Le centre droit chargé de former un gouvernement en Suède

Par
Le président du parlement de Suède a annoncé mardi avoir demandé à Ulf Kristersson, chef de file de l'Alliance, formation de centre droit, de chercher à constituer un nouveau gouvernement.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

STOCKHOLM (Reuters) - Le président du parlement de Suède a annoncé mardi avoir demandé à Ulf Kristersson, chef de file de l'Alliance, formation de centre droit, de chercher à constituer un nouveau gouvernement.

Les élections législatives du 9 septembre ont débouché sur un parlement bloqué.

L'alliance de centre gauche conduite par les sociaux démocrates a obtenu 144 des 349 sièges de la chambre, soit un de plus que l'Alliance, une coalition de quatre partis de droite.

Les démocrates suédois, parti anti-immigration, ont obtenu 62 sièges et se trouvent en position d'arbitres. Ils ont annoncé qu'ils ne soutiendraient ni un gouvernement de centre droit, ni un gouvernement de centre gauche sans compensation politique.

La tâche s'annonce ardue pour le centre droit et pour le centre gauche car l'un et l'autre doivent envisager, soit une coopération gouvernementale, soit une association avec l'extrême droite.

"Les partis doivent revoir leurs positions afin qu'un gouvernement puisse être formé", a déclaré Andreas Norlen, le président du parlement. "Je suis président, pas magicien".

Ulf Kristersson dispose maintenant de deux semaines pour mener à bien ses consultations, a ajouté Norlen après avoir rencontré les dirigeants de toutes les formations parlementaires au cours de la journée.

La constitution suédoise permet à une coalition de former un gouvernement minoritaire, ce dernier pouvant rester en place tant qu'une majorité ne vote pas contre lui.

Les démocrates suédois ont annoncé qu'ils voteraient contre tout parti qui ne leur accorderait pas un droit de regard sur la politique gouvernementale.

Stefan Lofven, chef de file des sociaux démocrates, a exclu l'idée de soutenir un gouvernement formé par l'Alliance.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale