Israël : l’étau se resserre autour de la société mère de Pegasus

Par
Le siège du groupe israélien NSO, à Herzliya, près de Tel Aviv, le 28 août 2016. © Photo illustration Mediapart avec Photo Jack Guez / AFP Le siège du groupe israélien NSO, à Herzliya, près de Tel Aviv, le 28 août 2016. © Photo illustration Mediapart avec Photo Jack Guez / AFP

Le scandale international autour de son logiciel d’espionnage Pegasus continue à plomber l’entreprise israélienne NSO Group, placée sur la liste noire du commerce américain et récemment attaquée en justice par Apple.

Dossiers

Congo hold-up

Joseph Kabila dans sa résidence de Kingakati, le 10 décembre 2018. © Photo Illustration Simon Toupet / Mediapart avec John Wessels / AFP Joseph Kabila dans sa résidence de Kingakati, le 10 décembre 2018. © Photo Illustration Simon Toupet / Mediapart avec John Wessels / AFP

Les documents de « Congo hold-up », plus grande fuite de données d’Afrique, montrent l’enrichissement de Joseph Kabila aux dépens de ses concitoyens, avec la complicité de la banque BGFI RDC, à travers une société-écran installée dans un garage. Ils écrivent aussi une histoire de ce pays, où flux financiers expliquent intrigues politiques et réalités sociales. La BGFI, quant à elle, incarnait déjà la corruption de la « Françafrique ». Retrouvez ici tous nos articles.

En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »

Par
Confrontation entre des manifestants et des forces de l'ordre, le 23 novembre à Cadix. © Photos LL et Guillaume Pinon / Hans Lucas via AFP Confrontation entre des manifestants et des forces de l'ordre, le 23 novembre à Cadix. © Photos LL et Guillaume Pinon / Hans Lucas via AFP

Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche à Madrid.

En Biélorussie, certains migrants repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe

Par

Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.

Les réfugiés syriens du Liban sont prêts à tout pour échapper à leur sort

Par
Le camp de réfugiés palestiniens de Chatila, à Beyrouth, accueille aussi de nombreux réfugiés syriens. © Karine Pierre / Hans Lucas via AFP Le camp de réfugiés palestiniens de Chatila, à Beyrouth, accueille aussi de nombreux réfugiés syriens. © Karine Pierre / Hans Lucas via AFP

Des centaines de réfugiés syriens ont fui le Liban à destination de la Biélorussie, avec l’espoir de rallier l’Europe. La brutale dégradation de leurs conditions de vie a précipité ces départs, car le Liban s’enfonce depuis deux ans dans une grave crise économique. 

Nucléaire iranien : la solitude d’Israël

Par Sylvain Cypel (Orient XXI)
La reprise des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne (Autriche), le 29 novembre. © Photo EU Vienna Delegation / Anadolu Agency via AFP La reprise des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne (Autriche), le 29 novembre. © Photo EU Vienna Delegation / Anadolu Agency via AFP

La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?

« Congo hold-up » : l’empire surfacturé de l’homme d’affaires Philippe de Moerloose

Par , Sonia Rolley (RFI), De Standaard et Le Soir
 © Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP et EIC. © Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP et EIC.

Inconnu du grand public en RDC comme en Belgique, le Belge Philippe de Moerloose, fournisseur préféré de camions et de tracteurs du président Kabila, a pourtant bénéficié d’au moins 742,9 millions de dollars de contrats avec l’État congolais, en imposant des profits usuraires.

Moyen-Orient : Emmanuel Macron réhabilite le « prince tueur »

Par
Mohammed ben Salmane et Emmanuel Macron à Djeddah le 4 décembre. © Cour royale d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane et Emmanuel Macron à Djeddah le 4 décembre. © Cour royale d’Arabie saoudite

Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».

La Cité du fleuve : l’autre histoire du nouveau quartier de Kinshasa

Par
 © Simon Toupet / Mediapart © Simon Toupet / Mediapart

La « Cité du fleuve » devait être un « centre urbain de classe internationale » dans la capitale congolaise. Dix ans plus tard, ce sont quelques bâtisses vulnérables aux inondations. Entre-temps, son promoteur français a multiplié les virements suspects et caché à ses clients les sanctions dont il faisait l’objet.

À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »

Par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
deferlante-1

Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, «Poly» a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.

En Pologne, les migrants toujours en quête de protection

Par
Salah et son ami Sabah, deux Yézidis, ont été admis dans un centre d'accueil après avoir été enfermés en centre de rétention durant 40 jours. © NB. Salah et son ami Sabah, deux Yézidis, ont été admis dans un centre d'accueil après avoir été enfermés en centre de rétention durant 40 jours. © NB.

Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. Des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.