Dossier. JO de Paris 2024

Les Jeux Olympiques à Paris en 2024 : est-ce si merveilleux ? Nos enquêtes, articles et les dessous du grand Cocorico national.

JO 2024 : la tentation sécuritaire

Par et
Commissariat d'Aulnay Sous Bois © rthur Nicholas Orchard / Hans Lucas via AFP Commissariat d'Aulnay Sous Bois © rthur Nicholas Orchard / Hans Lucas via AFP

Les Jeux olympiques de Paris 2024 vont servir d’immense terrain de jeu pour « expérimenter » de nouvelles technologies (analyse d’images, de foules, suivi d’individus en temps réel...). Une aubaine pour les industries de la surveillance.

JO 2024 : l’argent profitera bien peu aux habitants

Par
Chantier de construction du village olympique de Paris 2024 à Saint-Denis, en avril 2021. © Photo Christophe Archambault / AFP Chantier de construction du village olympique de Paris 2024 à Saint-Denis, en avril 2021. © Photo Christophe Archambault / AFP

En visite sur le futur site du village des athlètes, Emmanuel Macron doit annoncer ce jeudi le déblocage de 250 millions d’euros pour la construction de 5 000 équipements sportifs de proximité. Mais la majorité des investissements olympiques n’iront ni aux gymnases ni aux terrains de foot du 93.

JO 2024 : le sort des jardins d’Aubervilliers fera-t-il couler la piscine ?

Par
Marche funèbre en hommage aux espèces détruites lors de l'expulsion des jardins d'Aubervilliers, le 5/09/21 (JL). © J.L. Marche funèbre en hommage aux espèces détruites lors de l'expulsion des jardins d'Aubervilliers, le 5/09/21 (JL). © J.L.

La justice administrative a suspendu le permis de construire de la piscine d’entraînement des Jeux olympiques, qui menace des parcelles de potagers. Mais des pelleteuses continuent d’en excaver la terre. Plusieurs milliers de m2 risquent toujours de disparaître sous une gare du Grand Paris et un ensemble immobilier.

À Aubervilliers, la piscine des JO sera gérée par le privé

Par

Le centre aquatique olympique qui menace des jardins ouvriers est au programme du conseil municipal du 8 juillet. Délégation de service public, hôtels et bureaux : en dépit de la mobilisation pour sauver ces parcelles, un aménagement brutal se profile.

JO 2024 : des centaines de milliers d’euros engloutis dans un projet de construction mirifique

Par
Vue du projet élaboré pour le stand de tir de Saint-Witz. Vue du projet élaboré pour le stand de tir de Saint-Witz.

Pendant plus de deux ans, la Fédération française de tir a soutenu la construction d’un stade olympique dans le Val-d’Oise. Mais le projet n’était qu’une chimère, qui a profité à un cabinet d’architecture, dirigé par un homme au lourd passif, marié à une cadre de la fédération.

JO 2024: l’écologie lucrative de la future «cité-jardin»

Par
Zone du chantier suspendu du village des médias, sur l'aire des vents du parc Georges Valbon (JL). Zone du chantier suspendu du village des médias, sur l'aire des vents du parc Georges Valbon (JL).

Le foncier sur lequel doit être construit le « village des médias » des Jeux olympiques a été déclassé du domaine public et vendu à vil prix, autour de 70 euros le mètre carré. Des associations et élu·e·s dénoncent une privatisation des communs. La justice administrative termine l’instruction du recours contre le chantier, toujours suspendu. 

JO 2024: des accusations de propos racistes et misogynes créent une crise interne

Par et
Nicolas Ferrand, directeur général exécutif de la Solideo, lors de la présentation de la maquette du village olympique, en novembre 2019. © Stéphane DE SAKUTIN / AFP Nicolas Ferrand, directeur général exécutif de la Solideo, lors de la présentation de la maquette du village olympique, en novembre 2019. © Stéphane DE SAKUTIN / AFP

Insultes anti-roms, préjugés sur les habitants de Seine-Saint-Denis, comportements sexistes... Notre enquête révèle des troubles graves et répétés à la Solideo, l’établissement public chargé de la construction des ouvrages olympiques. Après l’envoi de nos questions, trois salariés ont été suspendus et un audit diligenté. Des alertes internes, remontées jusqu’au cabinet d’Anne Hidalgo, n’avaient pourtant pas provoqué un grand émoi jusque-là.

JO 2024: l’aménageur public se paye les services de Publicis pour gérer un «risque d’image»

Par
Une affiche en défense des jardins des Vertus à Aubervilliers. Une affiche en défense des jardins des Vertus à Aubervilliers.

D’après nos informations, Grand Paris Aménagement a fait appel à l’agence de communication pour gérer un « risque d’image important » lié à la destruction de jardins à Aubervilliers, préalable à la construction d’une piscine olympique. La société a dressé une liste de journalistes et personnalités hostiles.

JO: la justice suspend le chantier du village des médias

Par
Cabane de défense de l'Aire des vents, décembre 2020 (JL). Cabane de défense de l'Aire des vents, décembre 2020 (JL).

La construction du quartier des journalistes pendant les Jeux de 2024 est mise à l’arrêt. Les porteurs du projet n’ont pas cherché de solution alternative au bétonnage d’une zone naturelle où vivent des espèces protégées.

A Saint-Ouen, les JO poussent un foyer dehors

Par
Réunion des résidents du foyer Adef de Saint-Ouen, 28 février 2021 (JL) Réunion des résidents du foyer Adef de Saint-Ouen, 28 février 2021 (JL)

224 personnes doivent déménager de leur logement à Saint-Ouen pour céder la place au futur village olympique. Les conditions de départ de ces travailleurs migrants sont considérées comme « exemplaires » par la puissance publique. Pourtant, ils vont perdre leur mode de vie collectif. Et au moins 46 personnes restent sur le carreau. 

JO 2024: un bassin contre des jardins

Par
Parcelles maraîchères des jardins des Vertus, en juin 2020 (JL). Parcelles maraîchères des jardins des Vertus, en juin 2020 (JL).

Le projet d’une giga-piscine à Aubervilliers menace les jardins ouvriers des Vertus, tandis que la maire y voit l’occasion de « faire décoller » sa ville. Opacité comptable et budgétaire, utilité olympique contestable, coût important, pari sur la rentabilité foncière d’une vaste friche urbaine : un drame métropolitain éclate. Et des anti « saccages » par les JO se rassemblent à Paris le 6 février.

Paris 2024: les JO menacent de polluer l’air d’un quartier populaire

Par
Intervention du collectif Pleyel à venir lors de l'enquête publique, en juin 2019. © JL Intervention du collectif Pleyel à venir lors de l'enquête publique, en juin 2019. © JL

Pour desservir le futur Village des athlètes, un échangeur autoroutier doit être construit à proximité d’un groupe scolaire de 700 élèves à Saint-Denis. La justice vient de valider le projet, en dépit de l’aggravation de la pollution qu’il devrait causer, selon les nombreux documents analysés par Mediapart.

Contre des bretelles d’autoroutes, des parents saisissent la justice

Par

À Saint-Denis (93), des associations et des riverain·e·s déposent un recours contre la construction d’un système d’échangeurs autoroutiers en pleine ville, à proximité d’un groupe scolaire de 700 élèves. Selon eux, le quartier Pleyel risque l’asphyxie.

En Seine-Saint-Denis, les JO partent à la conquête de l’Est

Par
Le futur village olympique de Paris 2024, tel qu'imaginé par le maître d'ouvrage (document Solideo). Le futur village olympique de Paris 2024, tel qu'imaginé par le maître d'ouvrage (document Solideo).

Un foyer de travailleurs isolés, une résidence sociale étudiante et une école de kiné doivent être démolis. Une école de Saint-Denis va subir les impacts d’un échangeur autoroutier. Le paysage urbain va être bouleversé en vue des JO. Mais pour l'instant, peu de monde s'en soucie.

A Cannes, les Jeux olympiques font salon

Par
Lancme,nt Lancme,nt

Au salon de l'immobilier, le chantier du futur village olympique de 2024 a été officiellement lancé, pour convaincre promoteurs immobiliers, investisseurs, architectes, start-up et bureaux d’études, bien loin des préoccupations des habitants de Seine-Saint-Denis où les JO auront lieu.

A Saint-Denis: «Les JO, c’est pas pour nous»

Par

Plus d’une centaine de personnes se sont réunies à Saint-Denis, dimanche 10 mars, pour protester contre la manière dont s’organisent les Jeux olympiques de 2024 dans le département et exiger d’être prises en compte.

JO 2024: la facture des transports dérape déjà

Par
Le site du « Village des médias » de Paris 2024, prévu sur le site de Paris-Le Bourget, est en discussion. © Luxigon / Paris 2024 Le site du « Village des médias » de Paris 2024, prévu sur le site de Paris-Le Bourget, est en discussion. © Luxigon / Paris 2024

Alors que les structures chargées de l’organisation des Jeux olympiques de Paris en 2024 vont entrer en action, les discussions s’intensifient sur le coût réel de l’événement. Côté transports, le constat est déjà clair : les nouvelles lignes de métro ne seront pas prêtes à temps.

Paris 2024: les millions s'envolent déjà

Par
Tony Estanguet, Anne Hidalgo et Guy Drut à Lima le 13 septembre. © Reuters Tony Estanguet, Anne Hidalgo et Guy Drut à Lima le 13 septembre. © Reuters

Le grand oral de Paris 2024, à Lima, au Pérou, pour l'accueil des Jeux olympiques a laissé une jolie ardoise: 1,5 million d'euros. Hôtel cinq étoiles, meilleur restaurant du pays, avion spécial, etc. : l'imposante délégation française présente — qui n'avait pas d'adversaire — ne s'est privée de rien. Au même moment, le GIP s'apprête à verser de copieuses primes et indemnités de licenciement à ses cadres.

Primes, gestion opaque et coup de force: le «off» de Paris 2024

Par
capture-d-e-cran-2017-09-13-a-20-03-15

Artisans de la candidature de Paris, l’ancien patron du rugby mondial Bernard Lapasset, son bras droit Étienne Thobois, issu de l’agence Keneo, et le champion Tony Estanguet ont réussi leur coup. Mais l’opacité de la gestion du groupement d’intérêt public et le versement contesté de « primes de succès » font débat.

Jusqu’au cou, Coubertin, tintamarre…

Par

Pierre de Coubertin est parvenu à fonder, au nom du sport, une secte, le CIO, qui nous en met plein la vue en s’en mettant plein les poches. Retour sur une parole d’évangile charriant le pire en série, sous couvert d’olympisme renaissant…

L’enjeu de la «loi olympique»: un droit d’exception

Par

Les États accueillant les JO sont tenus d’adopter une loi olympique. Simple « mise en conformité » avec les exigences du CIO pour le ministère, « loi d’exception faite pour les sponsors », selon les spécialistes, elle sera effective toute la durée des Jeux.

Les Jeux olympiques, béton armé politique du Grand Paris

Emmanuel Macron et Anne Hidalgo aux Journées de l'olympisme, juin 2017 (Reuters). Emmanuel Macron et Anne Hidalgo aux Journées de l'olympisme, juin 2017 (Reuters).

La tenue des Jeux olympiques et paralympiques à Paris en 2024 accompagne et renforce la construction de la métropole du Grand Paris. Nouvelles lignes de métro, nouveaux quartiers, disparition de départements de la petite couronne, compétition avec les autres grandes capitales mondialisées : dans six ans, l’Île-de-France aura changé de forme et d’apparence.

JO 2024: la candidature de Paris minée par les conflits d'intérêts

Par
Cofondateur de Keneo, Étienne Thobois est aujourd'hui directeur général de la candidature Paris 2024. © Capture d'écran Cofondateur de Keneo, Étienne Thobois est aujourd'hui directeur général de la candidature Paris 2024. © Capture d'écran

L’agence d’événementiel Keneo a déjà reçu plus de 2 millions d’euros de contrats de la candidature française aux Jeux olympiques, expertisée par le CIO durant cinq jours, du 13 au 17 mai. Cette agence a été fondée par l’actuel directeur général de Paris 2024. Et dispose d'une autre recrue de choix pour faire fructifier ses affaires: l’ancien responsable aux grands événements sportifs à Matignon, sous Valls et Cazeneuve.

JO 2024: vainqueur par forfait, Paris peut le payer cher

Par
La délégation de Paris 2024 à Lausanne le 11 juillet. © Reuters La délégation de Paris 2024 à Lausanne le 11 juillet. © Reuters

L'accord financier conclu entre Los Angeles et le Comité international olympique (CIO) ouvre la voie à la désignation de Paris pour accueillir les Jeux olympiques en 2024. Tandis que tous ses concurrents ont renoncé pour des raisons budgétaires, l'équipe française assure qu'elle tiendra son budget de 6,6 milliards d'euros. Les risques de dérapage sont pourtant réels, notamment pour la sécurité.