Le Front européen de Marine Le Pen

Par et

La levée de l'immunité de Marine Le Pen, votée ce mardi par le Parlement européen, ouvre la voie à sa mise en examen pour « incitation à la haine raciale ». Sur la scène européenne, sa tentative de « dédiabolisation » est, comme en France, entachée par les amitiés sulfureuses du FN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les eurodéputés ont voté ce mardi, à Strasbourg, à une écrasante majorité, la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, comme l'avait recommandé la commission des affaires juridiques du Parlement, le 19 juin. Cette décision ouvre la voie à une mise en examen de la présidente du FN pour « incitation à la haine raciale » et met un coup d'arrêt à sa prétendue « dédiabolisation », déjà entachée par les amitiés sulfureuses de son parti.