La cour d’appel de Paris a offert «l’immunité» aux hommes de l’Angolagate

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak, c'est un revirement judiciaire inespéré. Un blanc-seing qu'ils n'attendaient plus. Le trafic d'armes effacé, la cour d'appel les condamne pour des « abus de biens sociaux » qui leur valent des peines de trois ans de prison ferme. Trois ans déjà exécutés par Falcone, qui a donc pu quitter la prison, vendredi. On saura jeudi soir si le parquet général se pourvoit ou non en cassation.