Des ONG dénoncent «le tri et le troc» des réfugiés aux frontières de l’Europe

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au travers de missions dans plusieurs villes-frontières – Ceuta et Melilla, enclaves espagnoles au Maroc ; Lampedusa et Pozzallo en Sicile ; Calais en France – un groupe d’associations emmenées par la Cimade observe, dans un rapport publié ce jeudi 2 juin, que l’exode sans précédent que connaît l’Europe depuis 2015 n’a pas détourné les chefs d’État de l’Union européenne de leur détermination à renforcer toujours plus les contrôles aux frontières extérieures.