Des centaines de milliers de Roumains manifestent contre la corruption de leurs dirigeants

Par et Florentin Cassonnet

Chaque soir, ils sont plus nombreux à dénoncer la corruption. Jeudi, ils étaient 100 000 à Bucarest, 30 000 à Cluj, 15 000 à Timișoara… Jamais le pays n’a connu une telle mobilisation depuis 1989. En promulguant des réformes organisant amnistie et grâce d'élus condamnés, le gouvernement n’a fait que renforcer cette mobilisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bucarest (Roumanie), correspondance.– Ils étaient 200 à peine quand tout a commencé, mercredi 11 janvier sur la place de l'Université, à Bucarest. Les seuls à s'être remis de la gueule de bois causée par la large victoire du Parti social-démocrate (PSD) aux élections législatives du 11 décembre. Celui qui les a décidés à braver l’hiver roumain, c’est Victor Ciorbea, l'Avocat du peuple, sorte d'équivalent du Défenseur des droits en France (lire ici), chargé de défendre les droits et les libertés des citoyens. Or Victor Ciorbea venait d'annoncer qu'il allait contester devant la Cour constitutionnelle la loi interdisant à toute personne condamnée par la justice d'occuper un poste ministériel…