Venezuela: une élection pour dissimuler la corruption?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si l’élection de l’Assemblée constituante n’était qu’un leurre ? C’est l’hypothèse, sombre, avancée, hier, par la procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, qui a accusé le pouvoir d’entraver l’action du parquet et de vouloir « en finir avec le ministère public ». « Nous avons 36 124 enquêtes ouvertes pour corruption, mais quelle est celle qui préoccupe le plus les cercles proches du pouvoir ? Neuf lettres seulement… Odebrecht ! a poursuivi la magistrate. En 2008, la FAO a indiqué qu’il fallait 30 milliards de dollars pour éradiquer la faim dans le monde… C’est le montant que l’État vénézuélien a payé à Odebrecht dans onze travaux d’infrastructures, qui ne sont pas terminés, parmi lesquels se trouvent le troisième pont sur le fleuve Orénoque et le métro Caracas-Guatire. Et où en sont ces travaux ? Paralysés ! Et qui est responsable de ça ? Qui doit répondre de cela devant le pays ? »