Dossier. Violences sexuelles : la justice en question

Alors qu'elle est mise en cause pour ses résultats jugés insuffisants en matière de violences sexuelles, la justice est elle-même en difficulté pour gérer plusieurs situations de harcèlement en son sein. 

Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles

Par
Le Conseil d'État à Paris © Amaury Cornu / Hans Lucas via AFP Le Conseil d'État à Paris © Amaury Cornu / Hans Lucas via AFP

L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.

Que peut la justice face aux révélations #MeToo ?

Par
© Mediapart

Alors que huit femmes témoignent dans « Libération » contre PPDA, notre collègue Marine Turchi publie « Faute de preuves. Enquête sur la justice face aux révélations #MeToo » (Seuil). « À l’air libre » reçoit le procureur Matthieu Bourrette et Isabelle Rome, magistrate et haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes au ministère de la justice. 

La plainte contre Dupond-Moretti pour « menaces et violences psychologiques » classée sans suite

Par
Éric Dupond-Moretti le 13 septembre 2019 au palais de justice de Paris © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP Éric Dupond-Moretti le 13 septembre 2019 au palais de justice de Paris © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

L’avocate Nathalie Tomasini reprochait à l’actuel ministre de la justice un geste jugé menaçant et des propos tenus avant sa nomination au gouvernement, en marge du procès d’un féminicide en février 2020. 

Une plainte pour « menaces et violences psychologiques » déposée contre Éric Dupond-Moretti

Par
Éric Dupond-Moretti le 13 septembre 2019 au palais de justice de Paris © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP Éric Dupond-Moretti le 13 septembre 2019 au palais de justice de Paris © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Selon nos informations, l’actuel ministre de la justice est visé par une plainte pour menaces physiques et violences psychologiques, déposée le 21 septembre par l’avocate Nathalie Tomasini. Elle lui reproche un geste jugé menaçant et des propos tenus avant sa nomination au gouvernement, en marge du procès d’un féminicide en février 2020.

Harcèlement sexuel: le CSM réclame une sanction contre un ancien magistrat du PNF

Par et
La gestion de cette affaire avait créé d’importants remous au sein du PNF. © Manuel COHEN / AFP La gestion de cette affaire avait créé d’importants remous au sein du PNF. © Manuel COHEN / AFP

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a demandé la rétrogradation d’un vice-procureur soupçonné de harcèlement sexuel. Une sanction particulièrement sévère. Une greffière et une magistrate avaient dénoncé son comportement en 2019, alors qu’il exerçait au Parquet national financier (PNF).

Affaire Julie: la justice accusée d’alimenter la «culture du viol»

Par et
 © Mediapart © Mediapart

Julie a accusé 22 pompiers de viol, alors qu’elle était adolescente. Seuls trois sont aujourd’hui poursuivis, et pour atteinte sexuelle. La Cour de cassation doit examiner le dossier mercredi 10 février. Pour Mediapart, la jeune femme revient sur cette affaire, érigée en symbole par les associations féministes.

Harcèlement d’une greffière au PNF: l’enquête dépaysée à Lille

Par

Une information judiciaire ouverte le 25 septembre pour « harcèlement moral au travail et harcèlement sexuel » après la plainte d’une greffière visant un ancien vice-procureur du Parquet national financier (PNF) a été dépaysée à Lille, a appris l’AFP mardi de source judiciaire, confirmant une information du Point.

Harcèlement: la justice en difficulté pour gérer ses propres affaires

Par
Manifestation féministe devant le ministère de la justice, le 22 juin 2020. © Hans Lucas / AFP Manifestation féministe devant le ministère de la justice, le 22 juin 2020. © Hans Lucas / AFP

Alors qu’elle cherche à regagner la confiance des citoyens, la justice est elle-même en difficulté pour gérer plusieurs situations de harcèlement en son sein. Quatre affaires différentes montrent que ses procédures internes sont inadaptées, sa culture administrative dépassée, et les victimes déclarées peu écoutées.

Une magistrate mise en cause pour harcèlement, sa hiérarchie minimise

Par

Une vice-présidente du tribunal de Versailles est accusée de harceler les greffières et de malmener les justiciables aux audiences qu’elle préside, d’après des informations obtenues par Mediapart. Elle n’a reçu qu’un simple avertissement de sa hiérarchie.

Tous les articles