Otan : une diplomatie à front de taureau

Par

Au menu du sommet de l'Otan, qui a débuté ce mardi 2 avril à Bucarest, figurent les demandes de pré-adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie à l'Alliance atlantique. Les Etats-Unis soutiennent Tbilissi et encouragent Kiev quand une partie de l'Europe s'y oppose. La Russie vit comme une provocation ce futur élargissement. Pour quatre raisons au moins, cet élargissement est dangereux et témoigne de l'aveuglement de l'Alliance atlantique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Alliance atlantique fait un superbe cadeau à la Russie. En examinant, à l’occasion du sommet de l’Otan qui s’ouvre ce 2 avril à Bucarest, la possible pré-adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine, elle a choisi d’agiter un chiffon rouge sous le nez des diplomates russes. Et ils n’aiment rien tant que ça. Pour confirmer son retour sur la scène internationale et pour attiser le renouveau du nationalisme russe, le régime de Vladimir Poutine a besoin de réanimer le vieux spectacle d’une confrontation bloc contre bloc.
Les Etats-Unis poursuivent un objectif pas si lointain, voyant dans l’élargissement de l’Alliance un moyen de neutraliser tout progrès de la défense européenne et de camper aux portes de la Russie. C’est ce qui explique les fortes réticences de plusieurs pays européens, dont l’Allemagne et la France. Pour quatre raisons au moins, cet élargissement est dangereux :