les vœux de santé de Yasmina Kettal, infirmière en Seine-Saint-Denis

Chaque nouvel an, Mediapart propose à un·e citoyen·ne d’être notre président·e de la République d’un soir, afin de rappeler que celle-ci nous appartient à toutes et tous. Pour 2021, à l’issue d’une année marquée par la pandémie, nous avons demandé à Yasmina Kettal, infirmière en Seine-Saint-Denis, de porter la voix des soignants et des premiers de corvée.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Les vœux de santé de Yasmina Kettal

La rédaction de Mediapart

31 décembre 2020 à 16h57

PDF

La République nous appartient, sans distinction d’origine, de condition, d’apparence, de croyance, de sexe ou de genre. Chaque année depuis 2010, Mediapart demande donc à un·e citoyen·ne de remplacer et de précéder le président en place dans l’exercice des vœux présidentiels.

Pour 2021, à l’issue d’une année marquée par l’épreuve mondiale de la pandémie et par le cours autoritaire du pouvoir français, nous avons sollicité Yasmina Kettal, infirmière en Seine-Saint-Denis, afin qu’elle porte la voix des soignants et, au-delà, de toutes celles et de tous ceux qui sont en première ligne, ces « premiers de corvée » méprisés par les refrains présidentiels sur les « premiers de cordée ».

Membre du Collectif InterUrgences et syndiquée à Sud Santé, Yasmina Kettal avait raconté en mai dernier à Caroline Coq-Chodorge sur Mediapart le quotidien de l’épidémie dans un de ses points chauds alors qu’elle était infirmière aux urgences à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis (93). Puis, en octobre, sur son blog d’abonnée à notre journal, elle avait partagé sa lassitude : « Je n’ai pas envie de remettre des gens dans des sacs mortuaires, écrivait-elle. De faire du tri à l’arrache, du travail à l’arrache. » Traversés par une colère retenue, ses vœux sont empreints de gravité et de ténacité : ne pas se raconter d’histoires et, en même temps, faire face, tenir bon, résister, lutter.

Ces vœux mediapartiens ont aujourd’hui dix ans. Yasmina Kettal succède dans cet exercice citoyen à Stéphane Hessel (vœux de résistance pour 2011), Moncef Marzouki (vœux d’espoir pour 2012), Édouard Martin (vœux de lutte pour 2013), Ariane Mnouchkine (vœux d’épopée pour 2014), François Morel (vœux de courage pour 2015), Océanerosemarie (vœux de paix pour 2016), Assa Traoré (vœux de fraternité pour 2017), Sandrine Rousseau (vœux de liberté pour 2018), Vincent Verzat (vœux de lucidité, solidarité et radicalité pour 2019) et Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice (vœux de joie pour 2020).

Toute l’équipe de Mediapart remercie vivement Yasmina Kettal d’avoir généreusement accepté de relever ce défi et vous souhaite, à son tour, courage et force pour affronter les défis de l’année à venir.

Voici le texte des vœux pour 2021 de notre présidente de la République d’un jour, Yasmina Kettal :

Bonsoir à toutes et tous,

Si je suis la présidente d’un jour sur Mediapart, c’est avec la lourde responsabilité d’essayer de représenter les premiers de corvée. Celles et ceux dont certains ont découvert le caractère indispensable face à l’épidémie. Je parle des soignants, comme moi, infirmière en Seine-Saint-Denis, mais aussi tous les autres travailleuses et travailleurs de l’ombre, avec ou sans papiers, qu’ils soient livreurs, éboueurs, transporteurs, caissières, femmes de ménage et aides à domicile…

Je dois avouer qu’il n’a pas été très simple d’écrire les vœux d’une année qu’on aimerait pouvoir en grande partie effacer de notre mémoire. Pas simple non plus une nouvelle fois de s’exprimer sur une situation qu’on a inlassablement rabâchée.

Car oui, si ce virus est entré par effraction dans nos vies, il l’a malheureusement fait en validant le constat, porté pendant des mois par une mobilisation hospitalière sans précédent. Un mouvement dont le seul but était d’obtenir les moyens nécessaires pour vous soigner et qui redoutait la situation actuelle. Avoir fait face à autant d’aveuglement, d’entêtement et de mépris rend la situation plus cruelle encore. Si, année après année, chaque attaque contre l’hôpital a laissé des traces, le Covid, lui, a laissé derrière lui un cratère.

Je pourrais vous faire une liste de toutes les choses immondes vues et vécues durant cette crise mais aussi celles qui rythment notre quotidien depuis bien trop longtemps. Elle serait longue, elle parlerait des morts, de peurs, d’injustice, de fatigue et de larmes. Des situations où tout ne tient qu’à un fil où l’on nous a même nié le droit d’avoir des limites. Mais ai-je réellement besoin d’en passer par là pour vous faire comprendre ?

Je sais que pour certains d’entre vous le message s’est brouillé. Il y a eu un certain nombre d’experts en rien donnant un avis sur tout, mais aussi de la culpabilisation, de l’infantilisation, voire même des insultes. Pourtant, qui parmi nous n’a pas été un jour déstabilisé par ce virus ? D’autant plus lorsque la communication gouvernementale a été mensongère et désastreuse, et ses actions irresponsables et dangereuses.

Ce soir, vous entendrez l’autre Président user de tout un tas de superlatifs pour nous qualifier. Il dira probablement que c’est grâce à la mobilisation exceptionnelle des soignants que nous passons chaque cap. En un sens, c’est vrai, j’ai vu mes collègues se dépasser comme jamais. Pourtant pour beaucoup d’entre nous cela provoquera de l’amertume, voire même de la colère. Car cela s’est fait sur notre dos, notre sueur, nos larmes, notre santé. Il n’y a vraiment pas de quoi en être fier.

D’autant plus si ce n’est pas pour en tirer des leçons et finir par voter ces deux milliards d’euros d’économies supplémentaires à réaliser en 2021.

Alors pourquoi on accepte ? Le problème c’est qu’on n’accepte plus vraiment. Certaines d’entre nous, lassées de batailler dans le vide, finissent aussi par dire : « On se lève et on se casse. » En ce moment trouver des infirmières expérimentées, c’est comme chercher des FFP2 en mars. Il n’y en a pas. Qui pourrait les en blâmer ? Un système qui ne tient que par la culpabilité n’est pas viable éternellement.

Elle est là la réalité de nos hôpitaux.

Ce que je n’oublierai pas, c’est qu’en Seine-Saint-Denis, on y est mort plus qu’ailleurs et dans l’indifférence la plus totale. Justement parce qu’on y concentre les premiers de corvée, fragilisés par des maladies, des conditions de vie et un accès aux soins médiocres. Ces personnes qu’on a continué d’exposer au nom de la sauvegarde d’une économie dont nous ne sommes même pas les bénéficiaires.

Je n’oublierai pas non plus que votre première réaction fut de trouver des moyens d’exprimer votre solidarité. Mais, tout comme notre mouvement pour défendre l’hôpital, je suis désolée d’avoir à vous le dire, cela n’a pas suffi. D’ailleurs, une petite accalmie, elle, a suffi pour que l’autre Président, comme tant d’autres avant lui, nous reparle d’organisation et non de manque de moyens.

Si cette année s’achève avec une perspective de vaccin contre le Covid, où est celui contre les autres maux de nos sociétés qui nous rongent ? Le racisme, les violences policières, la chasse aux réfugiés, la pauvreté, les dérives autoritaires ? Le Covid ne doit pas être un prétexte à la restriction des libertés ou au reniement des promesses d’égalité. Au même titre que les autres enjeux climatiques, économiques ou sociétaux, la question de l’hôpital n’est pas indépendante de celle du monde dans lequel nous souhaitons vivre.

Nous sortons de cette année lassés et changés. Nous avons dû apprendre à vivre avec nos peurs et nos doutes. Mais cette année nous a aussi montré que, face au danger, la solidarité est vitale. Que face à l’injustice et aux mensonges, nous ne pouvons pas nous permettre de nous taire.

Je devais ici vous délivrer un message d’espoir mais je me garderai bien de tout pronostic pour l’année 2021, car c’est à nous de l’écrire. Si elle laisse entrevoir des aspects de plus en plus sombres, elle porte aussi en elle la nécessaire promesse d’un autre monde.

Alors, je nous souhaite de vivre ces moments où l’on relève la tête et où l’on peut sentir la force de l’énergie collective. Ce soir, mes collègues s’occupent des moins chanceux d’entre nous. Je nous souhaite de réussir à nous protéger les uns les autres, parce que nos vies en valent la peine. Surtout, je nous souhaite de connaître joie, rire, amour et santé.

Très belle année 2021 à vous. Courage et force à nous.


Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »

Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »
par La rédaction de Mediapart
Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »
par La rédaction de Mediapart
Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »
par La rédaction de Mediapart
Chaque 31 décembre, « Les vœux de... »
par La rédaction de Mediapart

À la Une de Mediapart

International — Article
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
France — Article
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
France — Article
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
France — Reportage
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne