Syrie: à Genève, les négociateurs évoluent en terrain miné

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 01/02/2016 15:43
  • Par

Bonne chance , mais vu le nombre et les contradictions des participants , ça n'est pas gagné.

Dans cet article, il est question tout le teps "d'aide humanitaire refusée par le Gouverneent",  de "libération de prisonniers" , etc...  refusé par le cruel méchant dictateur Saddam Hussein de Syrie, etc... etc...

Envoyez donc Bernard Kouchner apporter de  "l'aide humanitaire"  à nos chers amis Djihadistes modérés,  dans des avions estampillés   " Croix Rouge internationale"...comme au Rwanda. 

Vous nous avez bernés une fois,  mais pas deux... 

Zr pourtant,  ce n'est pas l'excellentissime Amélie Poinssot qui a écrit cette article !  Ah,  la relève est assurée...

Dans cet article, il est question tout le teps "d'aide humanitaire refusée par le Gouverneent",  de "libération de prisonniers" , etc...  refusé par le cruel méchant dictateur Saddam Hussein de Syrie, etc... etc...

Envoyez donc Bernard Kouchner apporter de  "l'aide humanitaire"  à nos chers amis Djihadistes modérés,  dans des avions estampillés   " Croix Rouge internationale"...comme au Rwanda. 

Vous nous avez bernés une fois,  mais pas deux... 

Zr pourtant,  ce n'est pas l'excellentissime Amélie Poinssot qui a écrit cette article !  Ah,  la relève est assurée...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

« En Syrie, où les avions américains conduisent l’écrasante majorité des raids de bombardement contre les djihadistes [...] »

Vous êtes deux mois en avance, je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer. Triste de voir Mediapart souscrire sans concession au discours atlantiste.

On peut remarquer l'omission de réelles demandes du gouvernement syrien, étrange.
L'article ne serait-il pas complet ?

Si seul le HCR demande la libération de prisonniers, la levée de sièges etc …

Donc, cela voudrait dire que Damas ne demande pas pour sa part la libération de ses prisonniers, ni des personnes retenues prisonnières, civiles ou militaires, la levée de sièges de villes dans des situations humanitaires aussi critique qu'à Madaya qui subissent les sièges aussi bien de EI que de groupes djihadistes ayant leur représentants au HCR.

Doit-on en comprendre, que seuls les "principaux représentants de l'opposition" (dixit Backmann) demandent la libération des militaires prisonnier ainsi que des civils pris comme otage ainsi que la levée des sièges des villes dont il semblerait qu'une bonne proportion (de l'ordre de la moitié ?) soit sous contrôle des groupes représentés justement au HCR ?

C'est sérieux ? Manquerait pas une partie ou 2 dans l'article (comme qui est le HCR réellement sur le terrain, qui sont les parties écartées et d'autres détails).

Comme si seul le HCR s’inquiétait du sort des populations alors que les syriens subissent quotidiennement les exactions de groupes armés sous le contrôle de certains des membres de groupes représentés au HCR.

Bref, si le sort des populations les intéressait, les groupes extrémistes composant le HCR commenceraient par lever les sièges au lieu de jouer à « je te tiens tu me tiens par la barbichette » (image atroce j'en conviens) avec l'armée syrienne, et laisser passer les convois de nourritures qui n'arrivent pas non plus dans ces villes qui ne sont pas citées par l'auteur , et dont d'ailleurs le nombre de mort de faim (ou d'application de la charia) n'est pas cité tout simplement car quasiment aucune ONG n'y a accès (ils sont rares à avoir pu filmer, les journalistes n'y ont presque pas accès).

 

Et sinon, doit-on comprendre de la formulation « Moscou reproche en outre au HCN d’exclure, entre autres, toute représentation des Kurdes du Parti de l’union démocratique (PYD) » que l'affirmation est sujette à caution vu que c'est un « reproche » émanant de Moscou ?
Sauf que Challenge dit la même chose que Moscou (ils sont poutinophile c'est connu) :

http://www.challenges.fr/monde/20151210.AFP9681/syrie-creation-d-une-branche-politique-d-un-groupe-arme-rassemblant-kurdes-et-arabes.html

 Finalement les « reproches » de Moscou ne seraient-ils pas tout simplement des faits en l'occurrence ?

 

Poursuivons rapidement avec les bombardements :

 

« L’appui feu abondant [ de la Russie] et peu regardant sur les dommages collatéraux, »

 Quelle guerre est regardante sur les dommages collatéraux, dites nous ?

  • Les 500000 morts de la guerre d'Irak : dommages collatéraux. Les américains ont-ils été regardant ou pas ?

 

En fait non : les américains ont considéré que cela « valait le coup » : je peux retrouver la vidéo d'une sénatrice US déclarant à la télé que le résultat valait ces morts.

 Tout comme Brzezinsky déclara :

 Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

 Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ?Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

 

On voit le résultat, et si on reposait la question, le pire c'est qu'il répondrait sûrement pareil.

 

  • L’hôpital de MSF en Afghanistan, dommage collatéral d'un pays regardant sur les dommages collatéraux ?

 

Ce ne sont que 2 exemples parmi ceux traités par Médiapart récemment.
En tout cas, une chose est sûre : Les états sont regardant sur la propagande de cette fable de soit-disantes frappes chirurgicales et tentent de faire en sorte qu'elle soit bien reprise par nos journalistes.

 

Au fait, à Raqqa où frappe la France, il n'y a ni femmes ni enfant ? Il n'y a donc que des djihadistes ? (presque 200 000 personnes en 2009)

Connaissez vous une guerre propre ?
Aucune guerre n'est propre, non aucune guerre : ni les nôtres ni celles des autres.

A chaque fois c'est un cortège de morts : hommes, femmes, enfants, réfugiés, pays et maisons rasés, vies et peuples détruits pour des décennies ...

 

 

la Turquie

Abordons la Turquie rapidement car, cela est avéré maintenant, elle a laissé passer (à minima) des armes et des djihadistes par sa frontières - on ne parlera évidemment pas du gaz sarin qui aurait transité et des journalistes qui sont emprisonnés pour l'avoir dénoncé, des complicités au plus haut niveau de l'état entre Frères Musulmans et les djihadistes ni d'ailleurs du fait que nombre de combattants en Syrie y ont reçu un entraînement, non, cela serait déplacé dans un article traitant de la Syrie de prendre le temps de faire une analyse sur les puissances régionales qui ont joué un rôle déterminants dans cette catastrophe.
Car c'est plus qu'une guerre, c'est une catastrophe !

 Une catastrophe qui, en plus de déstabiliser le Moyen-Orient en quelques points, aura non seulement des impacts sur tout le continent mais dans le monde entier avec une idéologie mélangeant radicalisme et religieux.

Selon la formule d'Olivier Roy : 

« Ce sont des radicaux qui trouvent dans l’islam une manière de mettre en scène leur radicalité. »

Bref, la radicalisation est la base, l'islam leur habit.

Et d'habits on en change facilement.
Mais cette radicalisation, elle ne disparaîtra pas comme ca ...

Mais revenons à la Turquie, les djihadistes qu'elle a formés et auxquels elle a permis de passer par ses frontières (ainsi qu'aller et venir) sont venus renforcer Al-Nosra et Daech en priorité, c'est maintenant admis.
Partant de là, j'ose espérer que vous vous réjouissez des avancées sur le terrain : « [l'aide militaire russe] qui a permis à l’armée du régime de reprendre, dans la province de Lattaquié, au nord du pays, des bastions de l’opposition. Bastions d’autant plus précieux qu’ils sont frontaliers de la Turquie. »

Cela veut dire un affaiblissement de EI et d'Al Nosra en Syrie, je suppose que cela devrait faire plaisir nombre de lecteurs qui n'ont pas du percevoir la bonne nouvelle dans votre présentation.

 

la question que je me pose quand je vois cette image, c'est que faire de cet enfant de 13 ans.

S'il est arrêté, on fait quoi ? on le libére ? il tire à la kalach dans des rues sur des personnes en face (de l'armée syrienne, des humains quand même).
On le met en tôle ? à 13 ans ?

Que faire dans une telle situation ....

Ce pays est ravagé à cause des interventions étrangères où chacun a joué de concert et en même temps dans son coin.
Quand on voit l'Irak, la Libye, on ne peut que trembler.

Un enfant de 13 ans, membre de l'Armée syrienne libre, dans les rues d'Alep © Reuters Un enfant de 13 ans, membre de l'Armée syrienne libre, dans les rues d'Alep © Reuters

ils sont masos , on est intelligent , on connait la réalité donc merci d'arreter avec vos fantasmes

donc maintenant journalistes il y a pas une spécialisation contes de fées ?

 

  • Nouveau
  • 02/02/2016 11:44
  • Par

Article trés interessant.

Il manque tout de même une chose : quelle est la position officielle de la France lors de ces négociations ? Vu les approximations et le flou de notre cher gouvernement, on n'arrive plus à s'y retrouver...

Il y a aussi une autre chose que je ne trouve pas correcte : la Russie est toujours présentée comme soutien de Bachar pour défendre son influence et la présence de ses bases militaires en Syrie.

C'est sans doute un peu court comme explication.

Il ne faut pas oublier que la Russie est aussi trés soumise au terrorisme et que son engagement contre l'etat islamique est sincère. Il suffit de faire la liste des attentats subis par la Russie ces dernières années et de regarder la géographie pour comprendre que la Russie est souvent en 1ere ligne contre l'islamisme radical.

Dans ces conditions, quelle est la priorité pour les militaires Russes qui doivent s'engager dans un combat contre Daesh ? Vu que personne de la coalition ne veut (et/ou peut) engager suffisamment de troupes au sol pour un tel combat, il est évident qu'on ne peut pas tenir le terrain sans l'armée Syrienne.

Par contre, pour Bachar, la priorité est de récupérer le controle du pouvoir contre l'opposition. La lutte contre Daesh est secondaire. Donc l'interet militaire bien compris des Russes est d'abord de stabiliser la situation de son allié et ensuite de pouvoir utiliser les forces Syriennes libérées pour attaquer sérieusement Daesh.

Les occidentaux ont beau présenter l'attitude Russe comme de la pure hypocrisie, il s'agit plutot de simple tactique militaire (avec évidemment le double avantage de préserver aussi les interets de la Russie, ne soyons pas naifs).

mais oui mais oui ... 

un article pro HCR, qui n'est qu'un regroupement de salafistes qui se réclament  de la fable des islamistes modérés : les français ( autres que les marchands d'armes,les supporters de l'assujettissement aux usa ,tel hollande ...) n'auraient jamais dûs mettre le doigt dans ce conflit et encore moins soutenir ces pseudos islamistes modérés .Notre seul intérêt c'est la destruction de toutes les entités fanatiques, OEI,al nosra ou al quaeda ,cesser de s'allier avec les pays qui défendent le salafisme comme la turquie et les pays du golfe .Ces entités qui financent des mosquées salafistes chez nous,qui recrutent et  financent des djihadistes dans nos banlieues,...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale