Les partis français face à Orbán: droites conciliantes, gauches impuissantes

Par
Viktor Orbán lors du débat sur le rapport Sargentini, le 11 septembre 2018 au Parlement européen © Reuters Viktor Orbán lors du débat sur le rapport Sargentini, le 11 septembre 2018 au Parlement européen © Reuters

Mediapart a choisi une dizaine de thématiques que la rédaction passe à la loupe dans les programmes des partis en selle pour les européennes. Aujourd’hui : la question de l’État de droit, et la politique que l’UE doit mener vis-à-vis des gouvernements hongrois et polonais.

Dossiers

Donald Trump, saison 2 : notre dossier

Par

Le 45e président des Etats-Unis a entamé la deuxième année de son mandat par un « shutdown », un bref blocage des administrations dû au désaccord parlementaire sur le budget fédéral. Mediapart poursuit son récit de cette présidence hors norme, et des dangers qu'elle fait courir aux Etats-Unis comme au reste du monde.

Joe Biden, candidat anachronique

Par
Joe Biden, en mars 2019. © Reuters Joe Biden, en mars 2019. © Reuters

L’ancien vice-président de Barack Obama, 76 ans, est candidat à la primaire démocrate en vue de la présidentielle 2020. Vétéran du parti, il compte jouer la carte de la réconciliation nationale face à Trump. Mais son parcours politique fait surtout de lui le candidat du passé.

L’Allemagne face au problème de ses banques

Par

« Trop risqué. » Après six semaines de discussions, les directions de la Deutsche Bank et de la Commerzbank ont décidé de renoncer à leur projet de fusion, soutenu par le ministre allemand des finances. Le problème de la Deutsche Bank, qui figure parmi les banques les plus fragiles du monde, reste pendant.

Pourquoi les Moudjahidine du peuple ont financé Vox

Par et

L’organisation d’opposition armée, qui vient de l’extrême gauche iranienne, a largement financé le parti d’extrême droite Vox à ses débuts. Itinéraire d’une formation prête à tout pour arriver au pouvoir.

L’extrême droite de Vox chasse sur les terres rurales et délaissées de l’Espagne

Par
megabloc-vox

Le résultat de Vox, parti d’extrême droite surgi en 2013, est la grande inconnue des législatives espagnoles du 28 avril. Reportage en Aragon, sur ces terres éloignées des grands centres urbains, où Vox et son leader, Santiago Abascal, espèrent réaliser de gros scores.

Espagne: «Dimanche, mon bourreau Billy el Niño votera pour Vox»

Par Fabien Palem

Entre 1969 et 1976, Chato a été détenu dans les geôles de Franco et torturé par Billy el Niño, aujourd'hui son voisin. Il est sûr qu'il votera pour l’extrême droite, parce qu’il est « idiot ». Alors que les « plus stratèges voteront pour ceux qui les ont couverts, les socialistes et le Parti populaire ».

Paul Magnette: «Pour sauver l’Europe, il faut prendre le risque d’une crise institutionnelle»

Par
desintegration-europeenne-06-illustr

Entretien filmé avec Paul Magnette, spécialiste des études européennes, figure du Parti socialiste belge et tête de liste pour les élections européennes du 26 mai prochain. Selon lui, « l’UE ne fait plus rien de bon pour les citoyens depuis dix ans ».

Terrorisme au Sri Lanka: le retour de Daech?

Par
Des policiers devant l’église Saint-Anthony à Colombo. © Reuters Des policiers devant l’église Saint-Anthony à Colombo. © Reuters

Les 350 morts des attentats de Pâques au Sri Lanka confirment peut-être que l’État islamique, même privé de son califat syro-irakien, reste dangereusement nuisible. Ces attentats pourraient rouvrir les plaies à peine refermées de la guerre civile dans l’île de l’océan Indien.

SNC-Lavalin, le géant canadien qui ébranle le pouvoir de Justin Trudeau

Par Olivier Monnier

Le groupe d’ingénierie canadien SNC-Lavalin est secoué par des scandales de corruption en série, dont en Libye du temps de Kadhafi. Ses tentatives pour éviter un procès dans son affaire libyenne ont conduit au plus gros scandale politique du mandat du premier ministre Justin Trudeau.

Au Brésil, les milices font régner la terreur, avec la bénédiction de Bolsonaro

Par
Une parade militaire commémore l’anniversaire du coup d’État de 1964 à Brasilia, le 29 mars. © Reuters Une parade militaire commémore l’anniversaire du coup d’État de 1964 à Brasilia, le 29 mars. © Reuters

Apparus durant la dictature comme une réponse à la petite criminalité, les groupes d’extermination continuent de sévir dans les zones déshéritées du pays. L’arrivée au pouvoir du clan Bolsonaro a offert à ces milices une impunité encore plus grande.