L'affaire Gérald Darmanin


À deux reprises, Gérald Darmanin a été accusé d’avoir profité de sa position dominante d’élu pour obtenir des faveurs sexuelles. Aux deux femmes, il aurait promis, d’après leurs récits, d’intervenir en leur faveur, la première pour sa condamnation judiciaire, la seconde pour sa demande de logement. La première plainte (pour « viol », « harcèlement sexuel » et « abus de confiance ») est relancée devant la justice, tandis que la seconde (pour « abus de faiblesse ») a été classée sans suite. Il affirme n'avoir « jamais abusé de la faiblesse ou de l’intégrité de quiconque ». Sa nomination comme ministre de l'intérieur, et donc à la tête des services chargés d'enquêter sur lui, est contestée.