Pompeo veut faire "front commun" avec le Brésil face au Venezuela

Par
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a parlé mercredi avec le nouveau ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo de la situation au Venezuela et a souligné la nécessité de présenter un front commun face aux régimes autoritaires en Amérique latine.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BRASILIA (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a parlé mercredi avec le nouveau ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo de la situation au Venezuela et a souligné la nécessité de présenter un front commun face aux régimes autoritaires en Amérique latine.

S'adressant aux journalistes à l'issue de cet entretien au lendemain de l'investiture du président brésilien Jair Bolsonaro, Mike Pompeo a cité le Venezuela, Cuba et le Nicaragua parmi les pays qui ne respectent pas selon lui les valeurs démocratiques.

"Nous avons une occasion de travailler côte à côte contre les régimes autoritaires", a-t-il déclaré.

Dans un communiqué, le ministère vénézuélien des Affaires étrangères a "catégoriquement rejeté l'attitude interventionniste" de Pompeo, l'accusant de chercher des soutiens en Amérique du Sud pour "imposer de force" un changement de gouvernement au Venezuela.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale