Syrie : le parlement français sera-t-il le seul à ne pas voter?

Par et

Le refus du parlement britannique, la décision d'Obama de s'en remettre au Congrès embarrassent François Hollande. Interpellé par la droite sur la nécessité que le Parlement se prononce par un vote sur une intervention militaire en Syrie, l’exécutif s’interroge. Les députés PS sont divisés, entre défenseurs du présidentialisme de la Ve république et partisans de rénovations institutionnelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les socialistes, la guerre, les droits du parlement et la Ve République. Jusqu’ici contemplative de l’évolution du dossier syrien, la classe politique française est peu à peu sortie de sa torpeur estivale. Jeudi, le vote contre une intervention militaire du parlement britannique a commencé à faire tiquer les parlementaires français. Samedi soir, la décision de Barack Obama de s'en remettre à un vote du congrès américain a achevé de souligner l’anomalie démocratique des institutions françaises.