Lancement des travaux de la première centrale atomique turque

Par
Les présidents turc et russe, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont assisté mardi à la pose de la première pierre de la première centrale nucléaire de Turquie, dont la construction a été confiée aux Russes, dans la province de Mersin (sud du pays).
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ANKARA (Reuters) - Les présidents turc et russe, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont assisté mardi à la pose de la première pierre de la première centrale nucléaire de Turquie, dont la construction a été confiée aux Russes, dans la province de Mersin (sud du pays).

La centrale sera construite par l'agence nationale russe de l'énergie atomique, Rosatom, et comptera quatre tranches d'une capacité de 1.200 mégawatts.

Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont assisté, par un système de visioconférence à Ankara, au lancement officiel des travaux de la première tranche de la centrale d'Akkuyu.

"Lorsque les quatre tranches seront en service, la centrale satisfera 10% des besoins en énergie du pays", a dit Erdogan, en ajoutant que malgré les retards, la Turquie comptait toujours inaugurer la première tranche en 2023.

Cette centrale d'un coût de 20 milliards de dollars et d'une capacité de 4.800 mégawatts participe du plan "Vision 2023" qu'a Erdogan pour les 100 ans de la fondation de la Turquie moderne.

Depuis que la Russie s'est vu attribuer le contrat de construction en 2010, le projet a subi des retards. En mars, une source au fait du dossier déclarait que la date de 2023 ne serait pas respectée pour la livraison de la première tranche. Rosatom assure en revanche que le calendrier sera bien respecté.

Vladimir Poutine effectue une visite de 48 heures en Turquie où il verra mercredi Erdogan et le président iranien Hassan Rohani pour un sommet consacré à la Syrie.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale