Incendie de la tour Grenfell à Londres: deux entreprises françaises impliquées

Par

Survenu dans la nuit du 13 au 14 juin dernier, l’incendie de la tour Grenfell à Londres a fait au moins 79 victimes. Enquêteurs et journalistes ont rapidement mis en cause la mauvaise qualité des travaux de rénovation réalisés en 2015 et 2016 sur la tour, et l’inadaptation des matériaux d’isolation thermique utilisés.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

La recherche du moindre coût et la multiplication des prestataires et des sous-traitants ont rendu possible la catastrophe, selon un article de Bastamag citant The Guardian. « Nous sommes probablement face à des défaillances multiples, estime Ben Bradford, expert en sécurité incendie et directeur du cabinet de consultants BB7. Le travail de résistance aux incendies revient souvent à un sous-traitant, qui ne se rend pas toujours compte du caractère critique des composants qu’il installe dans le système dans son ensemble. » Selon lui, la privatisation partielle du système d’inspection des bâtiments a entraîné une « course au moins-disant » pour réduire les honoraires et limiter le nombre d’inspections de terrain.

L’une des firmes impliquées est l’entreprise française d’ingénierie et de conseil Artelia, engagée par la Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation (KCTMO), qui gère la tour Grenfell pour le conseil municipal, ainsi que d’autres immeubles. Artelia a été sollicité pour « gérer les coûts » de la rénovation. « La tour Grenfell figurait parmi les études de cas listées sur le site Web d’Artelia dans sa section cost management, mais elle a disparu depuis », note The Guardian.

Lire la suite sur Bastamag.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale