Venezuela: Maduro dément que l'armée l'ait abandonné, mandat d'arrêt contre Lopez

Par
Le président Nicolas Maduro est apparu jeudi en compagnie de son ministre de la Défense et de plusieurs commandants militaires, et a réfuté les affirmations des Etats-Unis et de l'opposition selon lesquels l'armée s'apprêterait à faire défection.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

CARACAS (Reuters) - Le président Nicolas Maduro est apparu jeudi en compagnie de son ministre de la Défense et de plusieurs commandants militaires, et a réfuté les affirmations des Etats-Unis et de l'opposition selon lesquels l'armée s'apprêterait à faire défection.

Dans une vidéo diffusée sur Twitter, Nicolas Maduro s'est adressé à la population au côté de son ministre de la Défense Vladimir Padrino et du chef du commandement stratégique opérationnel des forces armées, Remigio Ceballos.

Dans cette allocution, il a assuré que l'armée restait "unie, en cohésion et respectueuse de son mandat constitutionnel.

Juan Guaido, le chef de file de l'opposition, a appelé mardi ses compatriotes à descendre dans les rues pour réclamer le départ de Nicolas Maduro et a demandé à l'armée de lui apporter son soutien.

Des responsables américains ont déclaré que le haut commandement de l'armée dialoguait avec la Cour suprême et avec des représentants de l'opposition pour organiser le départ de Nicolas Maduro. Des militaires demanderaient des garanties sur leur maintien en fonction lors de la période de transition qui s'ouvrirait si le chef d'Etat était déposé.

La justice vénézuélienne a par ailleurs lancé jeudi un mandat d'arrêt à l'encontre de l'opposant Leopoldo Lopez, pour violation des conditions de son assignation à résidence, lit-on sur le site internet de la Cour suprême.

Mardi, Leopoldo Lopez a quitté son domicile de Caracas pour apparaître au côté de Juan Guaido lors d'un rassemblement anti-Maduro. Peu après, il s'est réfugié, en compagnie de son épouse et de sa fille, à la résidence de l'ambassadeur d'Espagne au Venezuela.

Le gouvernement espagnol a assuré vendredi, par la voix de sa porte-parole, n'avoir aucunement l'intention de livrer Leopoldo Lopez aux autorités vénézuéliennes.

Quant à Lopez, il a déclaré avoir rencontré des officiers supérieurs de l'armée, dont des généraux, alors qu'il était encore chez lui en résidence surveillée. Il est clair qu'il y a encore des "mouvements militaires" en cours, a-t-il estimé, en espérant que "la fin de l'usurpation" - le régime Maduro - interviendrait d'ici quelques semaines.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale