«Il faut mettre Papandréou en prison»

Par
Professeur de science politique à Athènes, Georges Contogeorgis estime que l'annonce d'un référendum constitue un «chantage» et rend l'actuel premier ministre en grande partie responsable de l'impasse dans laquelle se trouve le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Professeur de science politique à l'université Panteion d'Athènes, et ancien ministre de l'audiovisuel, Georges Contogeorgis a soutenu les «Indignés» grecs de la place Syntagma. Loin de voir un acte démocratique dans le référendum annoncé par le premier ministre Georges Papandréou, il n'y voit que l'énième geste de survie d'un système politique corrompu et à bout de souffle.