L’entreprise française Egis accusée de corruption au Yémen

Par Eva Thiébaud
Un cargo dans le port d'Hodeida dont les grues ont été atteintes par des bombardements, en mai 2018. © Reuters Un cargo dans le port d'Hodeida dont les grues ont été atteintes par des bombardements, en mai 2018. © Reuters

La corruption généralisée au Yémen est un des facteurs d’explication du déclenchement de la guerre qui ravage le pays. L’entreprise française est accusée du versement de commissions à des intermédiaires, selon des témoignages et des documents recueillis par Mediapart. Egis dément. La plainte déposée en France a été classée sans suite.

Dossiers

Donald Trump, saison 2 : notre dossier

Par

Le 45e président des Etats-Unis a entamé la deuxième année de son mandat par un « shutdown », un bref blocage des administrations dû au désaccord parlementaire sur le budget fédéral. Mediapart poursuit son récit de cette présidence hors norme, et des dangers qu'elle fait courir aux Etats-Unis comme au reste du monde.

A Hong Kong, «c’est le combat de la dernière chance»

Par Margot Clément
Manifestation historique dimanche 16 juin à Hong Kong. © Reuters Manifestation historique dimanche 16 juin à Hong Kong. © Reuters

La cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, a de nouveau présenté mardi ses excuses, mais n’a toujours pas annoncé l’abandon officiel du projet d’extradition vers la Chine. Cette réforme a servi de catalyseur aux colères d’une population qui est massivement descendue dans les rues.

Les bras de fer diplomatiques et postcoloniaux reprennent dans l’océan Indien

Par

Les Chagossiens, ces créoles déportés de leur archipel en 1971, ont remporté en février dernier une victoire juridique décisive face au gouvernement britannique. Après quoi, le 22 mai 2019, l’ONU a adopté une résolution qui rebat les cartes des revendications postcoloniales dans l’océan Indien. La France est concernée à de nombreux titres.

En Tunisie, la société se mobilise contre l’accord de libre-échange avec l'UE

Par
Lors de la manifestation du 1er mai à Tunis. © Compte Facebook #BlockAleca / https://www.facebook.com/BlockAleca Lors de la manifestation du 1er mai à Tunis. © Compte Facebook #BlockAleca / https://www.facebook.com/BlockAleca

Discuté depuis 2016 à Tunis, l’Aleca, ou accord de libre-échange complet et approfondi avec l’Union européenne, suscite de vives réactions aussi bien au sein des militants syndicaux ou altermondialistes que du secteur privé.

L’accord de libre-échange UE-Tunisie «est un projet colonialiste»

Par
Mustapha Jouili. © dr Mustapha Jouili. © dr

L’économiste tunisien Mustapha Jouili s’alarme des dangers de l’Aleca, le traité de libre-échange actuellement en cours de négociation entre l’Union européenne et la Tunisie. Il dénonce un texte qui va faire de la Tunisie « un atelier de sous-traitance au profit des multinationales européennes ».

En Algérie, la société civile s’organise pour contrecarrer les plans du régime

Par

Fruit d’un compromis de plus de 70 organisations, la société civile algérienne a proposé une feuille de route pour une vraie transition. Mais le pouvoir tente de sauver sa peau en poursuivant une purge sans précédent frappant un à un les piliers du régime Bouteflika.

1948, l’année terrible de la Palestine

Par
Jérusalem. © Altair Alcântara Jérusalem. © Altair Alcântara

Ils sont la mémoire de la Naqba, la fin de la Palestine historique et l’exode forcé de ses habitants. Dans Palestine – mémoires de 1948, Jérusalem 2018, dix-huit hommes et femmes racontent ce qu’elle fut, la destruction des villages par l’armée israélienne, les massacres, la peur et la fuite.

En Ukraine, un nouveau président entre deux mondes

Par Sébastien Gobert
Volodymyr Zelenskyy (à gauche), le nouveau président ukrainien, le 4 juin 2019, à Bruxelles, avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. © Reuters Volodymyr Zelenskyy (à gauche), le nouveau président ukrainien, le 4 juin 2019, à Bruxelles, avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. © Reuters

L’ancien comédien Volodymyr Zelenski, président le mieux élu depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991 (avec 73 % des voix), se rend à Paris ce lundi 17 juin en voyage officiel. Durant sa campagne, il avait promis de manière floue un changement radical, une lutte acharnée contre la corruption et une paix imminente avec la Russie. Tout en favorisant aujourd’hui une logique d’intégration européenne.

Commerce contre migrants: le Mexique cède sous la pression du chantage de Trump

Par Marie Hibon
Des migrants traversant le Rio Bravo, le 11 juin 2019. © Reuters Des migrants traversant le Rio Bravo, le 11 juin 2019. © Reuters

Face aux menaces de sanctions commerciales de son voisin du nord, le Mexique s’est vu contraint de durcir sa politique migratoire. Signe de cette volte-face : la démission du chef des services concernés, défenseur notoire des droits des migrants, remplacé par l’homme qui dirigeait jusqu’ici le système carcéral.

Ada Colau réélue maire de Barcelone, grâce au «soutien sans contrepartie» de Manuel Valls

Ada Colau et Manuel Valls après le vote municipal ayant réélu la maire de Barcelone. © Capture d'écran Ada Colau et Manuel Valls après le vote municipal ayant réélu la maire de Barcelone. © Capture d'écran

La maire sortante de Barcelone, figure des gauches alternatives en Europe, a été réélue après le vote des militants de sa plateforme, approuvant à 70 % une coalition avec les socialistes catalans contre une alliance derrière les indépendantistes. Minoritaire, cette coalition a bénéficié des voix de Manuel Valls et de deux de ses colistiers.