Europe Note de veille

Theresa May durcit le ton dans la «bataille» de Gibraltar

L’ouverture des négociations du Brexit s’est accompagnée d’un vif regain de tension entre Londres et Madrid sur l'avenir de Gibraltar. Est-ce un avant-goût des deux années de discussions électriques à venir ?

Ludovic Lamant

3 avril 2017 à 18h54

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Il n’y a pas que les indépendantistes écossais qui menacent l’intégrité territoriale du Royaume-Uni. Le regain de tension observé depuis samedi entre Londres et Madrid sur l’avenir d’un territoire minuscule de sept kilomètres carrés, Gibraltar, ouvre un front qui pourrait alimenter bien des crispations, au cours de la négociation marathon du Brexit.
Tout est parti de la phrase d’un

document de travail (pdf, 118.1 kB)

publié vendredi par les services de Donald Tusk. Le président du conseil européen y énonce une vingtaine des « lignes directrices » de la négociation qui vient de s’ouvrir avec Londres. Le dernier point, très succinct, précise qu'« aucun accord entre l’UE et le Royaume-Uni ne pourra s’appliquer au territoire de Gibraltar sans l’accord du Royaume d’Espagne comme du Royaume-Uni ».
Depuis le traité d’Utrecht en 1713, Gibraltar est une terre britannique adossée à l’Andalousie espagnole, face au Maroc. Deux référendums d’autodétermination y ont déjà été organisés, en 1967 et en 2002 : chaque fois, la population locale – environ 33 000 habitants aujourd’hui – a rejeté le rattachement à l’Espagne. Mais lors du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE, en juin 2016, les citoyens britanniques de Gibraltar ont voté à 96 % pour le maintien de l’UE, à l’encontre du reste de leur pays.

Des touristes sur le Rocher de Gibraltar, le 29 mars 2017. © Reuters / john Nazca.
Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Article
par à l’air libre
France — Article
par Lucie Delaporte
France — Reportage
par Ellen Salvi
International — Enquête
par Justine Brabant
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions