Dossier : départementales 2015

Le premier tour des départementales, dimanche 22 mars, a mis la France à l'épreuve du tripartisme, entre effacement progressif de la gauche, percée du Front national et velléités de reconquête à l'UMP. Retrouvez nos articles.

Le FN ne remporte aucun département mais confirme son implantation locale

Par
Marine Le Pen dimanche 29 mars, au siège du FN. © Reuters Marine Le Pen dimanche 29 mars, au siège du FN. © Reuters

Le Front national n'a pas remporté la victoire symbolique qu'il espérait. Le parti frontiste enregistre en revanche des scores élevés qui confirment son implantation locale, cœur de la stratégie de conquête du pouvoir de Marine Le Pen pour 2017, et espère bien semer le trouble lors du « troisième tour », jeudi.

Dans le Vaucluse, la présidente de l'UDI offre ses services au FN

Par Boris de la Cruz

Les digues ne tiennent plus. La présidente de l'UDI dans le Vaucluse, Corinne Païocchi, a annoncé qu'elle quittait le parti centriste. À quelques heures du dépouillement du second tour des élections départementales, elle confie à Mediapart son souhait de rejoindre Marine Le Pen : « Rien en Vaucluse ne peut se faire sans le Rassemblement Bleu Marine. »

En direct de Mediapart : spéciale second tour des départementales

Vidéos dans l'article Vidéos dans l'article

Édition spéciale de « En direct de Mediapart ». Quelles conséquences la perte de la moitié de ses départements va-t-elle avoir pour le PS ? Comment analyser la percée du FN, qui ne contrôle cependant aucun département ?

Sarkozy veut faire de la victoire de la droite sa victoire personnelle

Par

Avec 28 départements récupérés à la gauche, la droite est sans conteste la grande gagnante de ces élections départementales. Oubliant que l'UMP avait perdu toutes les élections intermédiaires entre 2004 et 2012, Nicolas Sarkozy veut voir dans les résultats de dimanche la victoire de sa stratégie personnelle. Ses adversaires en interne ne l'entendent pas de cette oreille.

Second tour des départementales : le fil de la soirée

Les résultats département par département, les principales réactions politiques et bien plus encore.

La Seine-Saint-Denis, « miroir grossissant » des défis de la gauche

Par

La Seine-Saint-Denis avait plébiscité François Hollande en 2012. Depuis, le PS, qui est menacé de perdre le département ce dimanche 29 mars, a vu partir une grande partie de ses électeurs. Il devra les reconquérir en 2017, alors que la droite et le FN gagnent du terrain dans un département profondément travaillé par la précarité.

Dans les Bouches-du-Rhône, la chute de la maison Guérini

Par
Réunion publique de la Force du Treize à La Fare-les-Oliviers, le 13 mars 2015. © LF Réunion publique de la Force du Treize à La Fare-les-Oliviers, le 13 mars 2015. © LF

À gauche depuis 1953, les Bouches-du-Rhône devraient, sauf grosse surprise, basculer à droite dimanche soir. Ce qui paradoxalement rend le sourire à certains militants socialistes marseillais : un échec signerait la fin du système Guérini et la possibilité d’une refondation pour le PS local.

L'Essonne livrée au duel Tron-Guedj sur fond d'affaires politico-judiciaires

Par

Dans l'entre-deux tours, le « frondeur » socialiste et président du conseil général Jérôme Guedj se livre à un duel tendu face à l'ancien ministre Georges Tron, lequel est renvoyé aux assises pour viol. Le département tenu par le PS depuis 1998, et dont Georges Tron ambitionne de ravir la présidence, pourrait bien passer aux mains de la droite.

A Mayotte, personne ne sait « comment s'en sortir »

Par Olivia Muller
Durant la campagne du premier tour, à Mayotte. © David Lemor Durant la campagne du premier tour, à Mayotte. © David Lemor

Dans le dernier-né des départements français, en marge des meetings électoraux, la population, ravagée par la pauvreté et la difficulté d’accéder aux mêmes droits qu’en métropole, commence à questionner les dysfonctionnements de la République.

Départementales : le vrai rapport de force à gauche au premier tour

Par

Un groupe de chercheurs a « recodé » les résultats des départementales pour donner une vision plus détaillée du premier tour. Notamment à gauche, où ce recomptage fait apparaître que les candidats soutenus par le PS ont obtenu 24,7 % des suffrages exprimés, et la « gauche autonome » 10,1 %.

Triangulaires au second tour: ça persiste, ça se désiste, ça résiste

Par et

Appel au désistement républicain pour le PS. Ligne du “ni-ni” pour l’UMP. Les consignes nationales édictées à Paris en vue du second tour des départementales se heurtent aux réalités locales. Retrouvez notre carte des triangulaires.

Un statu quo branlant en Haute-Vienne

Par

En Haute-Vienne, la quadrangulaire d'Ambazac n'aura pas lieu : le PCF se désiste au profit du PS. Dans le département, le FN fait une percée, la droite poursuit son grignotage, le PS semble en mesure de sauver les meubles et la gauche de la gauche n'est pas au rendez-vous de son histoire.

Sur les ruines de la politique, émerge un nouvel ordre électoral

Par Fabien Escalona

Les départementales 2015 préfigurent un nouvel ordre électoral. L'ancrage du Front national modifie les règles du jeu. Les remèdes tristes des partis de gouvernement sont voués à perdre en attractivité. Cette décomposition sociopolitique d’ensemble fait le terreau de l'extrême droite.

Le PS est d'ores et déjà effacé de plusieurs départements

Par

Le PS pourrait perdre jusqu'à quarante des soixante départements qu’il gère aujourd’hui. « La gauche n'est plus là. Zéro plus zéro : la tête à Toto », constate Olivier Girardin, premier fédéral de l'Aube, où les socialistes sont tous éliminés.

Juppé, Fillon et les centristes : comme il est bon de se démarquer de Sarkozy !

Par

Juppé, Fillon et Jégo étaient en meeting lundi soir en Gironde, histoire de marquer leurs différences. Depuis le retour de Nicolas Sarkozy et face à l'implantation du FN, la droite n'en finit pas de se scinder en deux. Avec un objectif identique, la primaire de 2016.

Le FN s'ancre dans ses bastions et progresse dans de nouvelles régions

Par
Dans une permanence du FN à Nice © Reuters Dans une permanence du FN à Nice © Reuters

Le Front national a terminé deuxième du premier tour, dimanche, avec 25,24 % des voix. Si ce n'est pas la victoire annoncée par les sondages, c'est un double coup gagnant pour Marine Le Pen, qui confirme son implantation locale et progresse dans ses terres de mission: l'Ouest, le Sud-Ouest, le Centre. Le chercheur Joël Gombin évoque « une progression dans des territoires plus urbains et aisés » et « une stabilisation dans les territoires les plus périphériques, ruraux, populaires ».

Dans l'Aisne et l'Oise, le FN fait trébucher les barons PS

Par

C'est en Picardie que le FN a réalisé ses meilleurs scores. À plus de 38 % au premier tour dans l'Aisne, l'extrême droite pourrait l'emporter. Dans l'Oise, elle est en tête dans 14 des 21 cantons. Les présidents PS des deux conseils généraux ont été distancés.

Sur les ruines de la politique, émerge un nouvel ordre électoral

Par Fabien Escalona

Les départementales 2015 préfigurent un nouvel ordre électoral. L'ancrage du Front national modifie les règles du jeu. Les remèdes tristes des partis de gouvernement sont voués à perdre en attractivité. Cette décomposition sociopolitique d’ensemble fait le terreau de l'extrême droite.

Après le premier tour, les comptes divers de la gauche

Par

Si le « total gauche » atteint les 35 %, le détail des résultats rapportés par les responsables des divers partis laisse apparaître des nuances sur lesquelles s'appuie chacun pour défendre sa ligne stratégique des semaines et mois à venir.

Vérités, mensonges et approximations

Par

Victoire de l’UMP, Front national puissant mais distancé, et PS qui limite les dégâts. C’est ce qu’on a lu et entendu depuis lundi matin, au lendemain du premier tour des élections départementales. Des vérités sommaires et souvent contradictoires. Décryptage.

A droite, la victoire de l'unité éclipse celle de Sarkozy

Par

En rassemblant autour de 30 % des suffrages exprimés, l’alliance UMP-UDI arrive en tête. Les sarkozystes voient la validation de la stratégie de «droite décomplexée» de leur patron. C'est pourtant l'alliance de la droite et du centre, prônée par Alain Juppé, qui a remporté la mise.

Revenir au gouvernement? Les écologistes au bord de la scission

Faut-il revenir ou pas au gouvernement, un an après ? Pour quoi faire ? EELV est au bord de la crise de nerfs. La perspective d’un remaniement après les départementales divise le parti, jusqu'à menacer son existence.

Les socialistes ne «résistent» que dans leur monde imaginaire

Par

Le Front national s'installe à 25 %, un Français sur deux ne se déplace plus aux urnes, le PS ne pèse plus que 20 % dans un de ses scrutins favoris, il est déjà éliminé dans plus de 500 cantons. Mais le premier ministre estime que «quand on mobilise les Français, ça marche». Décryptage d'une illusion.

Départementales: pour comprendre les résultats

Vidéos accessibles dans l'article. Vidéos accessibles dans l'article.

Le PS a-t-il réellement résisté ? Le FN derrière l'UMP, est-ce un échec pour Marine Le Pen ? La stratégie d'alliance UMP-UDI dans les cantons est-elle une victoire de Sarkozy ?

Nonna Mayer: trente ans de progression du FN

Par

Avec environ 25 % des voix, le Front national a encore progressé. Et ce, à l'occasion d'élections locales qui lui sont traditionnellement très défavorables. Pourquoi ? Entretien avec Nonna Mayer, directrice de recherche émérite au CNRS, présidente de l’Association française de science politique et spécialiste de l'extrême droite.

Dans le Limousin en rogne, rame un socialisme rogné

Par

Les socialistes comptent sur leur antique implantation tout en se prévalant de renouvellement. Les alternatifs s'accrochent avec vaillance à leur « à gauche toute ! ». L'UMP assure son tour de piste et le FN se tapit en vue de ramasser la mise : impénétrable augure sur fond d'adversités avérées.

Face au FN: le pouvoir dramatise, et après?

Par

Manuel Valls compte sur la « peur » du FN pour mobiliser les électeurs. Une stratégie approuvée par l’Élysée. Mais après la gifle prévisible des départementales, il faudra plus que des mots pour faire refluer l'extrême droite.

Dimanche, une multitude de « 21-Avril » locaux

Par

Le Front national était en tête aux européennes de 2014 dans les deux tiers des cantons actuels. Ce dimanche 22 mars, il devrait souvent passer le cap du premier tour. Divisée, la gauche sera souvent balayée. La France politique de 2015 peut se résumer ainsi : abstention de la moitié des électeurs inscrits, tripartisme ancré avec la poussée du FN et obligation pour l'UMP et le PS d'unir leurs camps respectifs dans les mois et les années à venir, sous peine d'être durablement concurrencés par l'extrême droite.

Une «nouvelle dynamique» est en rodage à la gauche du PS

Par

Les départementales sont la première échéance électorale depuis l'élection de François Hollande où le parti de gauche, le PCF et EELV ont à ce point acté leur séparation avec le PS. C'est l'occasion d'expérimenter de nouvelles alliances et des « alternatives citoyennes » ouvertes à des candidatures de non-encartés.

Dans le Finistère, les socialistes redoutent «une décharge de colère»

Par
Le député PS Gwenegan Bui accompagne le binôme PS à une réunion publique à Guiclan.  © CG Le député PS Gwenegan Bui accompagne le binôme PS à une réunion publique à Guiclan. © CG

Dans ce département pris à la droite en 1998, les socialistes mènent une campagne compliquée : la réforme des départements est illisible, la crise de l'agroalimentaire n'en finit pas, le FN a fait une percée inattendue aux européennes, la droite est en embuscade. Surtout, les électeurs veulent «faire turbuler le système», dit le député socialiste Gwenegan Bui.

A Grenoble, les gauches iséroises se toisent et se recomposent

Par

La majorité PG/EELV/réseaux citoyens, élue l’an dernier dans la capitale des Alpes, entend concurrencer et devancer le PS au niveau départemental. Au risque de perdre le conseil général. Les résultats dicteront la suite des événements, comme la cicatrisation ou non de la fracture à gauche. Et aussi l’attitude des socialistes.

En Seine-Saint-Denis, le centre rêve d'une banlieue bleu clair

Par

Pour la première fois depuis sa création en 1967, la Seine-Saint-Denis pourrait basculer à droite, sous l’impulsion du patron de l’UDI, le décrié député et maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde. Certains dénoncent un « système », entre clientélisme, petits arrangements et grandes ambitions.

Départementales: alerte, Front national

Par
Au siège du FN, le 6 février. © Reuters Au siège du FN, le 6 février. © Reuters

Le FN est le parti qui a investi le plus de candidats aux élections départementales. Il s'agit de fidéliser l'électorat et de poursuivre la construction d'un réseau d'élus locaux. Le parti d'extrême droite menace une nouvelle fois d'arriver en tête.

Dans le Var, les embarrassants soutiens du FN

Par et

Alors que Marine Le Pen dénonce la « corruption » et les « magouilles électorales » de « l'UMPS », elle accepte volontiers le ralliement ou le soutien de personnages sulfureux. Dernier exemple en date : le soutien du maire (ex-UMP) de Roquebrune, qui accumule les ennuis judiciaires.

Vaucluse: sur le front d'Avignon, la droite laisse un boulevard

Par
 © MH © MH

Symbole d'un département qui flirte avec l'extrême droite, Avignon pourrait se laisser séduire par le Front national lors des élections des 22 et 29 mars. Le parcours de sa tête d'affiche, Philippe Lottiaux, énarque parachuté qui a travaillé avec Tiberi et Balkany, ne choque pas. Et la droite se déchire, alignant des candidats âgés et dépassés.

L'UMP est confrontée à la tentation du FN pour le «troisième tour»

Par
Nicolas Sarkozy en meeting pour les départementales, le 5 mars à Marseille. © Reuters Nicolas Sarkozy en meeting pour les départementales, le 5 mars à Marseille. © Reuters

S’effacer au profit de la gauche ou prendre le pouvoir grâce à l'extrême droite. C'est le dilemme auquel l'UMP va être confrontée lors de l'élection des présidents des départements. Refusant officiellement toute forme d'alliance avec le FN, l'opposition doit composer avec ses électeurs, de plus en plus favorables à un rapprochement avec le parti de Marine Le Pen.

José Bové : « Il y a une bataille mortifère à Europe Ecologie »

Emission disponible dans l'article Emission disponible dans l'article

« La logique de parti a repris le dessus. Le dégoût de la politique, le dégoût des appareils, amènent ce qu'on est en train de voir au niveau électoral, l'abstention et le vote Front national. » Pour José Bové, il faut refonder l’écologie en revenant sur le terrain. Il le fait dans son style, dans la seconde partie d’Objections, en revenant sur son dernier livre, L’Alimentation en otage.

Bouches-du-Rhône: Guérini prospère sur les ruines du PS

Par
Guérin entouré des candidats Force du 13, le 12 mars. © (LF) Guérin entouré des candidats Force du 13, le 12 mars. © (LF)

Dans les Bouches-du-Rhône, la gauche peut perdre le département du fait de la candidature dissidente de Jean-Noël Guérini, le président sortant du conseil général aux nombreuses casseroles et mises en examen. Ce dernier mène une campagne aux accents populistes contre la métropole Aix-Marseille.

Pas-de-Calais : le risque du département ingouvernable

Par
 © Liegey Muller Pons © Liegey Muller Pons

Campagne atone, gauche désunie et montée du Front national sont les ingrédients des élections dans le Pas-de-Calais. Après la prise de la ville d'Hénin-Beaumont en 2014, l'extrême droite s'ancre durablement dans ce département où le PS sort tout juste de son affairisme.  

Effrayé par l'abstention aux départementales, le PS invoque le « danger » FN

Par

Le PS risque de payer très cher l’abstention aux élections départementales. Le FN, lui, en tirera profit. Ces élections vont faire figure de nouvelle piqûre de rappel : à part aux présidentielles, une grande partie de l'électorat boude les urnes.

Départementales: des cartes pour comprendre

Pour le scrutin des 22 et 29 mars, Mediapart s'associe avec le cabinet Liegey-Muller-Pons pour proposer des cartes et analyses originales, où se mêleront résultats électoraux passés et données sociodémographiques : taux de chômage ou de mobilité, niveau de vie...

Dans les Hauts-de-Seine, Sarkozy, « ça ne marche plus »

Par

Considérés comme « le laboratoire de la droite », le département des Hauts-de-Seine a longtemps été le repaire intime de la Sarkozie, de ses affaires et de ses petits arrangements. Mais ici, comme ailleurs, le retour de l'ex-chef de l'État à la tête de l'UMP passe mal, voire n'est même plus un sujet.

Autour de Sivens, les élus font bloc pour défendre leurs prérogatives

Par

Dans le Tarn, les élections départementales se préparent dans une atmosphère explosive. Les pro-barrage de Sivens pratiquent l'intimidation, tandis que les élus mènent un jeu politique opportuniste et brouillent les lignes. Le département de Jaurès pourrait basculer à droite.

Le pouvoir du vide

Par

Le sursaut n'est pas venu. L'« esprit du 11 janvier » invoqué après les attentats s'est perdu dans le triangle des Bermudes de la loi Macron. Le PS attend sa raclée des départementales, tandis que ses dirigeants ne parlent que d'« autorité », de « modernité » et de « réformes ». Terrible ennui.

Départementales : le PS confronté à des alliances inédites contre lui

Par

Le scrutin devrait voir le Parti socialiste perdre un nombre important de bastions. Le reste de la gauche commence à tester des alliances nouvelles. « Les appareils ont choisi la stratégie de Mélenchon en considérant que la défaite du PS est une condition de l’alternative », enrage le ministre Stéphane Le Foll.

Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne): «Le pouvoir nous prend pour des couillons»

Par et
Emission vidéo dans l'article Emission vidéo dans l'article

Nouvelle Donne revendique douze mille adhérents. Son créateur, Pierre Larrouturou, aujourd’hui co-président du mouvement, est cette semaine l’invité d’Objections. Il écarte toute alliance avec le PS mais lance une invitation au Front de gauche et à Europe Écologie: «Prenons six mois pour construire un projet.»

Coquerel (Front de gauche) : « Il faut lever l’hypothèque du PS sur la gauche »

Par

Le secrétaire national du Parti de gauche fait le point sur l'état de l'« autre gauche », alors que les départementales ont permis de nombreux rapprochements entre les écologistes et le Front de gauche. Dans la foulée de la victoire de Syriza en Grèce, il dit espérer la constitution d'un « nouvel espace commun » permettant de faire émerger une alternative de gauche à la politique gouvernementale.

Départementales: un renouvellement en trompe-l'œil

Par

Les conseils départementaux élus le 29 mars seront paritaires. Et le cumul parlementaire-conseiller général est en voie de disparition. Le prochain scrutin va marquer un certain renouvellement de la vie politique. Un progrès en demi-teinte car l'échelon départemental est de plus en plus marginalisé face aux régions et métropoles.

Départementales: pour le PS, la défaite qui vient

Par
La couleur des conseils généraux actuels La couleur des conseils généraux actuels

Les 22 et 29 mars, les Français vont élire les conseils départementaux. Le PS s'attend à une nouvelle sanction, sur fond d'abstention. Étrange scrutin, qui consiste à élire des assemblées dont on ne connaît pas exactement les compétences dans le Meccano de la réforme territoriale en cours.

Tous les articles