Apprendre le français: il manque une star pour remplacer les mythes fanés!

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Que les jeunes Allemands apprennent le castillan n'est pas mal non plus...
Très intéressant Mathieu. Ici, en Irlande, le français sert aussi à obtenir plus de points au Leaving Cert (Bac) pour pouvoir ensuite intégrer l'université. Pas plus. C'est dire s'il est peu appris car vu comme une langue difficile à apprendre. Les écoles primaires fondées par un groupe de parents existent aussi ici : les Educate Together qui banissent l'enseignement religieux au profit d'autres matières (langues p.ex). Enfin, pour le rayonnement du français dans le monde, il y a beaucoup à faire car si les parents expatriés ou natifs du pays ne comptent que sur les Lycées français à l'étranger, c'est mission impossible : trop rares et éloignés des besoins (centre-ville des capitales souvent) et surtout... hors de prix.
Une chose est sûre, si l'on cherche un promoteur du Français, et si possible du bon Français, ça ne sera pas Sarkozy.
Interessant article, j'ai failli faire mon stage ici a Berlin dans une petite association qui s'occupe justement de proposer activites a des enfants apprenant le francais issu ou non de parents francais, certains faisant partie de ces eleves de classes francoallemandes. L'association s'appelle Initiale (http://www.initiale.org/), mais j'ai choisi une autre structure car l'association etait trop petite, meme si elle fait un travail fabuleux: ils ont beaucoup de mal a reunir les fonds necessaires pour le salaire de l'unique salariee de l'association presque entierement payee par les cotisations des parents adherents. L'associarion est pleine de bonnes idees mais manque de moyens pour developper le reseau, tout comme ces messieurs des organisations plus officielles d'ailleurs.
Il est vrai que le francais fascine et que beaucoup ont appris la langue a l'ecole, mais comme le dit l'article, ils ont presque tous arrete pour des raisons qui tiennent au caractere prioritaire de l'anglais ou de matieres plus techniques. Mais l'engouement est reel, meme si nous n'avons pas de groupe comme Tokio pour attirer les jeunes, c'est sur la chanson a texte francaise de Tiersen ou Benabar, ca attire moins !
J'ai oublie de parler des volkshochschule... la on peut aussi apprendre le francais, et on l'apprend a tout age pour le coup. Ce systeme de cours du soir est tres prise et dans beaucoup de ce ecoles il y a des listes d'attentes pour les cours de.... francais, encore plus pour l'anglais et l'espagnol, c'est aussi vrai !http://www.berlin.de/vhs/
Très bon système que celui des Volkshochschulen qu'on retrouve partout même dans les petites villes On peut y apprendre beaucoup et ce n'est pas cher..
Exact ! Presque tout et à tout âge.
Certains Länder, dit-il, mènent une politique linguistique active qui profite mécaniquement au français. En 2007, le Baden-Wurtemberg (ouest) a tenté de l'imposer comme première langue au côté de l'anglais. La tentative a échoué, car le ministre-président du Land, francophile convaincu, a voulu passer en force et s'est heurté à l'opposition de certains parents. Depuis, la Rhénanie-du-Nord (ouest), la Thuringe et la Saxe-Anhalt (est) ont facilité l'apprentissage précoce d'une seconde langue, en plus de l'anglais. . Vous oubliez de mentionner la Sarre. Voici la page sur le français dans ce Land et l'Abibac: http://www.fapf.de/html/lv/saarland/Sarre.htm
L'article soulève un grave problème dans la relation franco-allemande et c'est un sujet brûlant pour ceux qui s'intéressent aux deux pays. . Cet article est louable, mais il tombe dans le même travers que la TV, la "peopelisation". Ce n'est pas avec une "Star" que la chose se réglera. Tout cela est très superficiel. . C'est avec une VOLONTE politique et avec les crédits qui vont avec. Un petit retour en arrière pour expliquer pourquoi... . J'ai enseigné le français dans une université privée - Private Fachhochschule - dès 1975 après avoir passé un an à l'Institut français de Hambourg. J'ai quitté cette FH en 2000 en tant que directrice adjointe. Pendant des années, outre le recrutement des intervenants, l'emploi du temps pour les étudiants et enseignants, l'élaboration avec les équipes enseignantes des programmes, examens et le choix des manuels pour les cours, l'organisation des examens internationaux auprès des Chambres de Commerce LCCI (Londres), CCIP (Paris) et CICIM (Madrid), j'organisais également les stages en France, subventionnés par l'Office franco-allemand pour la jeunesse . L'argent servait à payer le voyage aller-retour, et à donner une bourse pour la durée du stage en France. Les caisses étaient alimentées par les deux gouvernements. J'ai vu les crédits diminuer d'année en année, car les gouvernements français et allemand ont réduit leurs contributions. Tout au début, la subvention était de 750 DM, puis elle a baissé à 600, puis à 400. Je viens de retourner sur le site et constate qu'elle est aujourd'hui de 300 €. . J'assurais également une activité de marketing auprès des lycées, nos étudiants étant très recherchés par les entreprises, car ils avaient un bonne formation en économie, langues étrangères - avec stage dans 2 pays - et informatique. Je venais donc présenter notre Ecole dans les lycées. . Les écoles et lycées allemands organisent chaque année une semaine d'orientation - BOT "Berufsorientierungstage" - où les élèves de toute l'école ont la possibilité de rencontrer les parents d'élèves qui présentent leur métier, ainsi que d'autres intervenants. Y participent aussi l'Agence pour l'Emploi, les pompiers, la police, et toutes les PME du coin et les Ecoles post-bac. Le tout dans une grande salle, chaque intervenant derrière une table et 3 ou 4 chaises pour les élèves qui font une sorte de rallye et posent leurs questions. Le tout est retravaillé ensuite en cours de sociologie ou avec le prof principal. Pendant cette semaine, les classes supérieures peuvent aller à l'Université pour écouter des cours de leur choix, visiter des entreprises, etc. etc... Voici un exemple d'orientation lycéenne "pour la vie", avec stage social, stage en entreprise, etc...: http://www.albrecht-thaer-gymnasium.de/profil/lebensorientierung/index.php . Je participais donc pendant une semaine à plusieurs BOT - Berufsorientierungstage - dans plusieurs lycées de la ville et ce chaque année. . D'année en année, j'ai vu le nombre d'élèves qui apprenaient le français diminuer au profit de l'espagnol. C'était frappant. . Dans un groupe de 30 élèves, la majorité avaient abandonné le français au profit de l'espagnol, il ne restait que 4 ou 5 élèves qui avaient encore des cours de français. Lorsque je leur demandais pourquoi. La réponse était toujours la même: l'espagnol était plus sympa et plus facile. . Il faut dire que les manuels pour apprendre le français sont terriblement ringards et ennuyeux. Ceux pour apprendre l'espagnol - et même le latin - beaucoup plus modernes et gais. Ce n'est pas une question de "star", mais de la façon dont la France se présente dans ces manuels, comme on apprend les langues étrangères en France, sans joie... J'ai eu ces manuels entre les mains, je me serais ennuyée à mort... . Et la politique culturelle de la France en Allemagne a brutalement décliné depuis le passage de N. Sarkozy au ministère du budget. Il a ordonné de fermer les Instituts français, de nombreux Consulats ont été fermés ou réduits à leur plus simple expression. A Hambourg, il ne reste plus que quelques fonctionnaires qui sont hébergés dans l'Institut français qui a dû leur céder des locaux. Le reste a été transféré à Berlin. . Il en est de même à Sarrebruck, le Consulat a été regroupé à Francfort. Il n'y a plus qu'une petite permanence épisodique à Sarrebruck. Et partout en Allemagne, la même coupure budgétaire. . Enfin, je ne résiste pas au plaisir de vous raconter avec quel doigté la culture française est parfois proposée aux habitants... . Les Instituts français sont gérés par le Ministère des affaires étrangères et doivent faire du chiffre. Leur principale source de revenus sont les cours de français - à l'Institut et en entreprises. . Leur directeur est envoyé par Paris, il y passe généralement 2 ans pour monter un échelon dans sa carrière - souvent de diplomate ou d'attaché culturel d'une ambassade. Il ne parle généralement pas bien - ou pas du tout - la langue du pays et n'a pas grand chose à faire des habitants de la ville dans laquelle il est envoyé. . Un directeur - particulièrement intelligent - avait donc décidé d'encourager les Hambourgeois à apprendre le français et avait fait imprimer des "flyers" en allemand et en français. Le titre en était: "Sur les traces de Napoléon à Hambourg". . Abreuvé à la gloire de l'Empereur par l'Ecole française, il n'avait pas appris que les soldats français campaient sur le Jungfernstieg, en bord de l'Alster, et que les filles, qui passaient dans les parages, y étaient souvent violées. C'est en tout cas ce qui reste dans la mémoire collective des habitants de la ville quand on leur parle de Napoléon. Ils n'en ont pas gardé le meilleur souvenir et je doute que sa publicité ait porté les fruits qu'il attendait. C'est un peu comme si le Goethe-Institut encourageait les Parisiens à apprendre l'allemand en imprimant une doc ayant pour titre "Sur les traces de Hitler à Paris"... A peu près le même effet... Mais le pauvre directeur, tout à sa fierté napoléonienne ne "sentait" pas ces choses... . Voilà, les relations entre nos deux pays sont faites de plein d'évènements et de détails et je suis particulièrement satisfaite qu'enfin un livre d'Histoire franco-allemand ait vu le jour, rédigé par des historiens des deux pays. J'espère juste que l'Education nationale en fera usage... . En tout cas, je confirme, le français perd énormément de place dans la vie de tous les jours, dans la vie culturelle, au profit de l'espagnol. Et il en est de même un peu partout dans le monde... . PS: Le "sic" derrière la faute de français est très symptômatique de l'enseignement des langues en France, on corrige toujours les fautes des autres et des élèves de sorte qu'ils ne parlent plus du tout, comme l'a constaté le dernier rapport rendu à N. Sarkozy. . Combien de Français disent "ich habe 20 Jahre"... quand ils arrivent à sortir une phrase... On les comprend sans se moquer... Je trouve votre (sic) superflu dans cet article.
  • Nouveau
  • 03/06/2009 16:45
  • Par
Une star peut suffire à améliorer la situation et le cas de Tokio Hotel pour nos élèves Français a éte un déclencheur,tout au moins en collège. Combien de fois mes collègues ont vu des filles de classe de sixième ou de cinquième venir leur faire traduire des chansons et l'année d'après elles les retrouvaient en deuxième langue,il suffit de très peu.Beaucoup de collégiens choisissent eux-mêmes leur deuxième langue vivante et la moindre influence peut faire tout basculer. . .
et oui, le "désir" joue un role fondamental dans l'apprentissage. Se pasionner pour une langue parce que l'on est séduit par une chanteuse n'est pas plus stupide qu'autre chose. Quand je pense que j'ai appris l'Allemand (enfin, pas vraiment appris grand chose d'ailleurs) en lisant du Brecht dans des bouquins en noirs et blancs tout tristes bourrés de règles de grammaire... un cauchemar... Une allemande qui après avoir vécu 2 ans à Paris allait devoir retourner en Allemagne me disait que ce qui allait le plus lui manquer en Allemagne était le "charme" des francais et des francaises. Sur le coup, j'avoue ne pas avoir vraiment compris. Après 2 ans en Allemagne, je comprends! Les allemands sont très gentils, ils ont beaucoup de qualité, mais ils leur manque une certaine fantaisie, une facon de faire des efforts pour s'habiller, pour parler de cinéma, de littérature, un "je ne sais quoi" qui fait le charme des Francais. Charme qui peut donner envie d'apprendre la langue. Encore faut il l'entretenir par le cínéma, des bibliothèques, des écoles que sais-je... ce qui manque certainement de moyens aujourd'hui car pas suffisamment quantifiable.
Entierement d'accord avec vous Olivier. Le "je ne sais quoi" des Français (en français dans le texte) comme disent les Anglo-saxons, le "chic" de la Française, la culture, la gastronomie... tout cela est très recherché et pourrait servir à l'apprentissage du français - qui parait trop souvent très compliqué (la conjugaison, les temps et... les genres des noms)
Absolument d'accord avec vous, Olivier, mais au niveau d'un pays, cela ne suffit pas. Il faut des crédits, et surtout une volonté politique. C'est ce qui manque à grande échelle. Les relations privées sont toutes plus ou moins motivées comme vous le décrivez, heureusement...
jlmo: C'est vrai, mais cela ne suffit pas pour un mouvement de fond au niveau national. Vos observations sont au niveau de votre école ou de votre lycée partenaire. Je les ai faites aussi, j'utilisais la guitare et les chansons françaises lorsque j'étais assistante dans un lycée de Hambourg pour fasciner les élèves qui venaient assez nombreux à ces heures facultatives... Mais cela ne suffit pas au niveau d'un pays...
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous
Ce reportage a été effectué en deux parties, à Berlin, les 22, 29 et 30 mai. Presque toutes les personnes citées ont été rencontrées lors d'entretiens à Berlin, sauf Jeanne Nissen, la professeur à la retraite de Rostock, interrogée par téléphone. Simone Lück-Hildebrandt m'a permis d'assister à un de ses cours. Après un premier contact téléphonique, elle en a elle-même demandé l'autorisation au proviseur de son lycée (également interviewé) et a collecté auprès des parents les autorisations nécessaires pour que je puisse faire des photos. Je la remercie infiniment pour son concours.