Les lobbies productivistes sapent l’ambition européenne d’une agriculture plus écologique

Par
Épandage de glyphosate sur un champ de maïs dans la Sarthe, avril 2021. La stratégie “De la ferme à la fourchette” vise à réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici à 2030. © Jean-François Monier / AFP Épandage de glyphosate sur un champ de maïs dans la Sarthe, avril 2021. La stratégie “De la ferme à la fourchette” vise à réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici à 2030. © Jean-François Monier / AFP

Mardi 19 octobre est votée au Parlement européen la stratégie « De la ferme à la fourchette », qui veut réduire drastiquement les intrants chimiques en agriculture. Depuis plusieurs semaines, elle est sous le feu d’une attaque organisée du camp productiviste. Une enquête avec nos partenaires de Lighthouse Reports.

Dossiers

L’Allemagne tourne la page Merkel

Par
Angela Merkel lors d'une conférence de presse en février 2021. © Michael Kappeler  / AFP Angela Merkel lors d'une conférence de presse en février 2021. © Michael Kappeler / AFP

Après le vote, les tractations. Si les sociaux-démocrates sont arrivés en tête du scrutin du 26 septembre, l’étroitesse de leur avance pourrait entraîner de longues négociations avant la formation d’un gouvernement – qui pourrait même être dirigé par les conservateurs. En attendant, Angela Merkel reste chancelière. 

Allemagne : le rédacteur en chef de « Bild » limogé pour comportement « fautif »

Julian Reichelt, le journaliste à la tête du quotidien le plus lu en Europe, est notamment soupçonné d’avoir promu des jeunes femmes avec qui il entretenait des relations, avant de les écarter.

L’assassinat de David Amess relance le débat sur la sécurité des élus britanniques

Cinq ans après la mort de la travailliste Jo Cox, l’assassinat du conservateur lors d’une permanence parlementaire a rouvert le débat sur la sécurité des 650 députés britanniques, sur fond de radicalisation du début public après le Brexit.

En Hongrie, l’opposition désigne un conservateur pour défier Orbán en 2022

Par
Peter Marki-Zay dans les rues de Budapest, le 17 octobre 2021, après avoir remporté la primaire de l'opposition, en vue des élections de 2022. © Photo Attila Kisbenedek / AFP Peter Marki-Zay dans les rues de Budapest, le 17 octobre 2021, après avoir remporté la primaire de l'opposition, en vue des élections de 2022. © Photo Attila Kisbenedek / AFP

Six partis d’opposition hongrois ont organisé une primaire pour désigner l’adversaire du premier ministre Viktor Orbán, au pouvoir depuis onze ans, aux législatives d’avril 2022. Péter Márki-Zay, un conservateur indépendant, est sorti vainqueur de ce processus inédit.

La crise Paris-Alger signe l’échec de la diplomatie façon Emmanuel Macron

Par
Emmanuel Macron à son arrivée à l’aéroport d’Alger, le 6 décembre 2017. © Photo Ryad Kramdi / AFP Emmanuel Macron à son arrivée à l’aéroport d’Alger, le 6 décembre 2017. © Photo Ryad Kramdi / AFP

Trompé par son aveuglement sur la réalité du régime, déçu de voir se dresser des obstacles imprévus face à sa volonté de tourner la page de la guerre, égaré par les conseils d’une cellule diplomatique omniprésente, le président vient d’ouvrir avec l’Algérie une crise diplomatique sans précédent, qui révèle les tares de sa gouvernance.

Dans le nord du Kosovo, jeu dangereux avec la Serbie

Le pont qui sépare Mitrovica (Kosovo) en deux. © Laurent Geslin Le pont qui sépare Mitrovica (Kosovo) en deux. © Laurent Geslin

Le nord du pays, où vit une forte population serbe, est à nouveau le théâtre de vives tensions, mettant au défi le gouvernement réformateur en place à Pristina depuis février dernier. Jusqu’où la Serbie et le Kosovo peuvent-ils aller dans le jeu des provocations ?

« Enfer libyen » : l’indifférence obscène de l’Europe face à l’agonie des migrants

Par
Des migrants dans un centre de détention de Tripoli, en Libye, le 11 octobre 2021. © Hazem Turkia / Anadolu Agency via AFP Des migrants dans un centre de détention de Tripoli, en Libye, le 11 octobre 2021. © Hazem Turkia / Anadolu Agency via AFP

Six personnes ont été tuées et au moins 24 blessées par les gardiens du centre de détention d’Al-Mabani, à Tripoli, le 8 octobre. Ces derniers ont ouvert le feu après que des migrants retenus arbitrairement se sont révoltés et ont tenté de s’évader. Dans un contexte hautement répressif qui laisse l’Europe indifférente.

En Allemagne, les sociaux-démocrates, les libéraux et les Verts annoncent un accord préliminaire pour former un gouvernement

Robert Habeck, Annalena Baerbock (Verts), Olaf Scholz (SPD) et Christian Lindner (FDP) à Berlin, le 15 octobre. © Photo Christof Stache / AFP Robert Habeck, Annalena Baerbock (Verts), Olaf Scholz (SPD) et Christian Lindner (FDP) à Berlin, le 15 octobre. © Photo Christof Stache / AFP

« Nous avons effectivement réussi à nous mettre d’accord sur un document », a salué vendredi Olaf Scholz, probable futur chancelier, en remplacement d’Angela Merkel, lors d’une déclaration à la presse avec les dirigeants des partis écologiste et libéral.

En Grèce, des camps de migrants aux allures de « prisons » vantés par Darmanin

Par , Vera Deleja Hotko, Franziska Grillmeier et Katy Fallon
Un bus de migrants arrive dans le camp de Samos, le 20 septembre. © Photo Louisa Gouliamaki / AFP Un bus de migrants arrive dans le camp de Samos, le 20 septembre. © Photo Louisa Gouliamaki / AFP

Athènes vient d’ouvrir son premier « centre fermé » pour les demandeurs d’asile à Samos, une île grecque proche de la Turquie. Érigé en exemple par le ministre de l’intérieur français, ce centre est une « prison » pour beaucoup d’ONG.

Beyrouth à nouveau sous le feu des milices

Des combattants des milices chiites Hezbollah et Amal lors d'affrontements avec les milices chrétiennes, à Beyrouth, le 14 octobre 2021. © Photo Anwar Amro / AFP Des combattants des milices chiites Hezbollah et Amal lors d'affrontements avec les milices chrétiennes, à Beyrouth, le 14 octobre 2021. © Photo Anwar Amro / AFP

Des affrontements meurtriers ont opposé des partisans des partis chiites Amal et Hezbollah à des sympathisants du parti chrétien des Forces libanaises. Ces violences sont survenues en marge d’une manifestation contre le juge chargé de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth.