Mali: une génération sacrifiée

Par Mamadou Coulibaly (Les Haut-Parleurs)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Mali, depuis la crise en 2012 qui a vu les mouvements islamistes profiter de la rébellion touarègue pour prendre le contrôle du nord du pays, l’accès à l’éducation a pris du plomb dans l’aile, particulièrement au nord et au centre. Dans ces deux régions, la peur des terroristes (qui voient dans l’école un instrument « d’égarement » au service de l’Occident et du pouvoir en place) l’a emporté sur l’importance de l’apprentissage. Résultat, l’Unicef y a répertorié 500 écoles fermées. C’est cet état de fait que dénonce Mamadou Coulibaly.