Amesys: des réfugiés libyens sur écoute

Par
Des poètes, des journalistes, des écrivains, des historiens, des intellectuels libyens exilés au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou en Finlande ont été espionnés grâce au système Eagle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La société française Amesys, filiale de Bull, n'a pas seulement fourni au colonel Kadhafi de quoi espionner son peuple tout entier; des poètes, des journalistes, des écrivains, des historiens, des intellectuels libyens exilés au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou en Finlande ont également été espionnés grâce à la technologie de la société, raconte Owni, qui rappelle que «la porte-parole de Bull est la fille de Gérard Longuet, ministre de la Défense qui, le 13 juillet 2001, a élevé Philippe Vannier, l’ex-PDG d’Amesys devenu celui de Bull, au grade de chevalier de la Légion d’honneur. Et cet été, le Fonds stratégique d’investissement (partiellement contrôlé par l’État) est arrivé au capital de la société.»