Banques : Obama sur la voie d'un remède anti-crise

Par
Barack Obama veut faire adopter un texte explosif pour l'avenir du secteur financier américain. Objectif du «plan Volcker» : limiter la taille des poids lourds bancaires et empêcher certains établissements de spéculer. Autant dire un début de révolution à Wall Street... Paul Volcker, 82 ans, doit dévoiler, mardi, ce plan décisif. Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Barack Obama n'a pas tardé à tirer les leçons de l'élection sénatoriale perdue par les démocrates, le 19 janvier, dans le Massachusetts, un an presque jour pour jour après son arrivée au pouvoir. Alors que les patrons de Wall Street ont mauvaise presse, il dévoilait, deux jours plus tard, les contours d'une réforme agressive qui pourrait bouleverser de fond en comble le paysage financier américain. Populisme, alors que les élections de mi-mandat se profilent en fin d'année aux Etats-Unis?
Sans doute, mais pas seulement : le «plan Volcker», du nom de l'ancien président de la Réserve fédérale, 82 ans, à l'origine de la réforme, pourrait bien parvenir à contrer la formation de ces bulles financières aux conséquences dévastatrices. Le vieux Volcker plus fort que les derniers G-20 ? Retour sur un chantier révolutionnaire, dont Volcker doit dévoiler les détails, très attendus, ce mardi 2 février, devant la commission bancaire du Sénat.