Mo Shaoping, avocat des droits de l’homme : « La Chine deviendra une démocratie »

Par

Le parti communiste chinois fête en fanfare, ce jeudi, les 60 ans de la République populaire. A cette occasion, nous publions un entretien recueilli par Jordan Pouille avec l'un des plus célèbres – et des plus discrets – avocats des dissidents. Mo Shaoping est l'avocat de l'écrivain chinois Liu Xiaobo, un des leaders de Tianan men et l'initiateur de la Charte08, un plaidoyer pour la démocratie. Liu Xiaobo est aujourd'hui en prison. Mo Shaoping nous raconte les difficultés grandissantes de son métier d'avocat tout en conservant cette certitude: les Chinois veulent la justice, donc la démocratie. Entretien.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Jordan Pouille, envoyé spécial à Pékin

 

Mo Shaoping est l'avocat de l'écrivain chinois Liu Xiaobo, un des leaders du soulèvement historique de Tianan men et l'initiateur de la Charte08, un plaidoyer pour la démocratie. Son texte publié en décembre de l'an dernier avec trois cents premiers signataires (intellectuels, avocats, artistes chinois vivant en Chine) a été depuis signé par dix-neuf mille personnes (lire sous l'onglet "Prolonger" la traduction en français de la Charte08). Liu Xiaobo a été arrêté et est emprisonné. Spécialiste des affaires de dissidence, Mo Shaoping prend aussi la défense des blogueurs inquiétés par le gouvernement. A l'occasion du 60e anniversaire de la Chine communiste, il dénonce un métier d'avocat de plus en plus malmené. Entretien exclusif.

 

Mo Shaoping, Pékin, dissidence © Jordan Pouille Mo Shaoping, Pékin, dissidence © Jordan Pouille

 

« Je vous attends au fond du jardin public, dans une heure. Soyez à l'heure. » Derniercoup de fil avant un entretien avec un homme surveillé en permanence. A l'adresse indiquée, un policier demande au visiteur de justifier sa présence. C'est pourtant bien l'adresse de son cabinet, installé dans un parc où l'on s'acquitte de 3 yuans pour admirer des mosaïques de fleurs aux couleurs du drapeau chinois. Le lieu est à un jet de pierre de la place Tianan men et juste en face du nouvel opéra de Pékin, une bulle de verre et de titane que les Pékinois appellent l'œuf de canard.

 

Mediapart.- Que pensez-vous de la récente arrestation de Xu Zhi Yong, juriste et créateur de l'association de défense des droits civiques « GongMeng »?

 

Mo Shaoping.-Le grand tort de Xu Zhi Yong, c'est sa jeunesse. C'est un avocat fougueux, ami des blogueurs. D'ailleurs, sur le sien, il n'hésite pas à dénoncer ouvertement les abus de gouvernement. Il a été arrêté le 29 juillet pour fraude fiscale [puis libéré sous caution, ndlr], son association a été dissoute et la vingtaine d'avocats qui s'impliquaient bénévolement dans cette association indépendante du parti ont tous perdu leur licence.

 

C'est un vrai coup dur pour la profession. Simplement, Xu Zhi Yong n'a pas payé ses impôts parce qu'il estimait que les dons qu'il recevait [de l'université américaine de Yale, où Mo Shaoping donne régulièrement des séminaires, ndlr] devaient aller à des victimes du système et pas au système lui-même. Or lorsqu'on défend des sujets sensibles en Chine, il faut vraiment être irréprochable car tout est bon pour se faire coincer.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale