Commission européenne: von der Leyen, la bonne élève qu’on croyait plombée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– Pas de triomphalisme, juste de la surprise et de la circonspection. C’est la tonalité des commentaires des médias allemands au lendemain de la désignation pour le moins inattendue, par les 28 chefs d’État et de gouvernement européens, de l’Allemande Ursula von der Leyen comme candidate à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne.