Le sort judiciaire de Netanyahu peut être tranché avant les élections

Par
Le procureur général d'Israël a averti vendredi qu'aucune raison juridique ne l'empêchait d'inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu à tout moment pour corruption, même si sa décision devait intervenir avant les élections législatives du 9 avril.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

JERUSALEM (Reuters) - Le procureur général d'Israël a averti vendredi qu'aucune raison juridique ne l'empêchait d'inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu à tout moment pour corruption, même si sa décision devait intervenir avant les élections législatives du 9 avril.

Avichai Mandelblit a précisé que son équipe continuait d'examiner les dossiers et comptait rendre sa décision le plus rapidement possible.

Benjamin Netanyahu brigue un cinquième mandat malgré trois enquêtes pour corruption dans lesquelles la police a recommandé son inculpation.

Il reste favori des législatives mais son principal adversaire, l'ancien chef d'état-major Benny Gantz, progresse dans les intentions de vote.

Netanyahu a déjà fait savoir qu'il ne démissionnerait pas même si le procureur Mandelbit suivait les recommandations de la police et l'inculpait pour corruption.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale