Mourad, adolescent oublié par la France dans une prison syrienne

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ma mère ne sait pas si je suis mort ou vivant… » Mourad vient d’avoir 18 ans. Sa majorité, il l’a atteinte dans une cellule de prison du nord-est syrien, là où s’entassent 154 membres présumés de l’État islamique. Le jeune homme, originaire de Roubaix, cohabite chaque jour avec la peur, la fatigue, la mort, la maladie et les souvenirs terribles de son adolescence passée dans un autoproclamé califat. Il y a cinq ans, son père – et une large partie de la famille – a annoncé qu’ils allaient quitter le Nord de la France pour la Turquie. Puis, ils passent la frontière pour se rendre en Syrie à l’été 2014. Plusieurs membres de sa fratrie sont tués au fil des ans dans les bombardements.