Trente ans après la «révolution de velours»: Hrabal, l’anti-héros dans l'ombre de Havel

Par

Il y a trente ans, entre le 16 novembre et le 29 décembre 1989, la « révolution de velours » portait à la présidence de la Tchécoslovaquie Vaclav Havel, figure emblématique de l’écrivain dissident. Dans son ombre, un autre auteur : Bohumín Hrabal. Emprisonné cinq ans, le premier incarnait la résistance frontale au régime communiste. Le second jouait d'une sorte de dissidence dans la dissidence. Une dissidence de velours. Souvenirs d’une rencontre à Paris avec « un héros timide ».

Dossiers

Donald Trump, saison 2 : notre dossier

Par

Le 45e président des Etats-Unis a entamé la deuxième année de son mandat par un « shutdown », un bref blocage des administrations dû au désaccord parlementaire sur le budget fédéral. Mediapart poursuit son récit de cette présidence hors norme, et des dangers qu'elle fait courir aux Etats-Unis comme au reste du monde.

Dans un Chili en pleine ébullition, le peuple autochtone des Mapuches fait entendre sa voix

Par
Manifestation de Mapuches le 4 novembre 2019 à Temuco. © JMA Manifestation de Mapuches le 4 novembre 2019 à Temuco. © JMA

Au milieu des manifestations qui agitent le Chili depuis trois semaines, flotte souvent le drapeau des Mapuches, peuple autochtone en quête d'autonomie et réprimé pendant des décennies. Pour l'ensemble du pays, les couleurs mapuches sont devenues un symbole de résistance. « [Nos] jeunes n’ont plus peur des militaires, ils ont grandi avec », souligne l'un de leurs porte-paroles.

Colombie, une paix encore bien fragile

Par
unmondeavif-28-illustr

Entretien avec Mathilde Allain, chercheuse en science politique, analyste Amérique du Sud pour le centre de recherche indépendant Noria. Nous abordons le processus de paix en Colombie, trois ans après l’accord entre le gouvernement et la guérilla des Forces armées révolutionnaires (FARC).

Au Liban, les femmes réclament leurs droits

Par Justine Babin Et Nada Maucourant Atallah
Des manifestantes place Al-Nour, à Tripoli (Liban). © Justine Babin Des manifestantes place Al-Nour, à Tripoli (Liban). © Justine Babin

Très actives dans le mouvement de contestation qui secoue le Liban depuis plus de trois semaines, les Libanaises profitent du soulèvement pour demander des lois plus justes et en phase avec leur place dans la société.

Le Bangladesh veut-il noyer ses réfugiés rohingyas?

Par
Des réfugiés rohingyas au camp de Cox’s Bazar, au Bangladesh, le 25 août 2019. © Reuters Des réfugiés rohingyas au camp de Cox’s Bazar, au Bangladesh, le 25 août 2019. © Reuters

Confronté à la présence sur son territoire d’un million de réfugiés musulmans chassés de Birmanie par les crimes massifs de l’armée et des milices bouddhistes, Dacca envisage d’en transférer 100 000 sur une île prison, dans le golfe du Bengale, menacée d’inondation par la mousson. Ce projet vient relancer les interrogations sur le rôle controversé de l’Organisation des Nations unies en Birmanie.

«Impeachment»: c’est l’heure du show télé

Par
Nancy Pelosi à la Chambre des représentants, le 24 septembre 2019. © Reuters Nancy Pelosi à la Chambre des représentants, le 24 septembre 2019. © Reuters

Les auditions publiques commencent ce mercredi 13 novembre dans la procédure parlementaire de destitution lancée par les démocrates contre Donald Trump. Les faits accumulés jusqu’ici ont donné raison au lanceur d’alerte à propos d’un chantage de Trump envers l’Ukraine. Mais un an pile avant l’élection présidentielle, la bataille majeure est celle de l’opinion.

Sous pression de l’extrême droite, les gauches espagnoles s’entendent sur les contours d’une coalition

Par
Pedro Sánchez et Pablo Iglesias, le 12 novembre 2019 © Reuters Pedro Sánchez et Pablo Iglesias, le 12 novembre 2019 © Reuters

Le Parti socialiste de Pedro Sánchez et la coalition Unidas Podemos emmenée par Pablo Iglesias ont conclu mardi, en moins de 48 heures, un pré-accord qu’ils avaient refusé pendant six mois. Une surprise.

En Bolivie, le week-end où tout a basculé

Par Alice Campaignolle

Après trois semaines de manifestations pour dénoncer une fraude électorale, Evo Morales, le chef de l’État bolivien, a cédé face à la pression de la rue et a démissionné de la présidence, le 10 novembre, après plus de treize années au pouvoir. Retour sur une fin de semaine qui a fait basculer l’histoire bolivienne.

«Evo Morales est victime de ses contradictions, mais aussi, paradoxalement, de son succès»

Par
Manifestation en faveur d'Evo Morales à Buenos Aires (Argentine) le 11 novembre 2019. © Reuters Manifestation en faveur d'Evo Morales à Buenos Aires (Argentine) le 11 novembre 2019. © Reuters

Evo Morales, le président bolivien contraint à la démission et qui s’est vu accorder l’asile politique par le Mexique, s’était fait élire en 2006, pour son premier mandat, sur la promesse d’un gouvernement indigéniste et respectueux de l’environnement. Mais il s’en est progressivement éloigné au point de susciter des contestations au sein même de ses anciens alliés. La chercheuse Laetitia Perrier-Bruslé nous explique le projet d’Evo Morales et les résistances qu’il a rencontrées.

Plongée dans les fractures de l’Afrique du Sud

Par
 © Mediapart © Mediapart

Entretien avec Victor Magnani, chercheur à l’Ifri. Il revient sur la fragilisation diplomatique de l’Afrique du Sud à la suite des violences racistes commises sur son territoire. L’émission aborde également la récente dislocation de l’opposition à l’ANC, le parti au pouvoir depuis la fin de l’apartheid.