Viols: comment travaille la «PJ», pendant parisien de la «Special Victims Unit»

Par

L'affaire DSK éclaire la fonction déterminante des premières auditions dans les cas présumés de violences sexuelles. La «Special Victims Unit» de New York n'a pas d'équivalent en France. À la différence des Américains, les policiers français ne sont pas dédiés aux affaires d'agressions sexuelles et de viols. Et ils sont formés sur le tard. À Paris, les commissariats de quartier renvoient vers la «PJ». Enquête avec les spécialistes du secteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec ses rebondissements, l'affaire DSK éclaire la fonction déterminante des premières auditions et de l'enquête de police et de justice dans les cas présumés de violences sexuelles. À New York, les services compétents, la Special Victims Unit de la NYPD et la Sex Crimes Unit du bureau du procureur, rassemblent environ 250 personnes formées et dédiées à 100% aux agressions sexuelles et aux viols.