Comment SOS Chrétiens d’Orient a utilisé le village syrien de Maaloula

Par , Elie Guckert et Frank Andrews

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout commence en garde à vue, en avril 2013. Dans la cellule d’un commissariat parisien, une nouvelle amitié se noue entre un trentenaire animateur sur Radio Courtoisie, Benjamin Blanchard, et un militant du Printemps français de dix ans son cadet, Charles de Meyer. Tous les deux ont été interpellés devant l’Assemblée nationale, en pleine action de la Manif pour tous. Six mois plus tard, les deux comparses fondent l’association SOS Chrétiens d’Orient.