Dossier. Le procès des attentats du 13-Novembre

Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.

13-Novembre, opération « Tuez-les où que vous les trouviez »

Par
Paris, le 14 novembre 2015. Des enquêteurs devant le café « À la bonne bière », rue du Faubourg-du-Temple et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photo Kenzo Tribouillard / AFP Paris, le 14 novembre 2015. Des enquêteurs devant le café « À la bonne bière », rue du Faubourg-du-Temple et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photo Kenzo Tribouillard / AFP

Un policier antiterroriste a détaillé les revendications successives des attentats du 13-Novembre par l’État islamique, et projeté quelques extraits des vidéos dans lesquelles les kamikazes annonçaient par anticipation leur action.

Georges Salines : « Comme un cancre récalcitrant… »

Par Georges Salines
 © Photo Sébastien Calvet / Mediapart © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Aujourd’hui, Georges Salines, père de Lola, une victime du Bataclan, raconte pourquoi il a raté le début du procès et pourquoi désormais il le suit tous les jours ou presque.

Emmanuel Domenach défend les précautions prises à l’égard des parties civiles

Par Emmanuel Domenach
Emmanuel Domenach à Paris, en juin 2021. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart Emmanuel Domenach à Paris, en juin 2021. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Emmanuel Domenach, présent au Bataclan le 13 novembre 2015, réagit ici à un article du journal « Le Monde » consacré à la place des parties civiles dans le procès.

Au procès des attentats du 13-Novembre, les « héros » du Bataclan sur la défensive

Par
Christophe Molmy, le patron de la BRI, et des policiers de la BAC en train d'intervenir au Bataclan. © Photo montage Sébastien Calvet / Mediapart montage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP Christophe Molmy, le patron de la BRI, et des policiers de la BAC en train d'intervenir au Bataclan. © Photo montage Sébastien Calvet / Mediapart montage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP

Rongé par la culpabilité alors qu’il a sauvé des dizaines de vie, un commissaire de la BAC-N et l’ex-patron de la BRI, excédé par les polémiques qui ont visé son unité, ont témoigné sous le regard des victimes du Bataclan venues leur apporter leur soutien.

Procès du 13-Novembre : « L’attaque était ciblée et concentrée sur la terrasse »

Par
La police judiciaire recherche des preuves à l'extérieur du café “La Belle Équipe”, rue de Charonne, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 à Paris, et la salle d'audience du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Jacques Demarthon / AFP La police judiciaire recherche des preuves à l'extérieur du café “La Belle Équipe”, rue de Charonne, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 à Paris, et la salle d'audience du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Jacques Demarthon / AFP

La Cour d’assises spéciale a visionné des images de l’attaque, le 13 novembre 2015, du café La Belle Équipe, rue de Charonne, puis la vidéosurveillance montrant l’entrée et l’explosion de la ceinture du kamikaze Brahim Abdeslam au Comptoir Voltaire.

Au procès des attentats du 13-Novembre, à l’intérieur de l’horreur

Par
La police scientifique devant la salle du Bataclan le 14 novembre 2015 et la salle d’audience spécialement construite dans le Palais de Justice de Paris pour le procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP La police scientifique devant la salle du Bataclan le 14 novembre 2015 et la salle d’audience spécialement construite dans le Palais de Justice de Paris pour le procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP

À partir du témoignage d’un commandant de la brigade criminelle et de la retranscription d’une sonorisation, le procès des attentats du 13-Novembre a permis de reconstituer la tuerie du Bataclan qui a fait 90 morts, 202 blessés physiques et des centaines de traumatisés.

Au procès des attentats du 13-Novembre : « On n’est pas sur une scène de crime, c’est une scène de guerre »

Par
Paris, le 14 novembre 2015. Des enquêteurs devant le Café La Bonne Bière, rue du Faubourg-du-Temple et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photo Kenzo Tribouillard / AFP Paris, le 14 novembre 2015. Des enquêteurs devant le Café La Bonne Bière, rue du Faubourg-du-Temple et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015. © Photo Kenzo Tribouillard / AFP

Trois chefs de groupe de la Brigade criminelle ont détaillé leurs constatations sur les scènes de crime du 13-Novembre. Des vidéos de l’attaque du café À la Bonne Bière ont été visionnées.

La guerre, la fausse excuse des terroristes

Par
 © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart

La justification par Salah Abdeslam des attentats du 13-Novembre du fait des bombardements effectués par la France en Syrie est une constante de la propagande victimaire djihadiste. Elle ne résiste pas à l’examen des faits.

13-Novembre : « On a visé des civils, mais ça n’a rien de personnel »

Par
Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart © Sebastien Calvet Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart © Sebastien Calvet

Devant la cour d’assises, mercredi, Salah Abdeslam, seul membre survivant des commandos du 13 novembre 2015, a présenté les attentats comme une riposte aux bombardements français contre l’État islamique.

Au procès des attentats du 13-Novembre, les dessous d’une enquête franco-belge « totale »

Par
Des membres de la police judiciaire et de la police scientifique devant le café "La Bonne Bière”, rue du Faubourg du Temple à Paris, le 14 novembre 2015, et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. © Photo montage Sébastien Calvet /Mediapart avec Kenzo Tribouillard / AFP Des membres de la police judiciaire et de la police scientifique devant le café "La Bonne Bière”, rue du Faubourg du Temple à Paris, le 14 novembre 2015, et la salle d’audience du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. © Photo montage Sébastien Calvet /Mediapart avec Kenzo Tribouillard / AFP

En début de semaine, un commissaire français et une juge belge ont livré une plongée inédite dans les méandres de l’enquête internationale qui conduit quatorze hommes à répondre aujourd’hui de leur rôle dans les attentats du 13-Novembre.

Au procès des attentats du 13-Novembre, un président au-dessus des débats

Par
 © Photos Sébastien Calvet / Mediapart © Photos Sébastien Calvet / Mediapart

Alors que l’accusé Salah Abdeslam multiplie les provocations depuis le début du procès, le président de la cour d’assises, Jean-Louis Périès, tantôt avec fermeté, tantôt avec humour, cantonne ses débordements. Une police de l’audience qui tranche avec celle du procès des attentats de janvier 2015. 

Aurélia Gilbert : « Que ma voix rejoigne les leurs »

Par Aurélia Gilbert
 © Photomontage Sébastien Calvet /Mediapart avec Miguel Medina / AFP © Photomontage Sébastien Calvet /Mediapart avec Miguel Medina / AFP

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Aujourd’hui, Aurélia Gilbert, une rescapé du Bataclan, s’interroge sur l’utilité de se porter partie civile.

Emmanuel Domenach : « La cour doit statuer en droit et non en larmes »

Par Emmanuel Domenach
 © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Florian David /AFP © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Florian David /AFP

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Aujourd’hui, Emmanuel Domenach, un rescapé du Bataclan, s’interroge sur l’utilité de se porter partie civile.

Christophe Naudin : « Ces neuf mois vont être longs et violents »

Par Christophe Naudin
 © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Aujourd’hui, Christophe Naudin, un rescapé du Bataclan, détaille la place déjà trop importante qu’occupe le procès dans sa vie.

L’administration pénitentiaire rapporte le prosélytisme de Salah Abdeslam en prison

Par
 © Photo-Illustration Sébastien Calvet / Mediapart et DR © Photo-Illustration Sébastien Calvet / Mediapart et DR

Rédigée il y a trois semaines, une note de l’administration pénitentiaire, que révèle Mediapart, souligne la radicalité et le prosélytisme auxquels s’adonne Salah Abdeslam en détention. Ses avocats dénoncent « une bouillie » d’informations « récoltées par des procédés dont on peut interroger la légalité ».

Salah Abdeslam : « J’ai laissé toute profession pour devenir combattant de l’État islamique »

Par
 © Photo-Illustration Sébastien Calvet avec Kenzo Tribouillard / AFP © Photo-Illustration Sébastien Calvet avec Kenzo Tribouillard / AFP

Dès les premières minutes du procès, Salah Abdeslam a revendiqué son appartenance à l’organisation terroriste ayant planifié les attentats du 13-Novembre. Contrairement aux autres accusés qui ont fait profil bas, l’unique survivant du commando ayant tué 131 personnes a fait dans la surenchère.

Georges Salines : « L’orage n’est pas encore là, mais on est déjà mouillé »

Par Georges Salines
Pour Georges Salines, ce procès “c’est notre histoire”. © Photo-Illustration Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP Pour Georges Salines, ce procès “c’est notre histoire”. © Photo-Illustration Sébastien Calvet / Mediapart avec Steven Wassenaar / Hans Lucas via AFP

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Premier texte avec Georges Salines, ex-président de l’association 13onze15 : fraternité et vérité.

Leçons, ratés, angoisses... Le 13-Novembre vu par François Molins, la « voix des attentats »

Par
François Molins à Paris, en juin 2021. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart François Molins à Paris, en juin 2021. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Alors que le procès des attentats s’ouvre mercredi pour neuf mois, l’ancien procureur de la République de Paris, désormais en poste à la Cour de cassation, revient pour Mediapart sur sa nuit du 13 novembre 2015 et livre son analyse sur les réussites et les dysfonctionnements de la lutte antiterroriste.

Attentats du 13-Novembre : ouverture d’un procès hors norme

Par

Le procès des attentats du 13-Novembre débute mercredi. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse.

13-Novembre : « J’espère pouvoir dire ce que j’ai à dire »

Par
© Mediapart

Notre émission vidéo avec notre journaliste Matthieu Suc, et les témoignages de rescapés : Grégory Reibenberg, gérant de La Belle Équipe, Arthur Dénouveaux, président de Life for Paris, Lydia et Ben. 

Ces commanditaires du 13-Novembre qui ne seront jamais jugés

Par
De gauche à droite, première ligne : Abou Walid al-Souri, Boubakeur el-Hakim, Abou Lôqman. Seconde ligne : Abou Mohamed al-Adnani, Oussama Atar et Abou Mahmoud al-Chami. © DR De gauche à droite, première ligne : Abou Walid al-Souri, Boubakeur el-Hakim, Abou Lôqman. Seconde ligne : Abou Mohamed al-Adnani, Oussama Atar et Abou Mahmoud al-Chami. © DR

Une note de la DGSI détaille le fonctionnement de la cellule planifiant les attentats au sein de l’État islamique. Et livre les noms de ses chefs, dont la plupart ne figurent pas parmi les 20 hommes qui sont jugés pour les tueries du 13-Novembre.

Dans les pas du commando du 13-Novembre

Par

Retrouvez notre série consacrée à la cellule terroriste qui a frappé la France le 13 novembre 2015, au Bataclan, au Stade de France et aux terrasses des cafés parisiens, faisant 131 morts et des centaines de blessés.

Tous les articles