Dossier: la mort de Michel Rocard

Figure de la «deuxième gauche», premier ministre de François Mitterrand de 1988 à 1991, Michel Rocard est mort samedi 2 juillet, à l'âge de 85 ans. Retrouvez nos articles sur quelques moments clés de son itinéraire politique.

Hommage à Michel Rocard: Hollande ou l’hiver de la parole

Par
Cérémonie des Invalides, le 7 juillet. Cérémonie des Invalides, le 7 juillet.

Un temple, la cour d'honneur des Invalides, le siège du parti socialiste : Michel Rocard avait voulu un triple hommage. Qui donne à réfléchir. Qui pousse à l'action. Ce n’était pas gagné. Ce fut perdu…

Michel Rocard, «entre gauchisme et social-libéralisme»

Michel Rocard © REUTERS/Philippe Wojazer Michel Rocard © REUTERS/Philippe Wojazer

L’historien Pierre-Emmanuel Guigo revient dans un entretien à Mediapart sur la complexité de l’héritage rocardien et son évolution politique et stratégique au fil des décennies.

Michel Rocard, entre synthèse et transgression

Par
capture-d-e-cran-2016-07-03-a-10-56-56

C’est fou ce qu’on aime les morts quand ils sont socialistes ! Avec Michel Rocard le phénomène a atteint son zénith. Cet homme libre, et finalement fidèle, a souffert toutes les embuscades, de droite à gauche, mais il est encensé, de gauche à droite, car chacun peut voir en lui une caution pour ses arrière-pensées...

Michel Rocard, une vie passée à être floué

Par

Le héraut de la deuxième gauche a de nombreuses fois été le dindon d'une farce imaginée par d'autres, du Figaro à François Mitterrand, en passant par le parti socialiste. Avec Ségolène Royal, il a même tenté à son tour d'imaginer une farce vaine. Trop intègre et désinterressé, ou trop naïf et vaniteux? Retour sur trois épisodes tragi-comiques de la carrière de "Rocky"...

Jacques Julliard: «Oui, la greffe néolibérale a contaminé la social-démocratie»

Jacques Julliard, 77 ans, entre en dissidence. Figure historique de la «deuxième gauche» rocardienne, l'éditorialiste du Nouvel Observateur a opéré depuis le début de l'année un virage surprenant. Dans un texte titré «Vingt thèses pour repartir du pied gauche», il défend la nationalisation des banques! Et le voilà qui persiste dans sa dénonciation du «néo-capitalisme». Entretien.

Epinay, Metz, Rennes, des congrès qui ont secoué le PS, vus par Denis Lefebvre

Congrès d'Epinay (1971) : François Mitterrand © Rak

Epinay 1971, Metz 1979, ou Rennes 1990? Le congrès de Reims est aussi incertain que ses trois illustres ancêtres et pourrait connaître un dénouement similaire. Refondation en vue des présidentielles, primaire qui ne dit pas son nom ou confrontations de rancœurs débouchant sur un parti ingouvernable? L'historien Denis Lefebvre, président de l'Office universitaire de recherche socialiste et auteur du récent Le Socialisme pour les nuls, revisite ces principaux congrès socialistes.

De Rocard à Hollande, la galaxie Valls-Cahuzac

C’est une des multiples facettes de l’affaire Cahuzac. Celle d’un écheveau de relations, d’amitiés et d’intérêts au sein et à la marge du parti socialiste, et qui relie l’ancien ministre du budget à l’actuel ministre de l’intérieur Manuel Valls depuis de nombreuses années.

Ouvéa: Michel Rocard vend la mèche sur France Culture

Par

Pour la première fois un responsable de haut rang, en la personne de Michel Rocard, reconnaît les crimes de soldats français ayant achevé des blessés kanaks à la suite de l'assaut de la grotte d'Ouvéa en mai 1988. C'était ce lundi 18 août sur France Culture.

Européennes 1994: la noyade de Rocard

Par

Après une bérézina aux législatives, Michel Rocard prend la tête de liste socialiste pour les européennes. A peine soutenu par les mitterrandiens, il a aussi en face de lui la liste de Jean-Pierre Chevènement et celle de Bernard Tapie, très en cour à l'Elysée. Et pendant ce temps, Edouard Balladur se voit présidentiable et Jacques Chirac l'assure de «son amitié». Quatrième épisode du feuilleton de Mediapart sur les campagnes européennes.

Olivier Ferrand: «On est tous réformistes au PS, mais notre réformisme est vide»

Par
Olivier Ferrand, ancien conseiller de Lionel Jospin et de Romano Prodi, préside le centre d'étude «progressiste» Terra nova. Un mois après le lancement de sa fondation, il évoque dans un entretien pour Mediapart les rapports entre intellectuels et parti socialiste, alors que le PS entre dans son congrès miné par les querelles sémantiques, les postures idéologiques et les querelles de personnes.

Comment Terra Nova a irrigué la gauche

Par

Olivier Ferrand, le président de Terra Nova, est mort, samedi, d'un arrêt cardiaque. Créé en 2008 sur les ruines intellectuelles de la gauche de gouvernement, son centre d'études, critiqué pour sa proximité avec Michel Rocard et son tropisme « techno », contribue depuis sa création à réveiller le débat public. Enquête.

Jacques Rigaudiat: plaidoyer pour une autre politique sociale

Par

C'est un parcours politique inattendu. Figurant parmi les meilleurs spécialistes français des questions sociales, Jacques Rigaudiat, qui a été le conseiller de Michel Rocard à Matignon, puis de Lionel Jospin, a quitté le PS pour suivre Jean-Luc Mélenchon au nouveau Parti de gauche. Pour Mediapart, il dresse un bilan critique des politiques de la gauche et analyse le cap suivi par Nicolas Sarkozy. Entretien vidéo.

* Lire aussi le blog de Jacques Rigaudiat sur Mediapart

Manuel Valls, l'ombre de la MNEF et les coulisses du PS

Par

Mediapart publie de nouveaux extraits du livre de notre confrère Laurent Mauduit, À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient. Cet essai est aussi une enquête sur des responsables socialistes et une plongée dans leurs débuts en politique, à l'OCI trotskyste, à l'Unef et à la Mnef. Après Jean-Christophe Cambadélis, voici Manuel Valls ou l'histoire de vingt années de manœuvres dans les coulisses socialistes avant de percer.

La garde rapprochée de Manuel Valls à Matignon

Par

Le premier ministre a choisi une partie de son cabinet. Pour la première fois, il est dirigé par une femme, Véronique Bédague-Hamilius, proche de Bertrand Delanoë et issue de Bercy. Il signe aussi le grand retour d’une figure de la “rocardie”, Yves Colmou.

Bien avant Delanoë, les riches tribulations et élucubrations du libéralisme à gauche

Par

Voilà bientôt trente ans, au congrès de Metz de 1979, Laurent Fabius clouait le bec de Michel Rocard en campant le socialisme entre l'économie planifiée pleine de couacs et l'économie de marchée gorgée d'injustices. Le mot libéral était banni, seul François Mitterrand, avec des pincettes remontant jusqu'au XIXe siècle, l'employait sur des ondes choisies. Petite revue à travers les perles de la Toile et quelques retours historiques...

Mediapart et le droit d'informer: halte au renoncement!

Par
«Halte au feu!», ont lancé Simone Veil et Michel Rocard, estimant que le débat autour de l'affaire Bettencourt «asservit la démocratie» et «porte un coup à la République». Nos dernières révélations montrent pourtant que l'incendie n'est pas près de s'éteindre. «Halte au renoncement!», leur répond donc Mediapart, estimant que, face à la gravité des faits révélés, leur position témoigne d'une indifférence démocratique et d'un aveuglement social qui affaiblissent la République.

Grande manœuvre sarkozyenne: Rocard en ouverture

Par

En acceptant de co-présider avec Alain Juppé une commission qui devra conseiller Nicolas Sarkozy sur le grand emprunt, Michel Rocard fait franchir une étape au présidentialisme en humilitant un peu plus la gauche. L'ouverture façon Sarkozy modifie la structure du pouvoir et les hiérarchies administratives. Déjà, un autre remaniement se prépare.

Sarkozy installe la commission du «grand emprunt»: attention, danger !

Par
Le président de la République a installé ce mercredi matin la commission du grand emprunt national. Composée de 24 membres venant des deux grandes familles politiques de la droite et de la gauche (l'UMP et le PS) ainsi que des écologistes, elle est dirigée par deux anciens premiers ministres, Alain Juppé et Michel Rocard. On y retrouve venant, ou dans la mouvance, du PS: Olivier Ferrand (fondation Terra Nova), Jean de Kervasdoué (vieux camarade de Rocard, ancien directeur des hôpitaux) ou encore Erik Orsenna (écrivain, ancien conseiller de François Mitterrand). Ainsi que Nicole Notat, ex-secrétaire générale de la CFDT... L'annonce de ce grand emprunt avait été faite en juin dernier, devant le Congrès à Versailles, sans que Nicolas Sarkzoy n'en dévoile le montant et les modalités. Il ne l'a pas fait davantage aujourd'hui, alors que ces questions risquent de peser lourd sur la dette publique.

A La Rochelle, Lionel Jospin s'ébroue entre social-démocratie et jospino-rocardisme

Par
Loin des embrassades Royal-Hollande ou des constitutions d'alliances en vue du prochain congrès socialiste, l'ancien premier ministre s'est exprimé sur «les stratégies de la social-démocratie», avant de se rendre à la réunion de la contribution de Bertrand Delanoë. Un meeting où il a rejoint Michel Rocard, tandis qu'Alain Bergougnioux a évoqué malgré lui le congrès de Metz de 1979.