En Italie, le nouveau patron de la Rai fait craindre un retour de la censure

Par Cécile Debarge
Matteo Salvini invité de l’émission « Porta a Porta » sur Rai1, le 8 janvier 2018. © Reuters/Remo Casilli Matteo Salvini invité de l’émission « Porta a Porta » sur Rai1, le 8 janvier 2018. © Reuters/Remo Casilli

La nomination à l’automne du nouveau président de la Rai, dont les positions sont proches de celles de la Ligue de Salvini, fait planer la peur d’une censure au sein du groupe d’audiovisuel public italien. Au-delà de la Rai, c’est tout le milieu culturel indépendant italien qui s’inquiète.

Dossiers

Donald Trump, saison 2 : notre dossier

Par

Le 45e président des Etats-Unis a entamé la deuxième année de son mandat par un « shutdown », un bref blocage des administrations dû au désaccord parlementaire sur le budget fédéral. Mediapart poursuit son récit de cette présidence hors norme, et des dangers qu'elle fait courir aux Etats-Unis comme au reste du monde.

Poutine veut reprendre le contrôle d’une jeunesse dopée au rap

Par
Le rappeur Husky, condamné en novembre. Le rappeur Husky, condamné en novembre.

Oleg Sentsov est en prison. Le cinéaste Serebrennikov, réalisateur du film Leto, est en procès. Des tournées et des concerts de rappeurs sont interdits. Et voilà que face à cette musique qui a gagné une influence considérable sur la jeunesse russe, le pouvoir s'inquiète. À défaut de l’interdire, il faut la contrôler, vient d’expliquer Poutine.

La RDC en guerre fait face à la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire

Par
Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters

La deuxième plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée sévit actuellement à l’est de la République démocratique du Congo, où elle a déjà fait 313 morts. C’est la première fois qu’une telle épidémie survient en zone de guerre, nourrissant les craintes d’attaques d’équipes de santé par les groupes armés. Mais, paradoxalement, les violences contre les humanitaires viennent surtout de civils.

En Hongrie, Orbán engage un «combat culturel» pour asphyxier la gauche

Par

Le gouvernement de Viktor Orbán mène depuis quelques mois une attaque frontale contre les mondes académique et culturel, accusés de déloyauté et de déviance idéologique. Mais les oppositions n'ont pas dit leur dernier mot : depuis quelques jours, la colère gronde à Budapest et dans plusieurs villes hongroises.

L’armée israélienne a camouflé le meurtre de deux adolescents gazaouis

Par et Forensic Architecture
La dernière image d'Amir a-Nimrah et de Luai Kahil vivants. © Forensic Architecture La dernière image d'Amir a-Nimrah et de Luai Kahil vivants. © Forensic Architecture

Pour prévenir les habitants de Gaza du bombardement de leurs habitations, l’armée israélienne a recours à des « frappes d’avertissement », censées permettre aux civils d’évacuer la zone. En juillet, deux adolescents ont pourtant été victimes de l’un de ces missiles. Et Israël a cherché à dissimuler les preuves de ce crime de guerre.

Comment le Brexit aura raison du Royaume-Uni

Par

Le Brexit se révèle une malédiction géopolitique pour le Royaume-Uni, qui se voit dépouillé de ses objets d’orgueil : le Parlement, l’Irlande du Nord, puis peut-être l’Écosse, sans oublier Gibraltar. Et cela sonne comme une revanche franco-papiste.

Pour les Tunisiens, la hausse des frais d’inscription s’ajoute à la crise du dinar

Par
Dorra devant le Panthéon, le 2 décembre 2018. © Karim AL Dorra devant le Panthéon, le 2 décembre 2018. © Karim AL

Pour les familles tunisiennes, envoyer son enfant étudier en France reste prestigieux. Mais avec la baisse du dinar, les coûts des études à l’étranger deviennent de plus en plus durs à gérer. Dans ce contexte, la future réforme des frais d’inscription à l’université risque de briser le rêve de nombreux Tunisiens.

Urgence climatique: la COP24 trouve un accord a minima en Pologne

Par
Michal Kurtyka, président polonais de la COP24. © Reuters Michal Kurtyka, président polonais de la COP24. © Reuters

Les États réunis en Pologne pendant deux semaines sont parvenus à s’entendre sur des règles de fonctionnement de l’accord de Paris signé en 2015. Mais rien n’a montré que les pays avaient saisi l’urgence d’agir soulignée par le rapport du GIEC remis en octobre. Celui-ci avait laissé 12 ans aux pays pour se mobiliser. L’année prochaine au Chili, il ne leur en restera plus que 11.

Un an après, l’Argentine est gagnée à son tour par la révolution #MeToo

Par Anna SLIZEWICZ
L'actrice Thelma Fardin. © DR L'actrice Thelma Fardin. © DR

La parole des femmes se libère en Argentine après le témoignage d’une comédienne qui accuse un célèbre acteur de l’avoir violée lorsqu’elle était mineure. Dans ce pays qui connaît un élan féministe sans précédent, des centaines de femmes racontent sur les réseaux sociaux les abus dont elles ont été victimes.

L’ex-chaviste Luisa Ortega Díaz: «Le Venezuela n’a pas de gouvernement, mais une bande de délinquants»

Par
L'ancienne procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, le 23 août 2017, au Brésil. © Reuters / Ueslei Marcelino L'ancienne procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, le 23 août 2017, au Brésil. © Reuters / Ueslei Marcelino

Elle est l’un des fers de lance de l’opposition à Nicolás Maduro. L’ancienne procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, attaque le président vénézuélien par le flanc judiciaire. Dénonçant le non-respect des droits de l’homme, décrivant un pouvoir corrompu, elle souhaite l’arrestation du président vénézuélien, dans un entretien à Mediapart.