Le piège caché de l'accord de libre-échange Europe Etats-Unis

Par

Les opposants à l'accord de libre-échange en chantier entre l'UE et les États-Unis donnent de la voix. Un mécanisme d'arbitrage prévu dans le texte, qui autorise des entreprises à attaquer des États en justice, focalise de plus en plus l'attention.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.  Après la catastrophe de Fukushima en 2011, l'Allemagne annonce l'arrêt définitif de ses centrales nucléaires dans les dix ans à venir. Un groupe énergétique suédois, Vattenfall, propriétaire de deux centrales nucléaires dans le pays, s'indigne : à ses yeux, cette décision menace ses profits à moyen terme. En mai 2012, l'entreprise lance une procédure en justice contre Berlin, devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), basé à Washington.