La mémoire des «femmes de réconfort» empoisonne les liens Séoul-Tokyo

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Séoul (Corée du Sud), correspondance.– Le convoi funéraire de Kim Bok-dong avance lentement, dans le froid mordant de l’hiver coréen. Marchant derrière un grand portrait de l’ancienne « femme de réconfort », des centaines de militants emmitouflés brandissent banderoles et papillons en papier. « Kim Bok-dong, notre héroïne » ou « Punissez les responsables de l’esclavage sexuel par l’armée japonaise ! », proclament des pancartes.