Notre dossier: l'impact des municipales

Retrouvez exceptionnellement en accès libre, nos principaux articles.

Le PS et le pouvoir enregistrent une débâcle électorale

Par

Les socialistes perdent plus de 50 villes de 30 000 habitants, tandis que le Front national conquiert une douzaine de mairies. Une telle sanction, doublée d'une abstention massive, met le président de la République au pied du mur, comme l'ont reconnu dès dimanche la plupart des responsables socialistes. Mais pour quelle politique ? Le PS hésite à engager ce débat.

Grenoble, le début d'une alternative à gauche?

Détenue par le PS depuis 1995, la préfecture de l’Isère, 160 000 habitants, bascule et devient la plus grande ville de France dirigée par les écologistes, alliés au parti de gauche et à des collectifs citoyens. Ils rêvent d'incarner le « modèle » d'une alternative à la gauche du PS.

Pourquoi NKM devait échouer

Par

Arrivée en tête des voix au premier tour à Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet s'est finalement inclinée face à Anne Hidalgo. Mode de scrutin, couacs de campagne, poids des baronnies... La candidate UMP n'a pas réussi à rompre avec les vieux démons de la droite parisienne. Mais la débâcle du PS en Ile-de-France offre à l'opposition une nouvelle perspective : le Grand Paris.

Six chercheurs décryptent les enjeux du vote

Spéciale Municipales : PS, FN, UMP, FdG : les leçons du scrutin © Mediapart

Le cas Hollande, la défaite du PS, l'abstention, les quartiers populaires et l'extrême droite, la corruption. Mediapart a organisé une édition spéciale de « En direct de Mediapart »: avec Christian Salmon, Céline Braconnier, Sylvain Crépon, Frédéric Sawicki, Pierre Lascoumes, Marie-Hélène Bacqué et la rédaction.

Pascal Durand (EELV): «La majorité des socialistes vivent dans le déni»

Par
Cécile Duflot et Pascal Durand © Reuters Cécile Duflot et Pascal Durand © Reuters

Lors des municipales, les écologistes ont mieux résisté que les socialistes et même triomphé à Grenoble. « Il existe un espace politique pour une politique écologique de transition, alliée à une gauche de changement », estime Pascal Durand, tête de liste Europe Écologie-Les Verts aux européennes en Ile-de-France.

Le vote FN s'est consolidé entre les deux tours

Par
Marine Le Pen le 23 mars 2014. © Reuters Marine Le Pen le 23 mars 2014. © Reuters

Le Front national remporte onze mairies. Les résultats démontrent surtout une consolidation du vote FN entre les deux tours : ses électeurs du premier tour ne l’ont pas délaissé au second ; et ses scores importants vont avec une participation élevée. Marine Le Pen évoque un « vote d'adhésion ».

Barons PS balayés, renouvellement en demi-teinte, Ile-de-France… Les autres leçons du scrutin

Par et

Derrière le vote sanction, plusieurs confirmations ou étonnements : le cœur du socialisme municipal est atteint, le renouvellement est très partiel, et les Français continuent de voter pour des élus inquiétés par la justice ou cumulards.

Ayrault, Valls ou un autre, c'est la ligne qui est en jeu

Par
 © Reuters © Reuters

Depuis la défaite du PS aux municipales, la panique s'est emparée des cabinets ministériels, convaincus de l'imminence d'un remaniement. Une grande partie de la majorité plaide pour une inflexion de la ligne de l'exécutif. Cécile Duflot prévient qu'elle quittera le gouvernement si Manuel Valls est nommé à Matignon.

Devenir maire, un privilège de mâle

Par et

Mediapart a épluché les investitures PS et UMP dans les 260 villes de plus de 30 000 habitants. Celles dont les résultats seront scrutés pour mesurer l’ampleur de la défaite de la gauche au pouvoir. Mais il y a déjà une certitude : malgré des listes strictement paritaires, les maires seront des hommes.

La diversité est toujours aussi peu présente dans les municipalités

Par

Selon une étude réalisée dans les exécutifs municipaux des 50 plus grandes villes françaises, seuls 9 % des maires adjoints sont issus de la diversité : 7 % d’élus d'origine maghrébine, 2 % d’élus noirs et 0,1 % d’élus d'origine asiatique. En derniers de la classe, Bordeaux, Lyon, Toulon et Dunkerque.

Non, ce ne sont pas les «affaires» qui font le vote d’extrême droite

Par

Seriné à chaque élection, le « climat nauséabond des affaires » n'explique pas le score élevé du FN. Ce sont les faibles moyens attribués à la lutte contre la corruption, comme la modeste volonté politique de l'éradiquer, qui posent question.

Non-cumul des mandats dans le temps: l’enjeu oublié de la loi

Par et

Les députés ont adopté la loi interdisant aux parlementaires d’occuper une fonction exécutive locale. Mais ils n’ont rien changé au cumul des mandats dans le temps. Ils sont pourtant 239 maires (sur 428 villes de plus de 20 000 habitants) à postuler pour un troisième, quatrième, sixième, septième mandat!

Le Maire (UMP): «On est dans une démocratie à bout de souffle»

Par
Bruno le Maire, le 25 mars à Paris. © ES Bruno le Maire, le 25 mars à Paris. © ES

Enracinement du Front national, reconstruction de l'UMP, affaires Sarkozy... À deux jours du second tour des municipales, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy appelle l'UMP à engager la « rénovation démocratique » qui permettra à la droite « de retrouver de la crédibilité aux yeux des Français ».

A Saint-Denis, le PCF n’en a pas fini avec les socialistes

Par

La cité dionysienne a voté à contre-courant du reste du 93. La droite y est désintégrée et le PS a davantage résisté aux communistes sortants que dans le reste du département. Le maire PCF Didier Paillard, comme son challenger député PS Mathieu Hanotin, croient tous deux fermement à leur chance.

Municipales : la faillite des sondages

Par

Les enquêtes d’opinion réalisées avant le premier tour des élections municipales ont sous-estimé le Front national et surestimé le PS, selon une étude de l’Observatoire de la vie politique et parlementaire. Elles ont pourtant été abondamment commentées dans les médias et prises pour argent comptant par les politiques.

Quelle nouvelle condition urbaine? Lectures pour les futurs maires

Par

Le second tour des élections municipales se profile sans que la réflexion sur les mutations de la ville ait été invitée dans les débats. Revue de quelques termes à la mode et des nouveaux lieux où se pense la ville contemporaine.

Hénin-Beaumont: reportage sur un laboratoire du Front national

Par

Dans Bienvenue à Hénin-Beaumont, la correspondante de Libération à Lille, Haydée Sabéran, livre un reportage fouillé sur le « laboratoire » du FN et ses ressorts dans cette ancienne cité minière du Pas-de-Calais. Mediapart en publie de larges extraits.

Dans le sud-est, les stratégies de l'UMP pour survivre face au FN

Par

Dans le sud-est, où la droite est mise sous pression par le Front national, certains UMP font campagne sans leur étiquette, d'autres choisissent de se rapprocher de l'extrême droite. Tour d'horizon du Vaucluse, premier département frontiste en 2012, maîtrisé par le duo Bompard-Maréchal-Le Pen.

Le vote FN cartographié dans ses deux zones fortes

Par

Le chercheur Joël Gombin a réalisé des cartes interactives du vote FN commune par commune, mais aussi (pour le site Slate), dans deux zones fortes du parti lepéniste: le pourtour méditérranéen et le Pas-de-Calais, où le Front national est en train de conquérir des mairies.

Le PS patauge dans le marigot du «front républicain»

Par

Après deux jours de pressions du siège de Solférino et de tergiversations locales, une dizaine de listes socialistes se retirent du second tour dans des villes menacées par le FN, afin de favoriser une élection de l’UMP. Mais le principe souffre d'exceptions. L’attitude de l’UMP comme l’hypothèse d’un FN durablement implanté ébranlent la direction socialiste.

A Marseille, l'alliance Gaudin-Guérini-FO achève la gauche

Par
Patrick Mennucci et Jean-Marc Coppola, le 24 mars.  © (LF) Patrick Mennucci et Jean-Marc Coppola, le 24 mars. © (LF)

Jean-Claude Gaudin annonce son alliance avec deux maires de secteur sortants dont la guériniste Lisette Narducci. Il table sur un quasi grand chelem le 30 mars. C'est la preuve d'un « pacte de filous » entre Gaudin et Guérini, dénonce le socialiste Mennucci, en difficulté dans sa propre mairie.

Pape Diouf refuse de venir à la rescousse de Mennucci

Par

Pourtant en position de fusionner ses listes citoyennes avec 5,6 % des voix à Marseille, Pape Diouf refuse toute alliance et ne donnera pas de consigne de vote. L'objectif : en finir une fois pour toutes avec un PS clientéliste et ne pas céder au chantage du risque FN.

La Seine-Saint-Denis, symbole de l'échec des socialistes

Les résultats en Seine-Saint-Denis illustrent la désaffection des électeurs de gauche. Des listes citoyennes créent la surprise. Les «poulains» de l’homme fort du département, Claude Bartolone, subissent des revers cinglants.

Paris: la «mission impossible» de NKM

Par

Dans le XIIe et le XIVe, les listes UMP-MoDem-UDI arrivent loin derrière les candidats socialistes. Ces deux arrondissements de la «reconquête» sont indispensables pour faire basculer la majorité.

Hollande est sommé d'entendre la gauche

Par

Les résultats du premier tour des municipales signent, sans surprise, le divorce d’une partie de l’électorat de gauche avec la politique du gouvernement. Une rupture progressive depuis deux ans, à laquelle l’exécutif veut répondre par plus de « justice sociale », tout en préparant 50 milliards d’euros d’économies.

A Grenoble, écologistes et PG rêvent de «réinventer» la gauche

Par
Eric Piolle, tête de liste du « rassemblement citoyen » © M.M. Eric Piolle, tête de liste du « rassemblement citoyen » © M.M.

Après dix-neuf ans, le maire socialiste Michel Destot passe la main. Alliés au parti de gauche et à des associations de citoyens, les écologistes rêvent de prendre la municipalité et d'en faire l'exemple d'une alternative politique au PS. Sur la liste UMP-UDI figure Alain Carignon, l'homme politique le plus condamné de France.

Municipales : l’air frais venu du Havre

Par

Face au maire UMP Édouard Philippe (44 ans), la gauche présente deux candidats aux profils inédits : une communiste de 45 ans, Nathalie Nail, qui entend renouer avec l’histoire rouge de la ville, et un ancien président d’université noir de 49 ans, Camille Galap, vainqueur inattendu d’une primaire ouverte socialiste.

A Quimper, la « fâcherie avec la gauche » menace le conseiller du président

Par

Pour les socialistes, Quimper fait figure de test. Le maire sortant, Bernard Poignant, conseiller à l’Élysée, s’y présente pour un quatrième mandat. Mais l’abstention rend le résultat très incertain dans une ville tranquille où plane l’ombre de Vincent Bolloré.

Comment Jean-Claude Gaudin a vendu Marseille aux promoteurs

Par et Jean-François Poupelin (le Ravi)

À l'heure de faire son bilan et, peut-être, de rempiler pour six ans, le sénateur-maire UMP de Marseille peut se vanter d'avoir coulé sa ville dans le béton. Une histoire politique et de petits arrangements entre gens bien introduits. En partenariat avec le mensuel Le Ravi.

Le FN en ses mairies: affaires, procès et clientélisme

Par
Jean-Marie et Cendrine Le Chevallier, Bruno Mégret, Jacques Bompard et Daniel Simonpieri en février 1998. © Reuters Jean-Marie et Cendrine Le Chevallier, Bruno Mégret, Jacques Bompard et Daniel Simonpieri en février 1998. © Reuters

Quel bilan tirer de la gestion du Front national à Toulon, Orange, Marignane et Vitrolles à la fin des années 1990, pour ce parti qui affichait le slogan : « Tête haute, mains propres » ?

Le FN en ses mairies: la démolition de la culture

Par
Jean-Marie Le Pen et les trois maires élus en 1995: Le Chevallier, Bompard, Simonpieri. © Reuters Jean-Marie Le Pen et les trois maires élus en 1995: Le Chevallier, Bompard, Simonpieri. © Reuters

Alors que le Front national vise plusieurs mairies lors des élections de mars, quel bilan culturel tirer de sa gestion à Toulon, Orange, Marignane et Vitrolles à la fin des années 1990 ?

Le FN en ses mairies: dette et préférence nationale

Par
 © Reuters © Reuters

Alors que le Front national vise plusieurs mairies lors des élections de mars, quel bilan tirer de sa gestion à Toulon, Orange, Marignane et Vitrolles à la fin des années 1990 ?

Droite parisienne : vingt ans de déconfiture

Par
"NKM", en campagne. © Reuters "NKM", en campagne. © Reuters

Depuis que Jacques Chirac a quitté la mairie de Paris en 1995, la droite parisienne se cherche, sans jamais se retrouver. Préférant les querelles d’ego aux débats d’idées, incapable de se dégager du système chiraquien et de ses vieux barons, elle anéantit elle-même, élection après élection, tout espoir de reconstruction.

Tous les articles