Les 58 naufragés recueillis à bord de l'Aquarius transférés à Malte

Par
Cinquante-huit réfugiés et demandeurs d'asile ont été conduits à Malte, dimanche, après avoir été retenus plusieurs jours à bord de l'Aquarius par une mer agitée.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LA VALETTE (Reuters) - Cinquante-huit réfugiés et demandeurs d'asile ont été conduits à Malte, dimanche, après avoir été retenus plusieurs jours à bord de l'Aquarius par une mer agitée.

Le groupe formé des Libyens, de Syriens, de Palestiniens, de Somaliens et des Pakistanais a été secouru il y a un peu plus d'une semaine au large de la Libye. Parmi eux, se trouvent sept familles et trois enfants de moins de cinq ans.

L'Aquarius, dernier navire humanitaire actif en Méditerranée auquel le Panama a retiré son pavillon, a passé cinq jours au large de Malte à attendre que la mer se calme pour pouvoir transférer ses passagers sur un bateau de la marine maltaise.

France, Espagne, Portugal et Allemagne se sont engagés mardi à les accueillir, l'Italie ayant à nouveau interdit au bateau d'accoster dans l'un de ses ports. Sur les 58 personnes, 18 doivent être transférées en France, 15 iront en Espagne, 15 autres en Allemagne et 10 au Portugal. Cet accord de répartition a permis d'obtenir l'aval des autorités maltaises à leur débarquement.

"Le gouvernement de Malte a participé à cet effort pour des raisons purement humanitaires", souligne-t-il dans un communiqué diffusé dimanche. "L'Aquarius a été privé de son pavillon et devrait se rendre dans un port de France pour trouver une solution à son statut apatride", ajoute-t-il.

Sans pavillon, le bateau risque d'être placé sous séquestre à son arrivée dans quelque port que ce soit. SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières qui l'utilisent depuis 2016 ont demandé en vain à la France ou à un autre pays européen de leur accorder un pavillon.

La ministre française des Affaires européennes leur a recommandé mercredi de se tourner vers l'armateur du navire afin de régler cette "situation juridique compliquée".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale