L'opposition s'attend à des violences après l'élection russe

Par
Un allié de l'opposant russe Alexeï Navalny n'exclut pas des violences après la reconduction attendue de Vladimir Poutine à la présidence le 18 mars, si la police réprime violemment les manifestations qui devraient suivre selon lui cette réélection.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

MOSCOU (Reuters) - Un allié de l'opposant russe Alexeï Navalny n'exclut pas des violences après la reconduction attendue de Vladimir Poutine à la présidence le 18 mars, si la police réprime violemment les manifestations qui devraient suivre selon lui cette réélection.