En Argentine, la crue des fleuves inonde pauvres et riches, sans distinction

Par Gilda Di Carli (Columbia University)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsque des tempêtes frappent le bidonville de Garrote, au nord de Buenos Aires, les enfants de Marcela Creciente connaissent la marche à suivre : ils grimpent sur le toit de leur maison, où leur mère a disposé des matelas, pour y attendre la fin des intempéries. Elle leur a aménagé cet abri pour les éloigner des rues sales et inondées où l’eau peut monter jusqu’à la taille et où les ordures flottent au gré du courant. De leur poste d’observation, ils voient leur quartier peu à peu paralysé : l’électricité est coupée et les eaux d’égout qui se déversent bloquent les rues et empêchent les habitants d’entrer ou de sortir de chez eux.